Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Un ancien responsable iranien boit du thé avec les policiers après s'être rendu pour le meurtre de sa femme

Un ancien responsable iranien boit du thé avec les policiers après s'être rendu pour le meurtre de sa femme

Un homme politique du régime des mollahs s'est rendu à la police après avoir tiré sur sa femme et s'est fait servir du thé par les autorités avant d'avouer calmement son crime à la télévision officielle, selon des rapports de presse.

L'ancien maire de Téhéran, Mohammad Ali Najafi, 67 ans, s'est rendu à la police après que l'actrice de 35 ans Mitra Ostad, la deuxième de ses deux épouses, a été retrouvée morte par balle, a écrit le New York Post vendredi.

Dans des images qui ont scandalisé la population, Najafi a été accueilli chaleureusement par les autorités, qui se sont inclinées par déférence, et ont même siroté du thé avec lui, le maintenant toujours sans menottes, dans le bureau du commandant de police.

Najafi a souri en racontant à un journaliste de la République islamique d'Iran (IRIB) son « erreur » en tirant sur Ostad, 35 ans, dont il tentait de divorcer, selon le Washington Post.

« J'ai perdu mon sang-froid et j'ai pris l'arme », explique-t-il, d'après les images. « Elle est allée à la douche, et je l'ai suivie. Je voulais juste lui faire peur et lui montrer l'arme. »

Il lui reprochait « son tempérament spécial... qui m'a fait commettre une telle erreur et lui a fait perdre la vie, elle aussi ». « Elle a paniqué et m'a attaqué pour prendre l'arme, et j'ai appuyé sur la détente par erreur », a-t-il déclaré, selon le Washington Post.

Le journaliste de l'IRIB a également été perçu en train de manipuler l'arme à feu prétendument utilisée dans l'attaque – suggérant qu'elle ne subissait pas de tests balistiques stricts – comptant le nombre de balles restant dans la chambre.

« Il y avait 13 balles dedans », a-t-il déclaré. « Cinq ont été tirées. Deux ont touché la victime, et trois ont frappé le mur. »

Le lendemain, Najafi a été transféré au tribunal pénal de Téhéran et – habillé en tenue de prison – il a maintenant affirmé que sa femme menaçait de révéler des « informations confidentielles » au public et aux services de Renseignement, selon le rapport.

« Mitra contrôlait tous mes mouvements et mes contacts », a-t-il dit, n'offrant rien pour étayer ses affirmations, selon le Washington Post.

Son mariage avec Ostad l'année dernière avait déjà provoqué un scandale puisqu'il était encore marié à sa première femme, avec qui il a une fille, selon le Financial Times, qui disait que la polygamie était « socialement inacceptable » en Iran bien qu'elle soit légale selon les lois fondamentalistes des mollahs.

 

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés