lundi, novembre 29, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieIran : La levée des sanctions et les négociations ne sauveront pas...

Iran : La levée des sanctions et les négociations ne sauveront pas l’économie des mollahs

Iran : La levée des sanctions et les négociations ne sauveront pas l'économie des mollahs
Iran : La levée des sanctions et les négociations ne sauveront pas l’économie des mollahs

Mercredi, le régime iranien et la puissance mondiale ont conclu à Vienne leur cinquième cycle de pourparlers informels visant à relancer l’accord nucléaire de 2015 ou Plan d’action global commun. Ces derniers jours, les puissances occidentales ont appelé Téhéran à reprendre les pourparlers à Vienne pour rétablir l’accord nucléaire de 2015. Les partisans du dialogue avec le régime terroriste iranien affirment que le rétablissement de l’accord nucléaire affecterait positivement l’économie iranienne. Mais le serait-il vraiment ?

L’économie iranienne souffre de la corruption institutionnalisée du régime. Les sanctions ont des effets secondaires sur la détérioration de la situation économique de l’Iran. Mais supposons que les sanctions soient la seule raison de l’échec de l’économie iranienne. Des sanctions sont imposées en raison des efforts du régime pour obtenir l’arme nucléaire, son soutien au terrorisme et ses violations continues des droits humains.

« Alors que l’Iran et la Chine ont un accord de coopération de 25 ans et que certaines prévisions indiquent une augmentation des ventes de pétrole iranien à la Chine, les données de la Chambre de commerce de Téhéran montrent qu’au cours des huit premiers mois de 2021, les ventes de pétrole de l’Iran à la Chine ont chuté de plus de 11 milliards de dollars, comparativement à il y a trois ans. Dans le même temps, les ventes de pétrole de l’Arabie saoudite à la Chine ont considérablement augmenté », a écrit le journal officiel Tejarat News le 21 octobre.

Fitting a Square Peg into a Round Hole with Iran Negotiations - April 2021

« Oman, l’Irak, le Koweït et les Émirats arabes unis sont les quatre autres pays dont les ventes de pétrole à la Chine ont également augmenté au cours de cette période pour compenser la baisse de l’approvisionnement en pétrole de la Chine en provenance d’Iran », a ajouté le site Web.

Selon les apologistes de Téhéran, les sanctions sont le seul problème de l’économie iranienne, donc Téhéran pourrait les faire lever immédiatement s’il arrête toutes ses activités malveillantes.

« La plupart des sanctions sont imposées en raison de notre idéologie. De toute évidence, la défense de notre idéologie entraînera des coûts. Mais le débat n’est pas de savoir pourquoi et comment les sanctions sont imposées. La question est, pourquoi refusons-nous de prendre des chemins sûrs contre les sanctions et imposons-nous beaucoup de coûts économiques au pays ? » a écrit le 4 octobre le journal Eghtesad-e Pouya.

Pour une meilleure compréhension, examinons l’Instrument de soutien aux échanges commerciaux (INSTEX), un véhicule spécial européen (SPV) créé le 31 janvier 2019. Pour aider Téhéran à échapper aux sanctions américaines, réimposées en 2018 après le retrait de l’administration Trump du JCPOA, l’Union européenne a lancé INSTEX, un mécanisme financier visant à faciliter les transactions non-USD et non-SWIFT avec l’Iran. Téhéran aurait pu utiliser INSTEX s’il avait ratifié les conventions du Groupe d’action financière (GAFI).

Les contradictions des négociations avec le régime en Iran
Le GAFI avait donné suffisamment de temps à Téhéran pour finaliser les lois qui permettraient au pays d’adhérer aux conventions de Palerme et de lutte contre le financement du terrorisme (CFT) contre le financement du terrorisme et le blanchiment d’argent.

Mais de nombreux responsables du régime ont qualifié l’adoption des conventions CFT et de Palerme d' »auto-sanction ». L’économie iranienne est dominée par les gardiens de la révolution (CGRI), qui sont considérés comme une organisation terroriste. De plus, en adoptant les conventions du GAFI, Téhéran ne serait pas en mesure de financer ses groupes terroristes mandataires tels que le Hezbollah et les Houthis.

Il convient de noter que Téhéran continue de financer des organisations terroristes, les qualifiant d’« axe de résistance ». Le chef suprême du régime, Ali Khamenei, et d’autres hauts responsables ont souligné que s’ils n’avaient pas combattu dans la guerre en Syrie, ils auraient été obligés de « se battre à Téhéran ». Le régime a longtemps utilisé le terrorisme pour exporter le chaos à l’étranger.

Il convient de noter que selon la Banque centrale iranienne, les recettes d’exportation de pétrole de Téhéran étaient d’environ 180 milliards de dollars rien qu’en 2018 et 2019.

Pourtant, on ne sait pas où ces gains ont abouti. Pourtant, il est clair qu’ils n’ont pas été utilisés pour résoudre subvenir aux besoins de la population. Deux grandes manifestations ont éclaté en 2018 et 2019 en Iran, avec les manifestants réclamant leurs droits fondamentaux.

Reuters a rapporté en décembre 2020 que les mollahs ont dépensé « 600 millions de dollars » pour agrandir le sanctuaire de l’imam Hussein en Irak. Pendant ce temps, les Iraniens ont du mal à joindre les deux bouts.

« Le ministère des Coopératives, du Travail et de la Protection sociale a déclaré dans un rapport que jusqu’en 2021, 26 millions de personnes dans le pays vivaient dans la pauvreté absolue », (l’agence de presse officielle ILNA, le 22 octobre). Le seuil de pauvreté en Iran est entre 10 et 15 millions de tomans. Pendant ce temps, la base salariale des ouvriers et employés iraniens est d’environ quatre millions de tomans.

Selon le quotidien Arman du 21 octobre, « Vivre en Iran est devenu un marathon de survie. Les ouvriers gagnent moins de 3 millions de tomans. Les responsables pourraient-ils se mettre à la place des travailleurs pendant un mois ? Pourraient-ils vivre avec 150 000 tomans par jour ?

What’s the price of the mullahs staying in power in Iran?

Le prix du maintien des mollahs au pouvoir en Iran
Ainsi, même si les sanctions sont levées aujourd’hui, la situation économique de l’Iran ne changera pas au profit de la population. Alors que les Occidentaux continuent de pousser à des négociations, le régime iranien poursuit sa politique trompeuse, traînant les pieds dans les négociations et tentant d’acquérir la bombe nucléaire.

L’accord nucléaire de l’Iran avec les puissances mondiales, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global commun (JCPOA), a été signé en 2015, permettant à Téhéran d’enrichir de l’uranium à moins de 5%. Les signataires de l’accord ont affirmé que le JCPOA avait freiné le programme nucléaire iranien et prolongé son temps de « rupture ».

En 2018, l’Iran a commencé à violer ses engagements aux termes du JCPOA et pourrait rapidement enrichir de l’uranium à 60 % de pureté. Ainsi, il est devenu évident que le JCPOA avait de nombreuses failles permettant au régime de poursuivre secrètement son programme nucléaire.

Les puissances occidentales devraient éviter de donner des concessions et du temps à Téhéran. Le régime iranien ne comprend que le langage de la fermeté et devraient réimposer toutes les sanctions au régime scélérat qui brime son peuple et fait chantage à la communauté internationale.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe