mardi, septembre 21, 2021

La crise du pain en Iran

Alors que les manifestations dans le sud-ouest de l’Iran contre les pénuries d’eau se poursuivent,

on apprend que beaucoup d’Iraniens ne seront bientôt plus en mesure d’acheter du pain, aliment de base de l’alimentation, en raison de la hausse du prix de cette denrée.

L’Union des boulangers traditionnels de Téhéran a annoncé l’augmentation des prix du pain, et le gouvernement provincial à Téhéran l’a évoqué à la chambre des guildes. Cette annonce intervient quelques mois après que le régime ait déjà augmenté discrètement le prix du pain. Alors que les Iraniens ont du mal à joindre les deux bouts, le régime continue d’accroître la pression sur les foyers iraniens.

« C’est une grande menace pour une grande partie de la population qui parfois ne peut pas acheter ces produits. Un exemple clair qui l’illustre sont les rapports qui ont été publiés sur la vente de « pain loué dans certaines villes et provinces appauvries », a écrit le quotidien public Etemad le 28 décembre.

Depuis la mi-avril 2021, le régime a commencé à augmenter officieusement les prix du pain. Le chef de l’Union des boulangers de Karaj a déclaré le 16 mai : « Il a été approuvé d’augmenter le prix des différents types de pain jusqu’à 50 %. »

Les responsables du régime ont immédiatement rejeté l’augmentation des prix. Pendant ce temps, les responsables et les médias d’État ont tenté de blâmer les pauvres boulangers iraniens, affirmant qu’ils avaient augmenté les prix du pain de leur propre chef.

Pendant ce temps, les boulangers iraniens ont annoncé à plusieurs reprises qu’en raison de la forte inflation et de la flambée des prix de la farine, de l’eau, de l’électricité et d’autres dépenses des boulangeries, ils sont incapables de joindre les deux bouts. Ils ont souligné que malgré leur suivi régulier et leurs protestations contre les coûts effrénés de la boulangerie, le régime a refusé de les aider.

Les médias d’État iraniens ont reconnu que le régime avait officieusement augmenté le prix du pain et mis en garde contre ses conséquences. « Il y a eu des rumeurs sur l’augmentation du prix du pain, qui est la ligne rouge du peuple. On ne peut pas plaisanter avec le pain du peuple. Parce que le pain est l’un des principaux aliments des Iraniens, et si cela se produit, elle conduira sûrement à une explosion sociale », a écrit le journal officiel Eghtesad-e Pouya, le 5 mai 2021.

Pourtant, comme l’a écrit l’agence de presse semi-officielle Mehr le 16 mai, la question est: « Pourquoi l’augmentation des prix n’est-elle pas officiellement annoncée ? Le régime avait refusé d’annoncer officiellement l’augmentation des prix pour éviter un autre soulèvement, car il n’a pas oublié l’amère expérience de l’augmentation du prix du carburant en novembre 2019, qui a déclenché de grandes manifestations en Iran.

« La politique de contrôle des prix du pain est l’un des principaux objectifs du gouvernement pour contrôler le mécontentement des gens face au taux d’inflation débridé et aux problèmes de subsistance », a écrit l’agence de presse semi-officielle ILNA à cet égard le 15 mars 2021. Il convient de noter que le soi-disant « contrôle » des prix du pain signifie l’augmentation des prix du pain, pas sa réduction.

Maintenant que le gouvernement provincial de Téhéran a annoncé l’augmentation du prix du pain, le régime ne peut pas dissimuler son plan de pillage de la population. Alors que le régime a augmenté le prix du pain, les Iraniens ne parviennent pas à joindre les deux bouts et sont sous la forte pression de l’inflation et de la flambée des prix.

« Certains produits essentiels ont franchi la barre critique de l’inflation. La comparaison du prix moyen des produits alimentaires de ce mois avec le même mois de l’année précédente montre que dans deux cas de produits alimentaires sélectionnés, les changements ont été supérieurs à 100 %. La plus forte augmentation de prix appartient au beurre pasteurisé (121,4 %), au poulet (118,8 %) et à l’huile liquide (89,0 %) », a écrit le quotidien d’État Jahan-e Sanat, le 18 juillet 2021.

Les récentes manifestations au Khouzistan ont montré que la société iranienne agitée ne tolère plus les pillages du régime. L’augmentation du prix du pain conduira sans aucun doute à plus de protestations. Cela montre également ce que le régime est prêt à faire pour financer ses activités illicites.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe