Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

La vie dans les bidonvilles en Iran: résultat de la domination des mollahs intégristes

La vie dans les bidonvilles en Iran: résultat de la domination des mollahs intégristes

Par Mohammad Sadat Khansari 

Des millions de sans-abri vivent dans des bidonvilles en Iran en raison de la corruption et du pillage des ressources du peuple iranien par les mollahs au pouvoir

Les huttes de boue utilisées comme maisons dans les bidonvilles font partie des symboles les plus sombres de la pauvreté en Iran. Ces huttes, qui ne prennent que quelques jours à être dressé, se multiplient rapidement, puis sont détruites par la police.

La vie dans les bidonvilles va généralement de pair avec le chômage et l'absence d'assainissement ou d'école. En Iran, aujourd'hui, plus de 20 millions de personnes sur environ 80 millions d'Iraniens vivent dans des bidonvilles - un signe clair d'un désastre économique et social énorme résultant des 40 années de gouvernement corrompu des mollahs.

Les habitants des bidonvilles sont obligés de migrer de leurs villes natales vers les métropoles à cause de la sécheresse, de la pauvreté ou de la guerre. Or, ils ne peuvent pas payer le coût de la vie élevé dans les métropoles. Ils sont donc obligés de construire des huttes dans des bidonvilles et de continuer à vivre dans la pauvreté.

Après la capitale, Téhéran, Mashhad est la deuxième ville d'Iran avec un taux élevé d'habitants de taudis par rapport à la population de la ville. Si nous ajoutons les anciens habitants de taudis résidant maintenant dans des quartiers pauvres, les chiffres sont astronomiques.

Le 5 août 2018, l'agence de presse Khorasan-e-Razavi rapportait: «En 1986, 80 000 personnes vivant dans les bidonvilles atteignaient un million et 600 000 personnes. Cela a rendu les villages inhabités. "

«En 1966, un dixième de la population de Mashhad vivait dans des bidonvilles. Ce nombre a atteint un tiers de la population de la ville en 2015 », a rapporté l'agence de presse Tasnim, le 1er août 2018.

La population vivant dans les bidonvilles à côté de Mashhad est estimée entre 1,2 et 1,6 million. La racine de ce problème réside dans les politiques dévastatrices et bellicistes du régimenien.

La répartition inéquitable de la richesse par le régime dans les riches provinces du Khorasan, la négligence de la situation des citoyens de la classe inférieure et l’abandon des villageois, qui sont paralysés par la sécheresse et le manque d’eau, sont quelques exemples de la situation déplorable dans cette région. Ce processus se termine dans chaque cas par la dévastation totale des économies villageoises.

Capacités économiques du Mashhad

Mashhad est le troisième centre économique de l'Iran après Téhéran et Ispahan. Le sanctuaire de l’imam Reza (le huitième imam chiite) a transformé Mashhad en une ville de tourisme et de pèlerinage, et les agents du régime bénéficient de ses revenus considérables. La part de Mashhad dans l'économie du pays est estimée à 6%, mais une mafia économique appelée «Astan Quds Razavi» dirige et contrôle l'économie de Mashhad, plutôt que l'industrie du tourisme.


"Astan Quds Razavi" est sous le contrôle et la supervision du chef suprême du régime iranien, Ali Khamenei. Personne n'est autorisé à remettre en question cet énorme système financier, qui est exempt d'impôt.

Selon les statistiques du régime, cet institut regroupe 40 sociétés écran énormes et actives. Les grandes usines textiles, les tapis, l’organisation des mines Quds Razavi, l’usine Shahab Khodro et les établissements agricoles, l’élevage, la société pharmaceutique Thamen ainsi que de nombreuses sociétés de services constituent cette source économique gigantesque. En vertu de la loi, ces institutions, qui ont toutes des retombées économiques, sont exonérées d'impôt - des impôts qui devraient être utilisés directement pour améliorer les conditions de vie des couches sociales inférieures.

Si nous considérons le statut socio-économique de Mashhad comme des pièces d'un puzzle, une image claire de l'injustice se formera. Les villageois manquent d’eau pour les cultures tandis que les énormes institutions économiques du régime gagnent des milliards de dollars et pillent le peuple iranien. Pourtant, il est difficile de savoir où ils conservent leurs revenus.

L'oligarchie de longue date et les politiques de pillage du régime iranien, telles que l'institution Astan-e-Quds, prendront fin. Mashhad était le lieu de naissance des soulèvements de 2018 en Iran qui se sont rapidement étendus à 142 villes. Ces soulèvements vont faire tomber le régime des mollahs.

Yaghoub Naseri, commandant du corps des gardes de la révolution islamique (IRGC) du régime dans la région de l'Imam-Reza à Mashhad, le 27 septembre, lors du sermon des prières du vendredi, a fait écho à la peur d'un soulèvement possible du régime. Faisant référence au soulèvement de 2018, il a déclaré: "Les citoyens de Mashhad ne devraient pas copier ce que les autres font dans d'autres villes."

Cela montre la peur persistante du régime et promet la chute de ce régime qui a ruiné la vie des gens.

Contactez-nous

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés