Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Le régime iranien continue de harceler les familles des victimes d'un avion de ligne ukrainien abattu

 Le régime iranien continue de harceler les familles des victimes d'un avion de ligne ukrainien abattu

Par Mahmoud Hakamian

Des informations provenant d’Iran indiquent que les responsables du régime iranien harcèlent les membres de la famille de l’avion de ligne ukrainien écrasé en janvier. Les responsables du régime ont empêché les familles d’assister aux funérailles de leurs proches au Canada.

L’avion ukrainien a été abattu par les Gardiens de la révolution (CGR) le 3 janvier. Le régime a nié avoir abattu cet avion de ligne pendant trois jours malgré des séquences montrant un missile frappant l'avion.

Le régime empêche les familles des victimes d'assister aux funérailles de leurs proches tandis que le ministère canadien de l'Immigration a déclaré le 11 janvier qu'il envisagerait des installations pour que les victimes de la tragédie reçoivent des visas d'entrée dans le pays d'Amérique du Nord.

Par ailleurs, les responsables du régime ont menacé le mari d’une femme tuée dans l’avion de ligne ukrainien. Mohammad Javad Soleimani Meimandi a déclaré avoir été agressé verbalement par le représentant du guide suprême du régime lors des funérailles de sa femme à Zanjan, dans le nord-ouest de l'Iran. Il a été menacé et convoqué par le ministère des Renseignements pour avoir insulté des responsables du régime. Son épouse Elnaz Nabiyi était titulaire d'un doctorat et étudiait au Département de comptabilité, opérations et systèmes d'information de l'Alberta School of Business au Canada. 

Des rapports et des vidéos indiquent que le régime a forcé de nombreuses familles à organiser des funérailles contrôlées par le gouvernement pour empêcher des manifestations anti-gouvernementales et pour montrer que les familles n'ont pas blâmé le régime pour la mort de leurs proches.

Malgré les tentatives du régime d'empêcher une éruption des protestations, une deuxième vague de protestations a éclaté le 11 janvier, avec des étudiants en première ligne. Ces manifestations sont rapidement devenues politiques et les manifestants ont pris pour cible les responsables du régime, en particulier le guide suprême, Ali Khamenei, en tant que responsable principal de cet horrible crime. Ces manifestations se sont poursuivies pendant quatre jours consécutifs à Téhéran et dans d'autres villes d'Iran.

Le 14 janvier, des étudiants de l'école de médecine de l'Université de Téhéran ont manifesté devant la mosquée de l'université et ont scandé des slogans anti-régime, notamment: «Ne m'appelez pas séditionniste! Vous êtes la sédition, vous tyran», «Ayez peur, ayez peur, nous sommes tous ensemble "" "Commandant en chef, démissionnez, démissionnez", "Le CGRI commet des crimes, le leader le soutient", "Honte, honte à la télévision et à la radio d'Etat", "Mort à l'oppresseur, que ce soit le Shah ou le chef [suprême]," " 1 500 est le nombre de morts pour novembre ", appelle à la justice contre toute cette injustice, "" mort au principe de velayat-e faqih.

Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), avait auparavant présenté ses condoléances aux familles des victimes et au peuple iranien. Elle a ajouté qu'il s'agissait d'un autre crime majeur du fascisme religieux au pouvoir en Iran, que le peuple iranien ne pardonnera ni n'oubliera.

 

Multimedia

Contactez-nous

© 2020 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés