mercredi, mai 18, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humains"L'Iran a besoin de plus de gens pour se lever et se...

« L’Iran a besoin de plus de gens pour se lever et se battre » : Baktash Abtin

"L'Iran a besoin de plus de gens pour se lever et se battre" : Baktash Abtin

Le poète et documentariste iranien Baktash Abtin , âgé de 47 ans, est décédé en détention dans un hôpital, des suites d’une infection à la Covid-19. Il avait été privé des soins nécessaires alors qu’il purgeait sa peine de six ans de prison pour des accusations absurdes de « rassemblement illégal et collusion contre la sécurité nationale » et de « diffusion de propagande contre l’État ».

  1. Baktash Abtin a plongé dans le coma la première semaine de janvier, après que les autorités pénitentiaires ont tardé à le transférer à l’hôpital pendant 10 jours, ce qui a entraîné son décès dû à une deuxième infection due à COVID-19 depuis son arrestation.
  2. Baktash Abtin est la dernière victime de la conduite criminelle du régime qui met les prisonniers politiques dans une situation dangereuse. Malgré les appels nationaux et internationaux répétés, le régime a refusé de libérer temporairement les prisonniers pendant la pandémie et a continué à perturber le traitement des personnes infectées par le virus. Il a également empêché leur transfert à l’hôpital.
  3. Abtin est le deuxième prisonnier à mourir depuis le début de l’année 2022 en Iran. Le 1er janvier, Adel Kianpour est mort après avoir été atteint du coronavirus et à la suite d’une grève de la faim d’une semaine dans la prison de Sheiban à Ahvaz.

Dans un clip vidéo diffusé avant sa mort, M. Abtin a déclaré : « La situation actuelle de notre société est telle que nous avons suffisamment de bons poètes, cinéastes et artistes. Ce qui nous manque, ce sont des gens qui se lèvent et se battent pour obtenir leurs droits et persévérer. La vertu de la lutte et de la persévérance est le chaînon manquant dans notre pays. Dans ce sens, je suis prêt à sacrifier ma vie aujourd’hui avec certitude. » Il est resté ferme jusqu’à la fin.

Ses funérailles étaient prévues pour le lundi 10 janvier, mais sous la pression des forces de sécurité du régime, la cérémonie a eu lieu un jour plus tôt, le dimanche 9 janvier, dans sa maison natale de Shahr-e Rey, au sud de Téhéran.

  1. Abtin est la dernière victime d’une série de meurtres, appelés « meurtres en chaîne ». Ce crime, qui a débuté dans les années 1990 et qui se poursuit encore aujourd’hui, a déclenché une vague de protestation internationale contre le régime théocratique et ses funérailles se sont transformées en une manifestation antigouvernementale. Les manifestants scandaient des slogans tels que « Paix à Abtin, à bas les oppresseurs » et « A bas le gouvernement meurtrier« .

Dans la prison d’Evine, les codétenus de M. Abtin, ignorant la menace des geôliers, ont scandé « A bas Khamenei » et « A bas le dictateur« .

Le véritable message de la mort de M. Abtin est la déclaration qu’il a faite dans son message vidéo, à savoir que lorsque la barbarie d’un régime violent persiste, « l’Iran a besoin de plus de gens pour se lever et se battre. »

Sa mort, les protestations lors de ses funérailles et par ses codétenus, ainsi que les messages de solidarité et de soutien indiquent que la tyrannie des mollahs n’a pas réussi à soumettre le peuple iranien qui, plus que jamais, est prêt à « se lever et se battre« .

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe