vendredi, février 12, 2021
Accueil Actualités Actualités: Economie Iran : Les États-Unis désignent comme terroriste un responsable des pasdaran et...

Iran : Les États-Unis désignent comme terroriste un responsable des pasdaran et l’Université Al-Mustafa

Le bureau de contrôle des avoirs étrangers (OFAC) du Département américain du Trésor a inscrit mardi sur liste noire Hasan Irlu, envoyé du régime iranien auprès des houthites au Yémen et responsable de la Force Qods affiliée aux Gardiens de la révolution (pasdaran). En outre, l’OFAC a désigné comme terroriste l’Université internationale Al-Mustafa, qui agit comme une organisation de façade pour faciliter les efforts de recrutement de la Force Qods affiliée aux pasdaran.

Selon la déclaration du Département du Trésor : « L’Université internationale Al-Mustafa, qui a des branches dans le monde entier, est utilisée comme une plateforme de recrutement par la Force Qods pour la collecte de renseignements et les opérations, y compris le recrutement pour les milices étrangères dirigées par la force Qods qui combattent au nom du régime de Bachar El-Assad en Syrie. »

Selon le Département du Trésor américain : « L’Université internationale Al-Mustafa, basée en Iran, qui prétend avoir des branches dans plus de 50 pays, facilite les opérations de renseignement de la force Qods en permettant à son corps étudiant, qui comprend un grand nombre d’étudiants étrangers et américains, de servir de réseau de recrutement international. »

« Les recrues de l’Université internationale Al-Mustafa ont été envoyées en Syrie pour combattre au nom des milices dirigées par la force Qods. La force Qods a créé la division Fatemiyoun, une milice chiite dirigée par des Iraniens et composée principalement d’Afghans résidant en Iran, ainsi que la brigade Zaynabiyoun, une milice composée de chiites pakistanais, comme forces expéditionnaires pour combattre en Syrie. La force Qods a utilisé Al-Mustafa comme couverture pour son recrutement d’Afghans. Elle a utilisé le campus d’Al-Mustafa à Qom, en Iran, comme terrain de recrutement d’étudiants pakistanais pour rejoindre les Brigades Zaynabiyoun. De nombreux étudiants de l’université ont été tués au combat en Syrie. La division Fatemiyoun et la brigade Zaynabiyoun sont toutes deux désignées par les autorités antiterroristes et des droits humains. »

« La force Qods utilise l’université Al-Mustafa pour développer des échanges d’étudiants avec des universités étrangères dans le but d’endoctriner et de recruter des sources étrangères. Al-Mustafa a facilité l’arrivée en Iran de touristes involontaires en provenance de pays occidentaux, auprès desquels les membres de la force Qods ont cherché à recueillir des renseignements. Des recrues de l’Université internationale Al-Mustafa ont été envoyées en Syrie pour combattre au nom des milices dirigées par la force Qods », peut-on lire dans la déclaration.

Irlu, l’envoyé du régime auprès des rebelles houthites, avait auparavant « soutenu les efforts de la force Qods pour fournir des armes et des entraînements avancés aux Houthites », pendant des années, selon le Trésor américain.

« Il a coordonné avec d’autres hauts responsables de la force Qods pour soutenir les opérations du groupe dans toute la péninsule arabique et au Yémen. Irlu a maintenu une relation avec l’ancien commandant de la force Qods, Qasem Soleimani. Il a également fourni une formation aux membres du Hezbollah en Iran », précise la déclaration.

« La désignation d’un responsable de la force Qods comme envoyé auprès des rebelles Houthites au Yémen démontre l’indifférence du régime des mollahs à la résolution du conflit, qui a conduit à la souffrance généralisée de millions de Yéménites », a déclaré le secrétaire américain au Trésor, Steven T. Mnuchin. « De plus, le recrutement par la force Qods d’étudiants étrangers pour les opérations de renseignement illustre à quel point le groupe a infiltré la société iranienne pour atteindre ses objectifs destructeurs. Ces efforts, et le rôle omniprésent que joue la force Qods dans la politique étrangère iranienne, contribuent à l’érosion de la confiance dans les institutions publiques et privées de l’Iran. »

Cette désignation fait suite au récent procès du diplomate-terroriste iranien, Assadollah Assadi, à Anvers, en Belgique, pour avoir comploté un attentat terroriste contre le rassemblement annuel de l’opposition, Iran Libre en 2018 à Paris. Assadi a utilisé ses privilèges diplomatiques pour transférer des explosifs de l’Iran vers l’Europe et les remettre personnellement à ses agents.

Le régime a utilisé ses missions diplomatiques et ses soi-disant organisations culturelles et religieuses pour exporter le terrorisme à travers le monde. Maintenant, il est temps pour la communauté internationale de fermer toutes les ambassades et centres iraniens et d’expulser les agents du régime.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe