mercredi, juin 29, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieLa flambée des prix du logement en Iran, une autre bombe à...

La flambée des prix du logement en Iran, une autre bombe à retardement ?

La flambée des prix du logement en Iran, une autre bombe à retardement ?

Les statistiques officielles en Iran indiquent que les prix du logement à Téhéran ont été multipliés par sept depuis 2017. Malgré les promesses de lutter contre l’inflation, de baisser les prix et de construire quatre millions de logements, selon la Banque centrale d’Iran, les prix du logement en Iran ont fortement augmenté depuis qu’Ebrahim Raïssi est au gouvernement.

Le prix de chaque mètre carré de terrain à Téhéran est passé de 300 millions de rials en août 2021 à plus de 350 millions de rials en mars 2022. Cela représente une augmentation de 50 millions de rials par mètre carré de terrain à Téhéran en près de sept mois, tandis que le prix de chaque mètre de terrain de 50 millions à 350 millions de rials en 2021 montre une hausse de 600% depuis 2017.

Une autre raison de l’augmentation spectaculaire des prix des logements a été la forte baisse de la monnaie nationale au cours des derniers mois. La valeur du dollar américain par rapport au rial iranien a augmenté de 15 % en un an, ce qui a eu un impact immédiat sur les prix du logement comme sur les autres biens et services de base.

Une autre raison de l’augmentation des prix du logements est le problème des logements vacants. Ces dernières années, des rapports suggéraient qu’environ 2 millions de maisons vacantes en Iran appartenaient en grande partie aux principales banques du pays et à des sociétés affiliées à l’État qui maintiennent les prix du logement à un niveau élevé.

Une autre cause de la hausse des prix de l’immobilier a été l’effet boursier, conçu par l’administration d’Hassan Rohani en 2020. Ce qui a créé une bulle à la Bourse de Téhéran en manipulant les tendances qui ont maintenu les prix de l’immobilier à un niveau élevé malgré la baisse de la demande.

Le changement n’est pas passé inaperçu auprès des médias d’État et de nombreux médias ont confirmé les statistiques.

Le 26 avril, selon le site économique Eqtesadnews, Mehdi Ravanshadnia, un expert du marché du logement, a déclaré : « Compte tenu de l’inflation du marché du logement et, d’autre part, du manque de construction de nouveaux logements locatifs, de bonnes conditions pour les locataires ne sont pas prévues dans l’année à venir et les locations devraient devenir plus chères. »

Ravanshadnia a ajouté : « La prévision pour le marché locatif cette année est que l’inflation sera au même niveau que l’année dernière. La raison pour laquelle il y a une augmentation de l’inflation sur le marché locatif, c’est que pour compenser le rapport entre le prix d’achat et le prix de location, nous voyons que les prix ont une tendance à la hausse. »

Une autre publication a révélé comment cela aura un effet domino dans d’autres villes et comtés plus petits.

« La ville de Pardis (35 kilomètres à l’est de Téhéran) a accueilli de nombreuses personnes qui n’ont pas pu acheter de maison dans la capitale depuis 2019 en raison de la flambée des prix à Téhéran », a écrit le Bazarebours, un journal public, le 25 avril. « Ces conditions ont également entraîné une hausse des prix à Pardis. »

Le directeur général de l’Union des conseillers immobiliers de Machhad, Hossein Rostami, a déclaré à l’agence de presse Java : « Les loyers à Machhad en janvier et février ont augmenté d’environ 50 %. Les loyers n’ont pas encore augmenté en mars et avril, mais ils pourraient augmenter après le Ramadan. Il est possible qu’après le Ramadan, nous voyions certaines personnes déménager. Peu de gens peuvent se permettre de déménager et, par conséquent, ils s’entendent généralement avec le propriétaire ou migrent vers la périphérie de la ville. »

Selon l’agence IRNA, « la relocalisation des personnes vers la périphérie des grandes villes est qualifiée de maladie silencieuse des métropoles d’aujourd’hui. C’est un sous-produit de la migration, des difficultés économiques et de la centralisation de la population, en particulier dans la capitale. Cela signifie que le processus de migration entraîne l’évacuation des villages et la réduction de la population des villes à faible revenu, et enfin, la population se concentre dans plusieurs grandes villes ou provinces, et le processus de polarisation du pays est entamé ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe