mardi, septembre 21, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieIran : La crise du COVID-19 met en danger l'emprise du régime

Iran : La crise du COVID-19 met en danger l’emprise du régime

L’Iran, un bazar plein à craquer

Après deux années de tromperie, le président du régime iranien Hassan Rohani a reconnu que l’Iran subissait actuellement la quatrième vague d’épidémie de Covid-19. «Nous avons une période difficile devant nous», a-t-il déclaré samedi, montrant que l’action du régime contre la Covid-19 a échoué.

Le régime a utilisé l’épidémie de Covid-19 pour réprimer la société agitée après le soulèvement majeur de novembre 2019. Cette politique inhumaine était centrée sur l’inaction et la dissimulation. Désormais, les responsables et les médias d’État reconnaissent que la situation est critique.

Le quotidien national Resalat a écrit samedi «Le centre de combat contre Covid-19 dirige par Rohani ne se soucie pas de la santé des gens».

Les responsables du régime s’inquiètent de l’aggravation de cette crise, surtout à cause de la révulsion de la population contre le régime en raison de sa politique inhumaine concernant la Covid-19.

«Bien que la crise du coronavirus retarde le conflit (social), le retarder au prix de problèmes accablants est un défi pour la société. En d’autres termes, lorsque la société sera libérée des griffes de cette maladie, les effets politiques, sociaux et économiques commenceront à se montrer avec une plus grande puissance destructrice », a écrit le quotidien économique Jahan-e Sanat, le 15 mars.

La menace d’un autre soulèvement à l’échelle nationale a accru les luttes intestines du régime. «Tout ce qu’ils [les représentants du gouvernement de Rohani] ont dit était faux. Ils ont dit que le coronavirus était terminé. Alors d’où vient cette quatrième vague? » a déclaré vendredi Ahmad Alam-ol Hoda, chef de la prière du vendredi de Machhad.

«La Force opérationnelle nationale de combat contre Covid-19 a refusé d’utiliser les vacances [du Nouvel An persan] pour contrôler la crise de la Covid-19», a déclaré le vice-ministre de la Santé Iraj Harirchi. Faisant implicitement référence à Rohani et Khamenei, il a ajouté: «Je ne peux pas dire leurs noms».

Par conséquent, Rohani, dimanche, a averti: « Ils ne doivent pas aller dire ce qu’ils veulent à la télévision. Ce ne sera pas dans l’intérêt du système ».

« Aujourd’hui, la population craint pour l’avenir parce que la société est au bord de grandes crises. Si les crises s’accumulent et que les dirigeants n’écoutent pas les voix des manifestants, la poursuite d’un tel phénomène peut mettre fin à la patience du peuple. S’il n’y a pas de changement en Iran prochainement, l’état mental de la société deviendra bientôt plus dangereux », a averti Jahan-e Sanat le 15 mars.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe