samedi, février 20, 2021
Accueil Actualités Actualités: Droits humains Si la propagande liée au coronavirus des mollahs s'effondre, tout le régime...

Si la propagande liée au coronavirus des mollahs s’effondre, tout le régime iranien pourrait suivre

Iran, Téhéran: épidémie de coronavirus
Selon la Résistance iranienne, le régime iranien minimise gravement l’épidémie de coronavirus dans le pays. Des allégations crédibles de taux d’infection et de chiffres de mortalité inexacts persistent, malgré le fait que les responsables gouvernementaux ont récemment reconnu une tendance à la hausse de nouvelles infections, y compris un nombre stupéfiant d’infections parmi les travailleurs de la santé.

Jeudi, le ministère de la Santé du régime a déclaré que 7 249 personnes étaient mortes de Covid-19 alors qu’environ 100 000 personnes s’étaient rétablies. Le nombre total d’infections a été fixé à un peu moins de 130 000. Ces chiffres fabriqués ont permis à Hassan Rohani d’affirmer une fois de plus que les autorités du régime étaient sur le point de maîtriser entièrement l’épidémie.

Mais le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) brosse un tableau très différent. Sur la base d’analyses en cours des dossiers hospitaliers, des informations du personnel hospitalier et d’autres informations collectées par les réseaux d’activistes en Iran, la coalition a déterminé que le nombre de morts dépassait 44 000 dimanche. On pense que le nombre total d’infections peut être mesuré par millions.

Dans des déclarations précédentes, le CNRI a fait un effort important pour mettre en évidence le danger posé par les plans du régime iranien pour la reprise des activités économiques. Les pays environnants ont fermé leurs frontières et interrompu le commerce non essentiel peu de temps après que la pandémie a été identifiée, mais le régime en Iran a traîné les talons assez longtemps pour devenir, sans aucun doute, la nation la plus touchée du Moyen-Orient.

Les fausses affirmations de Rohani sur l’état actuel de l’épidémie laissent peu de doutes quant à l’intention du régime à poursuivre ses plans. Mais même les statistiques officielles du régime indiquent clairement que les conséquences de la réouverture pourraient inclure des dizaines de milliers de morts supplémentaires. Alors que les premières étapes de la réouverture ont pris effet, l’épidémie a repris. Et les deux dernières semaines ont montré une augmentation constante des nouveaux cas. Il est très révélateur que même les médias d’État aient fait peu d’efforts pour nier ce fait. Ces médias avaient montré leur volonté auparavant de nier la réalité.

Les annonces publiques concernant une épidémie sous contrôle ont été contredites par des médecins et des infirmières iraniens, dont certains ont communiqué avec des organes de presse indépendants tandis que d’autres ont utilisé les médias sociaux pour parler directement au public des effets du virus.

Ainsi, alors que Rohani se vantait de lits vides dans les unités de soins intensifs et que le guide suprême du régime, Ali Khamenei, rejetait publiquement les offres d’aide médicale des États-Unis et de Médecins sans frontières, quiconque avait contourné la censure d’Internet du régime pouvait voir des images et entendre récits personnels d’un système de santé débordé, d’un manque de place dans les morgues iraniennes et d’une absence générale d’attention du gouvernement face à une grave crise de santé publique.

Dans la mesure où le régime iranien estime que la propagande d’État peut surmonter ces informations, il compte par ailleurs sur la répression brutale de la dissidence. Le chef des forces de sécurité iraniennes a récemment annoncé que plus de 300 personnes avaient été arrêtées pour des soi-disant «rumeurs de propagation» de l’épidémie, tandis que plus de 1 000 sites Web ont été fermés pour de fausses accusations similaires. Le pouvoir judiciaire du régime a clairement indiqué au début de la crise que « les rumeurs » seront punie de flagellation et d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison.

En renvoyant des civils ordinaires au travail dans les conditions actuelles, Téhéran exige qu’ils se sacrifient pour sauvegarder le pouvoir des mollahs. Le régime cherche désespérément à convaincre les gens qu’ils sont en sécurité, car il reconnaît que s’ils croient que leur vie est en danger ; la population préfèrerait se sacrifier plus tôt pour la liberté et la démocratie que pour le bénéfice du régime répressif.

Khamenei a reconnu ces enjeux samedi lors d’une vidéoconférence avec des voyous de Basij. Dans ce document, il a violé un tabou de longue du régime en faisant directement référence à l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), le principal groupe d’opposition iranien. En plus de contrer régulièrement la propagande du régime au sujet des coronavirus, l’OMPI a été une force motrice et dirigeante majeure des manifestations anti-régime au cours des deux dernières années. Le guide suprême des mollahs a été contraint de tirer la sonnette d’alarme sur la Résistance qui prépare le renversement du régime.

En reconnaissant le droit du peuple iranien à la résistance, la communauté internationale pourrait ouvrir la voie à la chute du régime intégriste iranien, sans qu’aucune intervention occidentale ne soit nécessaire.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe