Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Un membre du Parlement des mollahs condamne Rohani pour la situation actuelle

Un membre du Parlement des mollahs condamne Rohani pour la situation actuelle

Alors que la pression sur l'Iran s’accroît, les querelles internes entre les responsables du régime deviennent de plus en plus apparentes et tendues. Les conflits internes sont souvent dissimulés, mais ce n'est plus possible de les nier. Lors d'une séance publique du Majlis (parlement des mollahs) dimanche, le président du régime, Hassan Rohani, a fait l'objet de critiques très acerbes.

Alireza Salimi, l'un des députés les plus radicaux, a dénoncé Rohani qui, selon lui, n’a aucune autorité dans le système politique du régime. Salimi, qui est proche du Guide Suprême, Ali Khamenei, n'a fait que mettre en évidence la division majeure entre les deux factions.

Il a ensuite parlé d'un certain nombre de carences du gouvernement, affirmant que le cabinet de Rohani a spolié les richesses du pays, réprimé le peuple, et ainsi de suite. Salimi a déclaré que le chef du gouvernement continue de tromper ses pairs en essayant de couvrir les échecs dont il est responsable.

Il a souligné le népotisme de Rohani en affirmant qu’il avait recruté son frère comme Secrétaire personnel et qu'il avait offert des postes de responsabilité, dans des rôles sensibles, à plusieurs autres membres de sa famille.

Parlant de la crise économique actuelle qui a un impact majeur sur les activités du régime et la vie du peuple, Salimi a rappelé au président des mollahs que c'est son administration qui a choisi le taux de change officiel de 42 000 rials pour un dollar, ce qui a pour effet d'épuiser toutes les réserves du pays.

Salimi a condamné Rohani pour les difficultés auxquelles le peuple est confronté. Il a déclaré : « Vous souvenez-vous aussi qu'au lieu de travailler à résoudre les problèmes auxquels est confrontée la population, notamment l'emploi, l'inflation, le logement, etc. votre administration a déversé cette misère sur les gens qui doivent maintenant faire la queue pendant des heures pour acheter de la viande, du poulet, du sucre et autres produits de première nécessité. Avec la même autorité, vous avez créé une énorme récession, une inflation invisible et d'autres pressions sociales et économiques contre les intérêts de la population. Et maintenant vous dites n’avoir aucune autorité ? »

Cette fronde contre Rohani bien que justifiée, est aussi ironique de la part d’un membre d’une faction au pouvoir. Par la manière dont Salimi a attaqué Rohani, on pourrait imaginer que ce député de la ligne radicale aurait fait les choses différemment. Cependant, tous les députés du pays sont impliqués dans l’impasse actuelle, peu importe le clan dont ils sont issus. Ils sont tous coupables de corruption et de mauvaise gestion. Ils ne siégeraient tout simplement pas au Parlement s'ils n'adhéraient pas aux politiques malveillantes du régime. Chaque candidat à la représentation du majlis devrait bénéficier d’abord du Conseil des gardiens.

C'est pour cette raison que le peuple iranien n’a pas le regard tourné vers ces factions du régime, mais vers le changement de régime. Un pouvoir sur le point de s'effondrer et la gravité des conflits internes en est un signe précurseur. Rohani est à condamner pour la crise actuelle en Iran, mais ses prédécesseurs et tous les autres membres du régime des mollahs le sont autant.

Multimedia

Contactez-nous

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés