mercredi, juin 29, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieIran : Le gouvernement de Raïssi est pris au piège dans ses...

Iran : Le gouvernement de Raïssi est pris au piège dans ses propres mensonges

Le peuple iranien, en particulier les couches les plus défavorisées, paie le prix de la mauvaise gestion de l’économie par le régime.

Depuis qu’il est devenu président iranien, Ebrahim Raïssi ne s’est vanté que de la revitalisation économique et a fait des promesses creuses. Ses ministres suivent également ses traces. Mais les Iraniens savent que lorsque le renard prêche, ils doivent prendre soin de leurs oies, et ces promesses vides signifient plus de pression économique.

Après son ordre ridicule d’éradiquer la pauvreté en deux semaines et d’ordonner un arrêt de l’inflation, Raïssi s’est remis sur les rails avec de nouveaux mensonges et des affirmations absurdes. Lors d’une réunion avec son cabinet la semaine dernière, Raïssi a affirmé que l’inflation avait « disparu ». Il a également exprimé son mécontentement face à la flambée des prix et a ordonné de « surveiller et de trouver la racine » de la flambée des prix.

Abbas Tabesh, vice-ministre du Travail, a ordonné le 13 avril : « Toute augmentation des prix devrait être révisée d’ici ce soir. Les prix devraient être les mêmes que l’année dernière. »

Les médias et les responsables de l’État se sont également moqués de ces mensonges et de ces gestes.

« Les gens voient et ressentent intimement la hausse de l’inflation et du taux de chômage. Vous ne gagnez que la moquerie des gens quand vous annoncez ces statistiques irréalistes!», a commenté Alireza Pakfetrat, membre du Majlis (parlement des mollahs), sur les chiffres donnés par les membres du cabinet de Raïssi le 16 avril, cités par le site Web en ligne Eghtesad.

« Huit mois se sont écoulés depuis la formation du gouvernement [de Raïssi], après avoir fait des tonnes de promesses économiques. Pourtant, il est assez décevant que [Raïssi] n’exprime que son mécontentement face aux coûts élevés des produits de première nécessité et ordonne des enquêtes », a écrit le quotidien officiel Mardom Salarie le 14 avril.

« Raïssi veut résoudre les problèmes avec les « ordres ». Ces ordres infondés ne font que démontrer que les problèmes ne sont pas étudiés en profondeur et que [le régime] est dépourvu de toute solution. Raïssi a émis de nombreux ordres au cours des huit derniers mois, mais a-t-il réfléchi à qui mettra en œuvre ces ordres et quels seraient leurs résultats?», ajoute le document.

Dans son article du 15 avril, le quotidien officiel Javan, un média affilié aux Gardiens de la révolution (pasdaran), s’est également moqué des propos de Raïssi, soulignant que « la flambée des prix n’a pas besoin d’enquêtes. Ils sont enracinés dans la mauvaise gestion de vos collègues. »

La calamité financière de l’Iran n’est pas une vérité qui se trouve au fond du puits. Les médias et les responsables de l’État reconnaissent certaines statistiques artificielles mais choquantes sur la crise économique du pays et le sort de la population.

« Le taux de pauvreté en 2019 a atteint environ 32 %, soit le taux le plus élevé en 10 ans. La forte inflation, en particulier depuis 2018, le ralentissement économique et la baisse constante du revenu national par habitant ont entraîné une baisse répétée de l’aide sociale des ménages iraniens au cours de la dernière décennie, et enfin, en 2019, environ 26,5 millions de personnes sont en dessous du seuil de pauvreté », a reconnu le 13 avril Farhikhtegan, un média proche du gouvernement de Raïssi.

Le journal cite ensuite les statistiques du ministère iranien des Coopératives, du Travail et de la Protection sociale, reconnaissant que « le ratio de la population sous le seuil de pauvreté par rapport à la population totale était passé de 22 % en 2011 à 20 % en 2015. Mais ce taux a atteint 32 % en 2019. Naturellement, ce chiffre a augmenté en 2020 et 2021. »

Mais il est naïf de penser que Raïssi et ses ministres ne sont pas conscients des conséquences de leurs gestes vides. Le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a nommé Raïssi comme président et a trié sur le volet son cabinet parmi les voyous affiliés aux pasdaran, pour ensuite consolider son régime fragile et accroître la répression afin de contenir la société volatile dans un contexte d’isolement international. Le nombre croissant d’exécutions et ses actes hostiles envers la communauté internationale, comme sa course à la bombe nucléaire, témoignent du fait que le régime n’est pas prêt à s’attaquer aux difficultés économiques du pays.

En outre, en faisant des promesses creuses, Raïssi et ses lieutenants dissimulent leurs politiques désastreuses, telles que la planche à billets, les détournements de fonds et l’ineptie.

À cet égard, le journal officiel Mardom Salari écrivait le 14 avril : « La politique de Raïssi est, en fait, une économie d’État centralisée au nom de la lutte contre la pauvreté. En violant l’indépendance de la banque centrale et en empruntant auprès d’elle, le gouvernement plonge ses mains plus profondément dans les poches des gens et contribue à la tourmente économique et à l’augmentation de la pauvreté. »

Comme la banque centrale du régime ne dispose pas de suffisamment de réserves et que les faibles revenus du pays sont dilapidés dans le terrorisme, le régime continue à imprimer des billets de banque. Ainsi, les liquidités augmentent, et l’inflation augmente en raison du faible taux de production de l’Iran.

Le budget 2021-2022 de Raïssi souffre également d’un énorme déficit, il devra donc augmenter la planche à billets, car la banque centrale iranienne ne peut pas prêter d’argent.

Raïssi a également basé les recettes de son budget sur les taxes, et même si le régime presse les gens de leurs derniers centimes, cela ne peut pas compenser le déficit budgétaire.

« Les recettes fiscales dans le projet de loi budgétaire sont fixées à trois fois les recettes budgétaires approuvées de l’année dernière. La Commission parlementaire de consolidation a ajouté 20 %, ce qui fait des recettes fiscales une illusion totale et augmente le déficit budgétaire », a poursuivi le quotidien Mardom Salarie à ce sujet.

En un mot, le gouvernement de Raïssi ne résout pas les crises économiques de l’Iran. Il les aggrave. En retour, la calamité financière du pays ne fait qu’ajouter au mépris de la population envers le régime, et les mensonges et promesses de Raïssi sont comme de l’essence versée sur le feu du mécontentement en Iran.

« Notre société va d’une crise à une autre. Ce cycle atteint un point où des tonnes de crises forcent la société à se révolter, ce qui fait tomber les fondations [du régime] », a averti le quotidien officiel Hamdeli le 16 avril.

En d’autres termes, ce n’est pas seulement Raïssi, mais l’ensemble du régime qui est prisonnier du mensonge et de la corruption.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe