mercredi, octobre 20, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieLa crise économique en Iran et les promesses creuses de Raïssi

La crise économique en Iran et les promesses creuses de Raïssi

Après des décennies de corruption institutionnalisée des mollahs, l’économie iranienne connaît sa pire situation. Alors que tous les indicateurs économiques soulignent que le régime n’a pas de solutions à la crise économique, le nouveau président du régime iranien, Ebrahim Raïssi, avance de fausses pistes pour résoudre les problèmes économiques.

Il y a des protestations quotidiennes de travailleurs incapables de joindre les deux bouts. En se référant à ces manifestations, le quotidien Etemad a écrit samedi : « Les fonds de retraite sont sur le point de s’effondrer, avec des milliards de dollars de dettes non réglées. En raison du vide de la trésorerie, l’organisation des affaires sociales du pays ne peut pas fournir des services adéquats à sa population cible. »

« Le résultat de ces problèmes sont de longues files d’attente de personnes dans les bureaux du Comité de secours de l’imam Khomeini, attendant de devenir les bénéficiaires de ces institutions », ajoute le quotidien.

« Les estimations montrent qu’en moyenne entre 2001 et 2019, environ 33% de la population est passée en dessous du seuil de pauvreté ; et le seuil de pauvreté est passé de 950 000 tomans en 2011 à 10 millions de tomans en 2020« , a écrit le quotidien Etemad, citant un rapport du Comité de secours de Khomeiny.

« Le déclin de la croissance économique, la hausse de l’inflation ainsi qu’une baisse significative du revenu par habitant ont entraîné une augmentation des taux de pauvreté ces dernières années. Aujourd’hui, la pauvreté a un sens plus large que la pauvreté matérielle, y compris le manque d’accès à l’eau potable, à la nutrition, aux services de santé, à l’éducation, à l’habillement et au logement, à l’assurance sociale et à l’emploi. La pauvreté peut être définie selon au moins trois dimensions : le manque de capital économique, culturel et social », reconnaît le quotidien Etemad.

Pendant ce temps, le journal officiel Setar-e Sobh a cité le 29 août un économiste iranien : « En résumé, tous ces problèmes sont dus aux décisions du gouvernement et aux responsables qui déterminent le cours de l’économie. L’augmentation du taux de change du dollar, les profits croissants des entreprises privées et la croissance de la bulle du marché boursier sont ce qu’ils veulent. Par ces actions, ils pillent de plus en plus de personnes. »

Les soi-disant entreprises ou institutions privées telles que le Comité de secours de l’Imam Khomeini sont liées à Khamenei ou aux Gardiens de la révolution (IRGC).

En d’autres termes, Raïssi, qui est le président trié sur le volet de Khamenei, ne résoudrait jamais les problèmes économiques de l’Iran puisque son maître et le CGRI créent ces problèmes. Même s’il veut résoudre les crises économiques actuelles, quelles actions prendrait-il ?

Ainsi, les médias d’Etat se sont moqués de son ordre de contrôler l’inflation lundi 30 août.

« Lorsque le chef de la Banque centrale n’a pas encore été nommé, comment ordonnent-ils de contrôler l’inflation et de renforcer la valeur de la monnaie nationale ? Le responsable politique n’est pas du tout au fait de la situation où le taux de change du dollar augmente quotidiennement et la valeur de la monnaie nationale diminue. Lundi, ces ordres sont entendus par le gouvernement mais semblent n’avoir aucune garantie de l’exécutif », a écrit l’agence d’État Aftab-e Yazd.

Tout en fustigeant la récente décision de Raïssi de retirer de l’argent des ressources iraniennes pour de prétendus projets, le quotidien Jahan-e Sanat a écrit lundi : « Les problèmes de l’économie iranienne, grands ou petits, permettent-ils au gouvernement de faire de tels retraits ? Les responsables du pays sont-ils prêts à consacrer 50 % de leur salaire mensuel à de telles questions ? Les enfants de ces fonctionnaires et ministres du gouvernement qui soulèvent de telles questions sont-ils prêts à vivre sous le fardeau de coûts exorbitants tels que le logement et la nourriture et n’avoir aucune perspective d’avenir pour eux-mêmes et leurs enfants ? »

Alors que les querelles entre factions pour obtenir la part du lion des ressources et de la richesse de l’Iran augmentent, les médias d’État des deux factions avertissent que les crises économiques en cours augmentent la haine des gens envers les dirigeants. Et cela aurait des conséquences irréparables pour le régime.

« Dans une société qui n’a aucun espoir pour l’avenir, le désespoir est certainement un coup mortel qui peut affecter divers problèmes de société« , a prévenu samedi le quotidien Etemad.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe