mardi, septembre 21, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieLa crise économique s'amplifie en Iran et présage d’autres manifestations

La crise économique s’amplifie en Iran et présage d’autres manifestations

Les manifestations se poursuivent à travers l’Iran ces derniers jours alors que la population est aux prises avec des pénuries d’eau, des pannes d’électricité et des pressions économiques. Les manifestations ont commencé au Khouzistan début juillet 2021 en raison de la crise de l’eau. Douze jours après, les manifestations se sont étendues à d’autres villes iraniennes, les gens appelant à un changement de régime.

«Bien que la principale dynamique de ces protestations ait été attribuée à la pénurie d’eau et aux crises environnementales associées, si nous regardons de plus près, ces troubles ont des racines encore plus profondes. Cela comprend les problèmes de subsistance et la pauvreté que les crises environnementales ont amplifié. Les problèmes de moyens de subsistance, tels que la flambée des prix, ont longtemps sonné l’alarme pour des manifestations », a écrit dimanche un quotidien iranien.

Selon les médias officiels du régime, la crise économiques, avec la flambée des prix et le taux d’inflation, fait pression sur les Iraniens. Sur la base des statistiques artificielles présentées par les médias d’État iraniens, le taux d’inflation point à point de l’Iran jusqu’à la mi-juillet était de 44%. En d’autres termes, les Iraniens doivent dépenser 44% de plus en articles et services de base qu’en juillet 2020.

« Le taux d’inflation annuel moyen dans le monde au cours de la dernière décennie a été d’environ 5 %, mais l’économie iranienne dans les années 2010 a connu plus de 20 % d’inflation annuelle », a écrit le quotidien d’État Resalat le 24 juillet.

« L’Iran a l’un des taux d’inflation les plus élevés au monde. L’augmentation du coût de la vie est le facteur le plus important de pression psychologique sur les personnes. L’augmentation du coût du logement et du loyer est le deuxième facteur qui double la pression sur la population. Le premier effet de l’inflation sur la vie des gens est une réduction de leur pouvoir d’achat, ce qui, dans de nombreux cas, cause beaucoup de dégâts et peut affecter négativement l’économie, les affaires, la production et la vie de la population », ajoute Resalat.

La raison du taux d’inflation galopante de l’Iran est l’impression de billets de banque du régime pour compenser son déficit budgétaire qui a augmenté la liquidité et le taux d’inflation.

« L’une des raisons de la croissance de l’inflation est l’impression des billets de banque et la croissance de la liquidité. Selon la Banque centrale et sur la base des statistiques macroéconomiques de juin, la forte croissance de la base monétaire et des emprunts publics auprès de la banque centrale au printemps 2021 a entraîné une hausse de l’inflation. Cela a également suscité des inquiétudes quant à la croissance de la liquidité », a écrit le quotidien Resalat à cet égard.

Mais la principale raison de la crise économique iranienne est la corruption institutionnalisée du régime. Le quotidien d’État Keyhan a reconnu que « le coût débridé des biens et services nécessaires à la population, la vente aux enchères de sources de revenus publics et la fermeture de centaines d’usines et de centres de production, la baisse de la valeur de la monnaie nationale, donnant 30 milliards de dollars de devises et 60 tonnes d’or aux [responsables du régime] corrompus et multipliant par huit le prix du logement. Des records de hausse de l’inflation, de stagnation et du coefficient de Gini, ainsi que la propagation de la pauvreté, du chômage et du fossé social » ont nui à la vie du peuple iranien.

Les factions du régime tentent de se blâmer les unes les autres pour la crise économique iranienne. Mais c’est loin de la réalité. L’économie iranienne souffre de la corruption institutionnalisée et de la mauvaise gestion du régime.

Mais selon Gholam Hossein Shafei, président de la Chambre de commerce iranienne, « Le problème de l’économie iranienne n’est pas [l’ancien président du régime Mahmoud] Ahmadinejad et [l’actuel président Hassan] Rouhani. « Si la priorité du pays est de résoudre les problèmes économiques, la relation entre l’économie et la politique aux niveaux national et international doit être assignée, et nous devons augmenter la croissance économique. Sinon, la situation économique ne s’améliorera pas avec les mauvaises traditions institutionnalisées dans la gestion [du régime] », a-t-il ajouté, selon le quotidien d’État Setar-e Sobh le 19 juillet.

Selon le quotidien public Eghtesad-e Pouya du 19 juillet, « Pour les travailleurs et les retraités, on peut dire qu’ils sont soit en dessous du seuil de pauvreté, soit dans la pauvreté absolue, soit tout simplement vivants. Dans notre société, nous ne voyons que des gens vivants et non vivants. »

Par conséquent, la population continue de cibler le régime dans ses slogans. Ils savent à quel point le régime a gaspillé ses ressources dans le terrorisme. C’est ainsi que les habitants de Téhéran scandaient lundi : « Ni Gaza, ni le Liban, ma vie uniquement pour l’Iran » et « Les mollahs, honte à vous, lâchez notre pays ». Ils savent que la seule façon de mettre fin à la crise en Iran est la chute de la dictature des mollahs.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe