mardi, septembre 21, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieComment le CGRI a créé et amplifie la crise de l'eau en...

Comment le CGRI a créé et amplifie la crise de l’eau en Iran

Rivière asséchée de Karun

Les manifestations dans la province du Khouzistan sont entrées dans leur deuxième semaine. Ces protestations ont d’abord commencé en raison des pénuries d’eau qui ont rendu la vie des Iraniens insupportable.

Le régime a créé et aggravé la crise de l’eau au Khouzistan en adoptant de mauvaises politiques. Dans cet article, nous avons l’intention d’approfondir la question de la crise de l’eau en Iran sous le régime des mollahs.

La crise de l’eau en Iran

Selon un article de l’agence d’État Aftab News du 14 juillet, « Sur les 85 millions d’habitants de l’Iran, environ 28 millions vivent dans des régions souffrant de pénurie d’eau et subissent des pressions à cet égard, principalement dans les régions du centre et du sud du pays.  »

Le régime iranien et ses apologistes blâment le changement climatique mondial et la sécheresse pour la crise de l’eau en Iran. Mais la sécheresse n’est pas la seule raison de la crise de l’eau en Iran ; le régime et ses politiques destructrices ont créé cette crise.

L’Iran a des précipitations allant de 50 mm dans le désert de Lut à 2000 mm dans les hauteurs de Talesh dans le nord. Lorsqu’il n’y a pas de culture, il devrait y avoir un plan pour que les gens puissent utiliser l’eau. Avec une invention intelligente appelée le système des Qanat (aqueduc souterrain), les Iraniens ont pu créer une civilisation glorieuse dans ce pays.

Cependant, les principales raisons de la crise de l’eau en Iran sont la construction de barrages non scientifiques par les Gardiens de la révolution (CGRI) et ses sociétés écrans. Le CGRI utilise ces barrages à des fins militaires. Avant la révolution de 1979, il n’y avait que 30 barrages en Iran. Mais maintenant, selon les statistiques des responsables du régime, 1330 barrages sont à divers stades d’exploitation, de mise en œuvre et d’étude.

La crise de l’eau potable en Iran au Khouzistan dans le sud de l’Iran

Le CGRI et le gouvernement de Hashemi Rafsanjani ont commencé en 1990 la construction de barrages sous prétexte de lutter contre les pénuries d’eau et de résoudre le problème de l’eau potable dans le centre de l’Iran.

Mais en fait, le régime transfère de l’eau pour piller davantage les Iraniens. Dans un article de 2018, la section persane de RFI révélait : « Environ 60 % de l’électricité du pays est produite par des entreprises affiliées aux Gardiens de la révolution, des fondations et l’Organisation de la sécurité, que le gouvernement appelle le secteur privé. Au milieu de la crise, le gouvernement irakien a révélé que l’Iran transportait secrètement de l’eau douce du sud de l’Iran à Bassora. »

En outre, les barrages sont des contrats lucratifs pour les entrepreneurs du CGRI et servent d’opportunités de propagande pour les gardiens de la révolution et ses affiliés.

Par exemple, le CGRI a transféré l’eau de Karun à Ispahan, dans le centre de l’Iran, sous prétexte d’aider l’agriculture et de résoudre les problèmes d’eau potable. Les récentes manifestations à Ispahan d’agriculteurs démunis ont souligné que le régime les a en fait privés de leur droit à l’irrigation.

Comment le Corps des gardiens de la révolution islamique du CGRI pille l’économie iranienne

La véritable raison du transfert d’eau à Ispahan par le CGRI est l’énorme consommation d’eau de la Mobarakeh Steel Company, l’un des conglomérats du CGRI et l’un des plus grands complexes industriels d’acier opérant en Iran.

Même si le régime donne aux agriculteurs iraniens leur droit à l’irrigation, en raison de la négligence et du refus des mollahs de développer l’agriculture iranienne, les fermes iraniennes irriguent toujours leurs exploitations avec des méthodes inappropriées et anciennes. En conséquence, plus de 80% des ressources en eau consommées dans le secteur agricole sont perdues.

Comment le transfert d’eau affecte la province du Khouzistan ?

La province du Khouzistan possède de grandes rivières Karun et Karkheh, mais depuis que le régime a construit différents barrages sur ces rivières, les agriculteurs et d’autres habitants de la province du Khouzistan souffrent désormais de pénuries d’eau.

« La rivière Karun était l’artère principale de la vie au Khouzistan et le fournisseur d’eau d’Ahvaz, mais maintenant cette rivière est sur le point de s’assécher en raison de la construction de barrages en amont de la rivière Karkheh. Les experts en eau confirment également ce problème et considèrent l’impact de la construction de barrages non scientifiques et de projets de transfert d’eau depuis les affluents comme la cause la plus importante de sécheresse dans cette province », ont reconnu les responsables de l’agence de presse IRNA le 22 juillet.

La rivière Karun s’est asséchée en raison de la construction d’un barrage non scientifique par l’IRGC

« Par exemple, le district de Nissan avec 25 villages a une population d’environ 10 000 personnes. Les rivières Karkheh et Nissan, l’un des affluents de Karkheh, traversent cette section à la fin de l’estuaire des marais de Hwaizeh.

De grands barrages entourent également le nord du Khouzistan, le district de Dehdez à Izeh avec 100 villages est situé entre les barrages de Karun 3 et Karun 4 ; Cette zone, qui a toujours été confrontée à des problèmes d’eau, est maintenant dans une situation les plus difficile avec l’avènement de la sécheresse », écrit l’IRNA.

Selon l’agence d’Etat, « Après la révolution, la construction de barrages a été présentée à tort comme la seule approche pour l’approvisionnement en eau dans le pays.

Sans vérification et évaluation, le nombre de barrages n’a cessé d’augmenter au point qu’en 2010, nous avions 1265 barrages, dont 584 barrages en exploitation – 128 barrages opérationnels et 553 barrages en phase d’étude. Parmi ceux-ci, environ 100 barrages ont été définis et conçus sur le bassin versant de Karun.

Une quarantaine de barrages sont actuellement en construction ou en exploitation. Autrement dit, nous avons construit ou sommes en train de construire un barrage tous les 10 km sur le tracé de 950 km de Karun ».

« La province du Khouzistan est en effet l’une des provinces les plus riches en eau d’Iran, mais le [régime] a construit d’énormes barrages sur presque toutes les rivières qui arrivent dans la province du Khouzistan, et pratiquement aucune eau n’atteint le fond de ces rivières.

Ainsi, en 2021, en raison de la grave sécheresse, le niveau de bon nombre de ces barrages a baissé et leurs apports d’eau ont été moindres. Par conséquent, la province du Khouzistan sera privée de l’eau du fleuve. Les barrages ont asséché tout l’Iran », a écrit le 17 juillet le quotidien d’État Aftab-e Yazd, à propos de la construction de barrages non scientifiques au cours des dernières années. Selon Aftab-e Yazd, la mauvaise gestion et les activités illicites du régime « Chaque rivière qui coulait en Iran était couverte de plusieurs barrages, ce qui a causé la mort de toutes les rivières du pays ».

Aftab-e Yazd souligne que « les barrages ont asséché les rivières dans la province du Khouzistan. Nous avons construit les barrages dans des endroits où il n’y en avait pas besoin, et maintenant le résultat est une pénurie d’eau.

Lorsqu’un barrage est construit, un lac est créé d’un côté, ce qui augmente l’évaporation de l’eau. La quantité d’évaporation a augmenté en raison de la construction de barrages, qui évapore environ un quart de l’eau que nous consommons. Ces lacs derrière les barrages gaspillent environ 25 pour cent des ressources en eau du pays. »

Comment le CGRI profite-t-il de la crise de l’eau ?
Le CGRI utilise des barrages à des fins militaires. En outre, il a commencé à utiliser les barrages pour produire de l’électricité au cours des deux dernières années. Cette électricité est soit utilisée par les sociétés écrans de l’IRGC pour l’extraction de crypto-monnaie, exportée vers les pays voisins de l’Iran comme l’Irak, utilisée par des usines liées à l’IRGC, ou utilisée à des fins militaires.

Le 19 juillet, l’agence de presse Fars, un média lié au CGRI, a reconnu ce fait.

« La première raison de la perte des ressources en eau au cours des deux dernières années est l’utilisation de barrages allant de l’installation de gestion des ressources en eau au générateur d’électricité. Selon le PDG de l’époque d’Iran Water Resources Management Company, les centrales hydroélectriques situées dans les barrages du pays ont généré 9 % d’électricité de plus que leur objectif. Fars News a écrit.

« Cela signifie que les ressources en eau des inondations de 2020 ont été détournées vers des zones en aval pour produire de l’électricité et ont finalement été gaspillées », ajoute Fars News.

Pour poursuivre ses activités illicites, Le CGRI construit des barrages pour transférer l’eau des affluents de Karun. En plus d’endommager l’écosystème du Khouzistan, le transfert d’eau de Karun vers les provinces centrales de l’Iran, telles que Yazd et Ispahan, «augmenterait les coûts des produits industriels et agricoles dans le centre de l’Iran, ce qui est une catastrophe économique », selon l’agence de presse Mehr, le 22 juillet.

Ce soi-disant plan de transfert de l’eau de Karun a commencé en 1987. Selon le quotidien d’État Etemad du 21 juillet, le régime a lancé ce projet pour résoudre le problème de l’eau potable dans certaines provinces iraniennes.

« En 1987, [CGRI] a de nouveau mis en œuvre le projet de barrage et de tunnel Koohrang 2 avec la capacité de transférer 255 millions de mètres cubes d’eau à Ispahan. Le projet de barrage et tunnel Koohrang 3 de même capacité pour la même destination est en cours d’achèvement et n’a pas encore atteint la phase d’exploitation. De plus, nous avons le projet de tunnel de Beheshtabad, qui est censé transférer 770 millions de mètres cubes d’eau à Kerman, Yazd et, bien sûr, Ispahan », a écrit le quotidien Etemad.

« Le tunnel de Cheshmeh Langan, d’une capacité de 195 millions de mètres cubes, a été mis en service en 2005, et le tunnel du Khodangestan a transféré 65 millions de mètres cubes d’eau. Le barrage Vanak-Solgan devait fournir entre 200 et 250 millions de mètres cubes d’eau à Rafsanjan et Kerman. Le barrage de Kamal Saleh est un autre de ces cas qui a livré de l’eau à Qom en 2011 avec une capacité de 100 millions de mètres cubes d’eau », ajoute le quotidien Etemad, citant Ali Sari, un ancien député du Khouzistan.

Autrement dit, selon Sari, « le problème auquel nous sommes confrontés est dû au transfert de 600 millions de mètres cubes d’eau, et il reste à voir quelles seront les conséquences des autres projets ».

En plus de construire des barrages, l’IRGC a creusé des puits profonds. Avant la révolution de 1979, il n’y avait que 36 000 puits en Iran. Mais les rapports officiels de 2015 indiquent qu’il y a au moins 794 000 puits à travers l’Iran.

Conclusion
Alors que l’Iran souffre d’une grave sécheresse en 2021, la véritable cause de la crise de l’eau en Iran est le CGRI et les politiques destructrices de l’ensemble du régime. La crise de l’eau ne se limite pas au Khouzistan, car la rivière Zayandehroud à Ispahan s’assèche à cause de ces politiques. Le régime est la véritable cause de la crise, que ce soit la construction non scientifique de barrages ou le creusement de puits, détruisent les ressources en eau de l’Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe