dimanche, octobre 17, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieIran, une économie en déliquescence

Iran, une économie en déliquescence

L’économie iranienne est en chute libre. Mais pourquoi l’économie iranienne, avec des ressources aussi vastes, est-elle en déclin ? Est-ce dû aux sanctions ? Ou la corruption institutionnalisée du régime ? Le régime serait-il capable de faire face à la crise économique iranienne ?

« Gholamreza Shafei, président de la Chambre de commerce d’Iran, a lancé des avertissements choquants sur la situation économique de l’Iran », a rapporté le 21 septembre le quotidien officiel Setareh Sobh.

« Selon la dernière mise à jour des données de la Banque mondiale en juillet, le PIB de l’Iran aux prix courants a diminué de 57% en 2017, passant de 545 milliards de dollars en 2017 à 191 milliards de dollars en 2020. En outre, le classement mondial de l’Iran en termes de PIB a chuté de la 26e place dans l’économie mondiale en 2017 à la 50e place dans l’économie mondiale en 2020 », a déclaré Shafei à Setareh Sobh.

Alors que l’indicateur du PIB d’un pays ne détermine pas à lui seul toute la situation économique de ce pays, mais selon Shafei, « examiner la situation du pays dans ces indicateurs peut, outre la qualité de la production et le niveau de sous-développement, décrire la situation générale de la production. »

Le PIB de l’Iran a diminué tandis que sa liquidité augmente rapidement. La principale raison de la croissance des liquidités est l’impression des billets de banque par le régime. En conséquence, le taux d’inflation et les prix des biens de consommation en Iran montent en flèche chaque jour.

How the mullahs destroyed Iran's economy

Le gouvernement d’Hassan Rohani a commencé à imprimer des billets de banque pour compenser son déficit budgétaire et cette tendance s’est poursuivie depuis lors.

« Le déficit budgétaire pour 2021 est d’environ 370 000 milliards de tomans, soit près de la moitié du budget total du pays. L’une des raisons de ce déficit est l’augmentation de 40 % des dépenses courantes du gouvernement en raison de son élargissement », a écrit Arman le 21 septembre.

« Dans le même temps, allouer des budgets à des entreprises publiques inutiles qui n’ont aucun rôle dans le secteur productif, ou allouer des budgets à des organisations et institutions non productives qui n’ont aucune production ou ne paient pas d’impôts, le budget irréaliste lui-même, qui repose sur du pétrole, sont parmi les raisons qui ont mis le pays dans une situation désastreuse depuis de nombreuses années.

Fait intéressant, aucune organisation ou institution n’est prête à renoncer à son budget pour le bien-être de la population et à aider le gouvernement », ajoute le quotidien Arman.

L’économie iranienne est largement dépendante des exportations de pétrole. En raison des activités néfastes du régime, du soutien au terrorisme, l’industrie pétrolière iranienne est sanctionnée, laissant le gouvernement avec un énorme déficit budgétaire.

How is Iran’s wealth spent under Khamenei & Rouhani

Mais même si les sanctions sont levées et le régime est autorisé exporter largement son pétrole, comme il l’a fait à la suite de l’accord nucléaire avec les puissances mondiales en 2015, la crise économique de l’Iran ne sera pas résolue en raison de la corruption institutionnalisée des mollahs.

Selon la Banque centrale iranienne, le régime a gagné environ 180 milliards de dollars grâce aux exportations rien qu’en 2018 et 2019, mais on ne sait pas exactement où certains de ces revenus ont abouti. Ces revenus n’ont pas été utilisés pour résoudre les problèmes des gens, mais le régime les a utilisés pour financer ses groupes terroristes par procuration.

Le régime a basé son budget 2021 sur la vente de 2,3 milliards de barils de pétrole par jour. Pendant ce temps, l’année dernière, il n’a pas été en mesure de vendre plus de 700 000 BPD, et la majeure partie de cela a été réalisée par le biais de canaux de contrebande et à des prix inférieurs au prix du marché.

En d’autres termes, le gouvernement Rouhani avait l’intention de gagner environ 60 milliards de dollars de la vente de 2,3 millions de barils par jour. C’est le double des ventes de pétrole inscrites au budget 2020.

Pendant ce temps, il n’y a aucun signe clair quand les sanctions internationales contre l’industrie pétrolière du régime seront levées. La pandémie de Covid-19 a bouleversé les marchés pétroliers. En outre, les infrastructures pétrolières iraniennes endommagées pourraient difficilement produire cette quantité de barils de pétrole par jour.

Le quotidien Arman ajoute que puisque la « politique étrangère » du régime « n’ont pas changé et qu’une grande partie de l’économie iranienne est politique », les sanctions resteront à leur place. Ainsi, à cause de l’impression des billets de banque et à cause de la corruption du régime, le taux d’inflation augmente, rendant la vie plus difficile aux Iraniens.

Ces derniers jours, les responsables du régime ont accusé de manière flagrante la hausse minimale des salaires comme la véritable raison de la hausse du taux d’inflation. « Les responsables accusent constamment la hausse des salaires pour l’augmentation de l’inflation. L’augmentation de 10 % des salaires n’est pas conforme au seuil de pauvreté de 10 millions de Tomans », écrivait le 21 septembre le quotidien d’État Kar-o Kargar.

« Une augmentation de 39 % des salaires en 2021 ne couvrira que 37 % du coût de la vie de la population. Le salaire d’un ouvrier de 4 millions de tomans ne couvre que dix jours du mois, et après cela, les ouvriers arrivent à peine à joindre les deux bouts jusqu’à la fin du mois. Ils doivent supprimer bon nombre des dépenses de base de leur vie », a écrit Kar-o Kargar.

« Quel est le rapport d’une augmentation de 10 % des salaires à un seuil de pauvreté de 10 millions de tomans ? Pour déterminer le panier de subsistance, nous mettons de côté de nombreuses dépenses et ne calculons que le prix de 33 articles de biens essentiels. Si nous voulons calculer le coût des articles énoncés dans la loi, le coût du panier de subsistance est beaucoup plus élevé que ce qui est déterminé par le Conseil suprême du travail », a déclaré Aslani, membre du conseil d’administration des Conseils islamiques du travail.

Se référant à la base salariale de 2 millions et 600 000 tomans en 2021, Aslani a déclaré : « une augmentation de salaire de 10 % signifie l’ajout de 260 000 tomans à la base salariale, alors que les prix ont parfois augmenté jusqu’à 60 %. »

« Le faible taux historique du salaire minimum des travailleurs par rapport aux coûts actuels dans les zones urbaines et rurales a exercé une pression énorme sur la classe ouvrière. Les études montrent que l’augmentation de l’inflation et le rapport croissant du salaire minimum aux coûts ont réduit le pouvoir d’achat.

Le ratio du salaire annuel minimum des travailleurs au coût annuel moyen pour un ménage urbain et rural était respectivement de 35,3% et 64,2% », a écrit le quotidien Vatan-e Emrooz.

Vatan-e Emrooz reconnaît que « l’économie de l’État et son climat des affaires qui en découle, la liquidité croissante et une multiplicité de règles et de réglementations affectent directement ou indirectement le pouvoir d’achat des travailleurs. Il est à noter que le moteur de l’inflation par la fiscalité invisible, qui cible uniquement les pauvres et non les riches [les responsables], comme d’habitude au cours des trois dernières décennies, conduit à la misère publique et aux intérêts d’un groupe spécifique et sélectionné. »

Les faits mentionnés ci-dessus soulignent une fois de plus que les crises économiques actuelles de l’Iran sont créées et amplifiées par le régime et par ses priorités malveillantes et la corruption institutionnalisée.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe