mercredi, juin 29, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieIran : Les autorités corrompues arrêtent le frère d’une députée pour corruption...

Iran : Les autorités corrompues arrêtent le frère d’une députée pour corruption !

Iran : Les autorités corrompues arrêtent le frère d'un député pour corruption !

Récemment, une vidéo a circulé en ligne d’une députée iranienne, Fatemeh Maghsoudlu, faisant une scène alors que les autorités tentent d’arrêter son frère pour corruption. Bien que la pointe d’un iceberg, ce scandale montre une fois de plus le sombre visage de la corruption dans le régime des mollahs.

De ses militaires au parlement et ses autres responsables, on pourrait difficilement trouver une institution ou un individu exempt de corruption. En d’autres termes, on peut dire sans risque de se tromper que la théocratie au pouvoir en Iran est profondément corrompue, et les révélations continues de cas de détournement de fonds en témoigne.

Des informations en provenance d’Iran indiquent que Hamidreza Maghsoudi, le frère de Fatemeh Maghsoudi, a été condamné à cinq ans de prison pour détournement de fonds. L’arrestation du frère de Maghsoudi a été moquée par les Iraniens sur les réseaux sociaux, disant : « Qu’est-il arrivé à ses revendications anti-corruption ? »

Maghsoodi, originaire de Brojourd dans l’ouest de l’Iran, est membre féminin du parlement dit « révolutionnaire ». Ces députés ont été triés sur le volet par le Guide suprême du régime Ali Khamenei en 2020, dans le but de resserrer les rangs au sein de son régime fracturé. Ces derniers ont pris leurs fonctions en faisant beaucoup de bruit sur la « lutte contre la corruption » et « l’aide à la population ».

Bien sûr, les Iraniens n’ont pas pris cette rhétorique au sérieux, car ils ont massivement boycotté les élections législatives frauduleuses de février 2020.

Mais le cas de Maghsoudi n’est pas le premier ni le dernier.

Hossein Mousavi, frère d’Abolfazl Mousavi, ancien député de Yazd, a reçu 90 000 milliards de rials de pot-de-vin en 2019. Le député lui-même a ensuite été arrêté au milieu des luttes intestines du régime pour avoir reçu un pot-de-vin de 650 000 milliards de rials de la municipalité de Téhéran. Il convient de noter que Mohammad Bagher Ghalibaf, l’actuel président du Parlement, était alors maire de Téhéran.

Alors que la justice du régime a fait beaucoup d’histoires au sujet de l’arrestation de Moussavi, la qualifiant de mesure importante « dans la lutte contre la corruption », elle a refusé de dire pourquoi elle n’avait pas approché la tête du serpent, Ghalibaf.

Le récent voyage par avion de la famille de Ghalibaf en Turquie pour acheter une cargaison coûteuse d’articles pour bébés a fait beaucoup de bruit, même parmi les responsables du régime et les médias d’État.

« Les familles des responsables de l’État peuvent-elles s’offrir le luxe ? a écrit Javan Online le 20 avril. « Peut-être qu’ils le peuvent, mais pour une personne dont la campagne électorale était simplement axée sur la lutte contre les 4 % de capitalistes, sa femme et sa fille ne peuvent pas être les passagers d’un tel vol. Si quelqu’un prétend être un fidèle et affiche des slogans révolutionnaires, il ne peut pas acheter les vêtements de son petit-enfant à naître sur les marchés d’Istanbul. »

Les gens se sont rapidement exprimés sur les médias sociaux en Iran, se moquant de la lutte contre « l’impérialisme » du régime qui ordonne à la population de s’abstenir de consommer des produits étrangers et de donner la priorité à la production nationale. »

La rhétorique des autorités pour avoir une vie simple et acheter des produits nationaux rappelle le célèbre dicton de Marie-Antoinette avant la révolution. Lorsqu’on lui a dit que ses sujets français n’avaient pas de pain, Marie-Antoinette a reniflé : « Qu’ils mangent de la brioche. »

Fait intéressant, l’épouse de Ghalibaf, Zahra Sadat Moshir, a utilisé la Charité de l’Imam Reza pour détourner des milliards de dollars, en utilisant les opportunités offertes par son mari, alors maire de Téhéran.

« Est-ce que les familles des responsables de l’État peuvent s’offrir ce luxe ? a écrit Javan Online le 20 avril. Si quelqu’un prétend être un pionnier et utilise des slogans révolutionnaires, il ne peut pas acheter les besoins de son petit-enfant à naître dans les centres commerciaux d’Istanbul. »

Mais la corruption ne se limite pas aux députés du régime. La kleptocratie iranienne, son népotisme endémique et les innombrables cas de détournement de fonds très médiatisés dépassent l’imagination.

Le quotidien Jahan-e Sanat s’est moqué du népotisme du régime dans un article du 17 janvier : « Ils viennent en bus et occupent des postes élevés, et la seule chose qui n’a pas d’importance est le mérite. On ne peut pas trouver de critères tels que l’éducation et les diplômes connexes, les antécédents et l’expérience. Au lieu de cela, on nous parle simplement de leurs postes et de leurs titres de direction. »

La corruption est institutionnalisée dans la théocratie au pouvoir en Iran. Les responsables du régime et leurs proches mènent une vie luxueuse et leurs bébés à naître reçoivent des cadeaux coûteux. Pendant ce temps, de nombreux Iraniens vendent leurs bébés pour gagner leur vie, ou de nombreuses mères vendent leurs cheveux pour acheter des livres et des stylos pour leurs enfants. Les garçons et les filles iraniens sont contraint de ramasser des ordures. La vidéo déchirante d’un petit garçon qui ne connaît même pas le sens de «rêve» a marqué la conscience de tout être humain.

Quelle que soit la faction à laquelle ils appartiennent, les responsables du régime restent profondément impliqués dans divers scandales de corruption nationale, et les faits mentionnés ci-dessus ne sont que la pointe de l’iceberg. Accorder des concessions à Téhéran ou l’inonder d’argent ne peut pas le sauver et n’aidera pas la population. La racine de la crise économique de l’Iran réside dans la corruption du régime et son gaspillage des ressources de la nation dans la répression intérieure et le terrorisme à l’extérieur. Les protestations en cours en Iran par des personnes de tous horizons montrent l’inquiétude des Iraniens excédés. Ils l’ont scandé lors des manifestations : « Un détournement de fonds de moins, et nos problèmes seront résolus ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe