Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Le Canada profondément préoccupé par le sort d'une écologiste iranienne

Le Canada profondément préoccupé par le sort d'une écologiste iranienne

Le gouvernement canadien se dit « profondément préoccupé » par le maintien en détention de l’écologiste Niloufar Bayani, qui risque la peine de mort en Iran. Vendredi, le porte-parole des Affaires internationales au Canada, Richard Walker, a déclaré que le gouvernement canadien « est profondément préoccupé » par la détention de Bayani et demeure « engagé à tenir l'Iran responsable de ses violations des droits humains et démocratiques. »

Bayani, qui est détenue dans la célèbre prison iranienne d'Évine, a été arrêtée en janvier dernier par le corps des gardiens de la révolution (Pasdaran), avec huit autres militants écologistes qui surveillaient le guépard asiatique en danger avec des pièges à caméra actionnés par le mouvement.

Ces arrestations ont été condamnées par des scientifiques, des écologistes et des militants des droits humains dans le monde. L'anthropologue Jane Goodall n'est que l'une des 350 universitaires et chercheuses de 70 pays qui demandent que les écologistes reçoivent un traitement « juste et équitable. »

Les amis et collègues de Bayani, en particulier ceux qui l'ont connue grâce à son diplôme de biologie à l'Université McGill ou à son travail au Programme des Nations Unies pour l'environnement à Genève, ont également critiqué son emprisonnement afin de faire pression pour sa libération. Anthony Ricciardi, biologiste à l'Université McGill, pour qui Bayani était assistante de recherche, a expliqué qu'il s'inquiétait pour sa sécurité.

Malheureusement, il a de bonnes raisons de l'être. Le professeur Kavous Seyed-Emami, 63 ans, l'Irano-Canadien à la tête de la Persian Wildlife Heritage Foundation pour laquelle Bayani travaille, fut parmi les personnes arrêtés avec elle. Il est mort dans des circonstances suspectes à la prison d'Évine à peine trois semaines plus tard et, alors que les responsables prétendent qu’il s’agit d’un suicide, sa famille et les Nations Unies réclament une enquête indépendante.

Les Pasdaran ont déclaré que la recherche sur le guépard couvrait l'espionnage pour les États-Unis et Israël, ce que même des parlementaires iraniens ont rejeté. Pourtant, les écologistes sont toujours détenus. Cinq d'entre eux ont été accusés de « semer la corruption sur terre », un « crime » passible de la peine de mort, sans qu'aucune preuve n'ait été présentée pour étayer cette théorie.

Ricciardi a déclaré : « Ce sont des écologistes de terrain et, dans ce cas particulier, ils essayaient de suivre une espèce en voie de disparition. Si vous voulez trouver quelque chose de rare, vous ne pouvez pas rester assis là toute la journée à attendre que l'animal passe, et vous pourriez lui faire peur. Alors ils ont installé des caméras à la place. »

Bien sûr, la vérité est que l'environnement est devenu une question politique controversée en Iran et que quiconque cherche à dire la vérité sur le mépris du régime pour ce dernier risque sa vie. Après tout, le Régime peut difficilement se permettre d'autres protestations populaires contre lui.

Ricciardi a déclaré : « [Bayani] devait connaître certains des risques (de travailler en Iran), mais elle l'a fait quand même. C'est du courage. D'après ce que j'ai vu d'elle ici, je ne suis pas surpris. »

Human Rights Watch a indiqué que les écologistes n'ont pas eu accès à des avocats de leur choix et qu'aucune date de procès n'a été fixée.

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés