vendredi, mai 20, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsUne analyse du massacre de 1988 en Iran

Une analyse du massacre de 1988 en Iran

Une analyse du massacre de 1988 en Iran
Photos de prisonniers politiques massacrés en 1988 en Iran.

Après trente-trois ans, le massacre odieux de plus de 30 000 prisonniers politiques continue d’avoir un impact sur l’Iran, alors que de nombreux auteurs du crime occupent toujours des postes de direction au sein du régime, dont le président des mollahs Ebrahim Raïssi.

Hamid Noury, l’un des auteurs du massacre de 1988, est jugé par la justice suédoise depuis le début de 2021, et des rescapés ont présenté des témoignages des plus choquants. Grâce à eux, le monde apprend pour la première fois ce qui s’est passé dans les tréfonds des prisons iraniennes il y a trente-trois ans.

De nombreux analystes ont déjà tiré des conclusions, mais leurs déclarations révèlent un manque général d’informations sur les véritables motifs de la fatwa qui a été à l’origine du génocide.

En 230 mots, le guide suprême Rouhollah Khomeini a scellé le sort de milliers de jeunes iraniens à l’été 1988. Cette fatwa a été mise en œuvre par des « commissions de la mort » qui ont été formés principalement pour cibler les partisans et les membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/ MEK).

La fatwa de Khomeini énumère de nombreuses charges contre l’OMPI, les plus importantes étant :
– Être hypocrite (un terme péjoratif que Téhéran utilise pour décrire l’OMPI)
– Trahison
– Ne pas croire en l’Islam

Ces accusations visaient à ternir l’image de l’OMPI en tant que seule opposition musulmane progressiste au régime des mollahs et à leur interprétation réactionnaire de l’islam. Le cœur de la fatwa de Khomeiny est la phrase suivante : « Il est décrété que ceux qui sont dans les prisons du pays et restent inébranlables dans leur soutien aux Monafeghine (terme arabe qui signifie hypocrite) sont condamnés à l’exécution.

En 32 mots, Khomeiny identifie le véritable motif du massacre de 1988. Ceux qui sont restés « fidèles » aux idéaux de l’OMPI – à savoir la liberté, la démocratie et une forme d’islam tolérante – ont été condamnés à mort. Malgré les affirmations du régime, les condamnations à mort ne dépendaient pas de la conduite des prisonniers. La simple persistance des prisonniers dans leurs idéaux était le crime ultime, passible de la peine de mort.

L’un des survivants du massacre de 1988, Ali Zolfghari, a déclaré : « On était obligé de choisir entre la vie et la mort. Si vous vouliez défendre vos croyances, ils fallait choisir la mort. »

Tueries de 1988 en Iran : massacre ou génocide ?
L’étendue des tueries et leur étiquette de « massacre » ont conduit certaines personnes à la fausse conclusion que ce crime était un meurtre de masse aveugle de prisonniers. Pourtant, sur la base de la fatwa de Khomeiny, les partisans de l’OMPI n’ont été exécutés que pour leurs opinions politiques et leur croyance en une interprétation différente de l’islam. Les affiliations idéologiques et politiques de tous les détenus ont été examinées individuellement. La procédure pour les meurtres, telle que la formation des « commissions de la mort » de trois à quatre membres dans toutes les provinces, souligne que ce crime contre l’humanité était bien un génocide, ciblant un groupe spécifique de personnes en fonction de leur foi.

Ce fait a été souligné lors d’une conférence internationale par des législateurs de renom, tels que Geoffrey Robertson QC, concluant que le massacre de 1988 devrait être décrit comme un génocide basé sur la fatwa de Khomeini.

En d’autres termes, ce qui s’est passé n’est pas un acte de vengeance aveugle ou de folie. Il s’agit plutôt d’un génocide fondé sur un critère explicite, défini, évident et imposé : la défense de leurs convictions.

Les prisonniers de l’OMPI savaient qu’il ne s’agissait pas d’un massacre aveugle, et ils ont choisi la « fermeté » dans la défense de leurs idéaux. Le témoignage d’Ali Zolfaghari lors du procès de Noury en Suède a confirmé ce fait.

« Avant de rencontrer la commission de la mort, Gholamreza Hassanpour, un partisan de l’OMPI qui a été exécuté plus tard lors du massacre de 1988, nous a dit : ‘Les gars, ils vont nous exécuter tous. C’est à vous de choisir la position à adopter’ », a déclaré Zolfaghari.

Une procédure légale ?
La troisième partie de la fatwa de Khomeiny décrit une procédure qui pourrait être confondue avec une procédure légale. Selon cette fatwa, alors qu’« une décision unanime est préférable », « l’avis d’une majorité des trois [membres des commissions de la mort] doit prévaloir ».

Certains analystes ont qualifié l’interrogatoire de la « commission de la mort » à la veille du massacre de procès et expliqué son incohérence avec les normes judiciaires. Selon ces analystes, les prévenus n’avaient pas d’avocat. Ils ont été privés du droit de faire appel. Plus important encore, ils purgeaient déjà leur peine et leur nouveau procès était une injustice flagrante.

Zolfaghari décrit l’un des prisonniers héroïques qui a choisi de mourir en défendant sa foi. « Dans le couloir de la mort, j’ai demandé au prisonnier près de moi quel était son nom, et il s’est présenté comme étant Behrooz Shahmogheni. Il était originaire de Téhéran et très résistant. Je lui ai dit que tu devrais faire attention, ils exécutent tout le monde. Il a dit, je suis allé au tribunal et j’ai défendu l’OMPI. Je me fiche de ce qui se passe ensuite. Il a chanté l’hymne « Iran Zamin » pour moi. Il voulait que je sache qu’il défendait fermement ses idéaux et qu’il était prêt à mourir pour eux. »

Iran : Un crime permanent contre l’humanité

La fatwa de Khomeini a été un permis intemporel pour tuer tous les dissidents. Dans la dernière partie de sa fatwa, Khomeiny décrit l’essence de son régime :
« La manière ferme dont l’Islam traite les ennemis de Dieu fait partie des principes incontestables du système islamique.

J’espère qu’avec votre rage révolutionnaire et votre rancune envers les ennemis de l’Islam, vous obtiendrez la satisfaction du Dieu Tout-Puissant. Ceux qui prennent les décisions ne doivent pas hésiter, ni montrer le moindre doute, ni se soucier des détails. Ils doivent essayer d’être des plus impitoyables contre les infidèles. »

Cette brutalité contre les opposants n’a jamais cessé depuis 1988. Des milliers d’Iraniens qui ont défendu leurs droits ont été tués. Le 15 novembre marque l’anniversaire des grandes manifestations de la populations contre la dictature en Iran. Ce jour-là, les gens sont descendus dans les rues pour revendiquer leurs droits fondamentaux. Les forces du régime ont abattu plus de 1 500 manifestants et arrêté 12 000 personnes. Pendant des mois, le pouvoir judiciaire du régime, alors dirigé par Raïsi, a supervisé la torture systématique des manifestants détenus.

On pourrait conclure que selon la fatwa de Khomeiny, ceux qui représentent et défendent véritablement la nature criminelle du régime génocidaire devraient être promus à des postes élevés. La récente sélection de Raïssi comme président du régime en témoigne. Les meurtriers de masse comme Raïssi jouissent d’une impunité systématique, qui règne en maître en Iran.

Cette impunité découle en grande partie de l’échec de la communauté internationale à demander des comptes au régime en premier lieu. En 1988, la communauté mondiale a fait la sourde oreille aux appels répétés de l’opposition iranienne à enquêter sur le massacre de 1988.

Dans une lettre publiée en décembre 2020, sept experts de l’ONU ont critiqué cette inaction et souligné qu’elle « a eu un impact dévastateur sur les survivants et les familles ainsi que sur la situation générale des droits humains en Iran ». Ils ont également souligné que cette inaction « a encouragé l’Iran à continuer à dissimuler le sort des victimes et à maintenir une stratégie de déviation et de déni qui se poursuit à ce jour ».

Aujourd’hui, le procès d’Hamid Noury peut être considéré comme une remise en cause de l’impunité du régime depuis longtemps, mais il n’est certainement pas suffisant à lui seul. La communauté internationale devrait tenir les responsables du régime tels que Raisi pour responsables de leurs crimes, que ce soit par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU ou par l’application unilatérale du principe de compétence universelle.

Téhéran doit savoir que ses violations des droits humains ne seront plus tolérées. Mais si ce message n’est pas fermement délivré, le régime ne fera que continuer à renforcer l’héritage du génocide de 1988.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe