lundi, septembre 27, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieCrises économiques en Iran et impasse du régime après l’élection présidentielle

Crises économiques en Iran et impasse du régime après l’élection présidentielle

Le simulacre d’élection présidentielle en Iran a eu lieu le 19 juin. Comme prévu, le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a obtenu une position de faveur à Ebrahim Raïssi du scrutin pour consolider son régime. La question est de savoir comment Khamenei, Raïssi et l’ensemble du régime peuvent résoudre les crises économiques qui mettent en danger leur « sécurité« .

L’économie iranienne est en chute libre en raison de la corruption institutionnalisée du régime. Par conséquent, la résilience économique est un indicateur économique important. La résilience économique est la capacité d’un système économique à surmonter les problèmes et les obstacles qui sont apparus et à préparer les mesures nécessaires pour surmonter les crises.

Selon les responsables du régime et les médias officiels, la résilience économique de l’Iran sous le régime des mollahs est dans une situation déplorable.

How the mullahs destroyed Iran's economy

« Pour la première fois, l’Iran fait partie des trois pays ayant obtenu les pires résultats dans l’indice de résilience et se classe 128e sur 130 pays étudiés. Haïti et le Venezuela sont moins résilients sur le plan économique, tandis que le Tchad, l’Éthiopie, le Liban, le Mali, le Mozambique, le Nicaragua et le Honduras ont une résilience économique supérieure à celle de l’Iran« , a écrit le quotidien officiel Eskenas le 19 juin, en citant la Chambre de commerce de Téhéran.

Il convient de souligner que le président sortant du régime avait affirmé victorieusement que « nous avons empêché l’économie du pays d’être comme celle du Venezuela. »

L‘économie iranienne souffre de la corruption et a le taux de production le plus bas. De nombreux Iraniens sont au chômage et les usines sont fermées. En raison des mauvaises politiques économiques du régime, comme la planche à billets, le taux d’inflation de l’Iran est en hausse, et les Iraniens sont confrontés à des prix qui montent en flèche.

« Nous avons un taux élevé de sous-emploi dans de nombreuses régions, et malheureusement, des nouvelles inquiétantes nous parviennent. Les Iraniens peinent à nourrir leurs familles avec leurs emplois actuels. Par conséquent, de nombreuses personnes ont deux ou trois emplois à temps partiel pour pouvoir joindre les deux bouts« , a écrit le journal officiel Eghtesad-e Pouya le mardi 15 juin 2021.

Le nouveau président du régime, Raïssi, a affirmé lors des débats présidentiels qu’il rouvrirait de nombreuses usines. Cependant, les économistes du régime ont démenti cette affirmation bidon en soulignant que ces usines n’ont pas été fermées volontairement. Au contraire, elles ont été fermées en raison de problèmes économiques et d’un manque de soutien.

De nombreuses usines iraniennes, avec des décennies d’expérience, ont été fermées au cours des dernières années. « Selon des études statistiques choquantes, plus de 1 460 usines ont été fermées par les banques en 2022 en raison de dettes. Cela a conduit à la fermeture de la chaîne de production et au chômage de nombreux travailleurs« , écrit le quotidien Eskenas le 20 juin.

« Plus de 50 % des unités industrielles et de production du pays sont fermées« , a déclaré en 2019 Meysam Zali, ancien secrétaire à la facilitation de la production et à la suppression des obstacles.

How privatization of major companies is destroying Iran’s economy

« L’une des plus grandes raisons de l’effondrement d’une partie de la production et de la fermeture de plus de 40 000 unités industrielles et usines a été les importations incontrôlées« , a déclaré Javad Karimi-Ghodousi, l’un des membres du Majlis (parlement des mollahs).

Un autre problème de l’économie iranienne est le manque d’investissements étrangers. « Selon le dernier rapport de la CNUCED, la valeur des investissements directs étrangers dans le monde l’année dernière a atteint 999 milliards de dollars, dont seulement 1,342 milliard de dollars, soit 0,13 %, ont été réalisés en Iran« , a écrit le Radar-e Eghtesadi le 24 juin.

Avec Raïssi comme président iranien, le terrorisme de Téhéran et les violations des droits humains vont augmenter puisque Khamenei a choisi Raïssi pour consolider son régime, ou en d’autres termes, réprimer les Iraniens à l’intérieur du pays et exporter le terrorisme à l’étranger. Ainsi, le régime sera encore plus isolé à l’échelle internationale, ce qui réduira les investissements étrangers. Il convient de rappeler que les Gardiens de la révolution (pasdaran) sont les seuls qui profitent des investissements étrangers en Iran, et ils dominent l’économie iranienne et opèrent sous le prétexte de la « privatisation« . En d’autres termes, si les activités du régime ont contribué à une diminution des investissements étrangers en Iran, les investissements étrangers en Iran sous le régime des mollahs n’aideraient pas l’économie du pays.

Hossain Raghfar, l’un des économistes du régime, a déclaré en avril 2020 : « Alors que 20 milliards de dollars ont disparu du pays lors d’un grand scandale de corruption, nous demandons aujourd’hui à la Banque mondiale de nous donner 5 milliards de dollars. Pourtant, personne n’est responsable de cette situation. »

Le régime corrompu des mollahs a spolié la richesse nationale de l’Iran au cours des 40 dernières années. Les Iraniens connaissent actuellement une forte inflation due à la corruption et aux mauvaises politiques du régime. L’une des principales raisons de l’inflation galopante en Iran, selon les économistes du régime, est « l’inefficacité de la méthode de financement et du système budgétaire du pays et la pression des tâches budgétaires sur les ressources du réseau bancaire pour compenser le déficit budgétaire chronique et structurel du gouvernement« .

« Le taux d’inflation moyen en Asie de l’Ouest et en Afrique du Nord en 2019 était égal à 1,1 %, et le taux d’inflation moyen dans tous les pays du monde était égal à 3,2 %. Cette statistique montre clairement que le problème de l’inflation dans le monde est considéré comme un problème résolu. En Iran, en revanche, le taux d’inflation moyen sur 30 ans est supérieur à 21 % et le taux d’inflation moyen sur les dix dernières années est supérieur à 25 % », a écrit le journal officiel Tejarat-e Farda le 19 juin.

Alors que l’Iran est confronté à de graves crises économiques, Khamenei a choisi Ebrahim Raïssi, qui a un très faible niveau d’éducation et ne connaît rien à l’économie, si ce n’est le pillage du peuple et les violations des droits humains.

Freydoun Khavand, l’un des économistes du régime, a souligné le 23 juin que Raïssi « ne connaît pas les causes profondes du déclin économique de l’Iran au cours des quatre dernières décennies, son discours économique ne va pas au-delà de la ligne des promesses non soutenues, et il offre des moyens de réaliser ces promesses qui ont été répétées pendant des années. »

Iran Election 2021: Empty Polling Stations Across the Country (Compilation vol.1)

« Maintenant, avant d’entrer en fonction en tant que président, nous vous rappelons les principaux défis de l’économie, et nous annonçons, sans avertissement préalable, qu’il est trop tard pour construire l’économie aujourd’hui« , a écrit le quotidien Eskenas le 20 juin.

Cela ne fait que quelques jours que Raïssi est devenu le nouveau président du régime. Mais les médias officiels et les responsables parlent explicitement de son manque de connaissances et de volonté pour résoudre les crises économiques. Ces articles et avertissements reflètent le non historique du peuple iranien au régime en boycottant son simulacre d’élection présidentielle. Ce boycott national a montré que le peuple iranien considère le régime comme la racine de ses problèmes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe