mercredi, juin 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL'Iran fait des menaces alors que le Canada le tient responsable des...

L’Iran fait des menaces alors que le Canada le tient responsable des décès de civils

L'Iran fait des menaces alors que le Canada le tient responsable des décès de civils

Lundi dernier, un tribunal canadien a ordonné à l’Iran de payer l’équivalent de 84 millions de dollars aux familles de 85 citoyens canadiens et résidents permanents qui ont été tués en janvier 2020 lorsque le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) a abattu le vol 752 d’Ukraine International Airlines. Il est presque certain que le régime va ignorer le résultat du procès civil. Cependant, les avocats des plaignants ont indiqué que la saisie des avoirs iraniens est un moyen d’obtenir au moins une partie de l’indemnisation.

Des poursuites similaires sont toujours en cours dans d’autres pays dont les citoyens étaient à bord du vol. Au total, 176 personnes ont été tuées lorsqu’un missile du CGRI a frappé l’avion de ligne quelques instants après son décollage de Téhéran, en route vers Kiev, en Ukraine. Les autorités iraniennes ont d’abord nié toute responsabilité, mais quelques jours plus tard, face aux preuves à la fois des agences de renseignement occidentales et des séquences vidéo locales, elles ont été contraintes d’abandonner les récits ridicules.

Depuis lors, Téhéran a fait valoir que cela était le résultat de l’incapacité des opérateurs de défense aérienne à distinguer un avion civil d’un missile étranger au cours d’une période de tensions accrues immédiatement après que l’Iran a attaqué des actifs américains en Irak en représailles au meurtre du commandant de la force Qods du CGRI, Qassem Soleimani. Pendant ce temps, le régime a minimisé toute négligence ou criminalité et retient la boîte noire de l’avion.

Dans un rapport de février 2021, Agnès Callamard, alors fonctionnaire des Nations Unies, a déclaré que le régime cherchait à « créer un maximum de confusion et un minimum de clarté ».
Au milieu de l’année, le gouvernement canadien a réussi à mener sa propre enquête médico-légale sur l’incident et a tenu le régime pénalement responsable. Téhéran, cependant, a continué de repousser les appels internationaux à la responsabilité.

Bien que la récente décision du tribunal canadien ne soit pas à la hauteur de leur norme de responsabilité, elle peut inspirer l’espoir que le gouvernement canadien ou d’autres entités prennent d’autres mesures. En mai, le juge Edward Belobaba a déclaré que « les attaques de missiles étaient intentionnelles » et que « l’abattage de l’avion civil constituait une activité terroriste en vertu de la loi fédérale applicable ». Lundi, Jonah Arnold, l’avocat des plaignants, a qualifié la décision de « création de précédent » et de « première du genre au Canada ». Il reste à voir quelles actions concrètes suivront après la décision.

Des proches de certaines des victimes ont comparu mardi lors d’une conférence de presse. Lorsque le flux vidéo de la conférence a été interrompu, les soupçons se sont multipliés quant à un effort coordonné du régime iranien pour contrer le message des familles des victimes et de leurs partisans. Ces familles n’avaient pas encore parlé lorsque la vidéo est passée à une vidéo de rap vulgaire et qu’un homme non identifié est apparu à l’écran, forçant les organisateurs de l’événement à redémarrer entièrement la réunion Zoom. Le piratage informatique du régime dans le monde entier a été largement rapporté ces dernières années.

Cette année, le régime a tout mis en œuvre pour commémorer Soleimani d’une manière sans précédent, principalement afin de dissimuler sa faiblesse et son incapacité à venger l’élimination du cerveau terroriste en 2020. Le seul acte de représailles du régime jusqu’à présent a été d’abattre le Avion de ligne ukrainien dans une tentative apparente de blâmer les forces américaines, mais en vain.

Récemment, le président du régime iranien Ebrahim Raïssi a réitéré la promesse du régime de représailles pour l’élimination de Soleimani. Raïssi a exigé que Donald Trump, le président américain au moment de l’incident, soit poursuivi devant un tribunal dirigé par les mollahs avec l’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo. Par ailleurs, le procureur général iranien Mohammad Jafar Montazeri a expliqué que le régime avait identifié 125 « suspects » supplémentaires, dont 72 citoyens américains, comme étant probablement coupables de l’élimination de Soleimani.

« L’agresseur, le meurtrier et le principal coupable – le président des États-Unis de l’époque – doivent être jugés et selon la loi du châtiment, la décision de Dieu doit être exécutée contre lui », a déclaré Raïssi dans son discours avant de passer à menacent que Trump soit tué par des partisans du chef suprême théocratique iranien si aucune poursuite n’est engagée. La déclaration visait sans aucun doute à impliquer qu’Ali Khamenei pourrait publier un décret religieux (fatwa) appelant à l’assassinat de Trump et d’autres.

En 1989, le prédécesseur de Khamenei, Rouhollah Khomeiny, a émis une fatwa de mort contre l’auteur Salman Rushdie pour la publication d’un livre qu’il jugeait offensant. L’édit a conduit à plusieurs attentats contre sa vie et la vie de ses traducteurs, dont l’un a été poignardé à mort en 1991. Cependant, il n’est pas clair qu’un édit similaire susciterait la même réponse aujourd’hui, plus de 40 ans après l’instauration de la théocratie islamiste. La perception publique du régime s’est progressivement dégradée grace à l’opposition pro-démocratie.

En janvier 2018 et novembre 2019, le régime a à peine survécu à un soulèvement national qui comportait des slogans de « A bas le dictateur » et des appels explicites au changement de régime. Dans un discours prononcé au plus fort du premier soulèvement, Khamenei a admis que le principal mouvement d’opposition, les Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), avait joué un rôle majeur dans l’organisation et la direction des troubles. Depuis lors, les autorités ont mis en garde à plusieurs reprises contre l’influence croissante de l’OMPI, et ces avertissements sont sans doute devenus plus désespérés à la suite de l’élimination de Soleimani, qui a été largement considérée comme une grave atteinte à l’influence régionale des mollahs.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la coalition démocratique du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), dont l’OMPI est membre, a décrit le meurtre de Soleimani comme un « coup irréparable pour le régime des mollahs ». Mardi, le CNRI a publié une déclaration décrivant le régime comme « toujours ébranlé par l’élimination de Soleimani » deux ans plus tard. La déclaration a conclu en affirmant que les récentes activités malveillantes devraient être considérées comme des signes de faiblesse et de désespoir, et non comme une force.

En réponse aux menaces du régime et au manque de coopération avec la communauté internationale, en particulier en ce qui concerne l’écrasement criminel du vol 752, la communauté internationale doit adopter une politique ferme et décisive, une politique qui rejette la complaisance envers le principal État parrain du terrorisme au monde. L’abattage d’un avion de ligne civil était clairement un acte de terrorisme intentionnel pour lequel les CGRI et l’ensemble du régime doivent être immédiatement tenus pour responsables. Sinon, d’autres tragédies s’ensuivront certainement.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe