jeudi, octobre 1, 2020
Accueil Actualités Actualités: Economie La mystification du régime au sujet de la bourse en Iran

La mystification du régime au sujet de la bourse en Iran

Toutes les bourses du monde ont plongé en raison du nouveau coronavirus, au Dow Jones au S&P 500 en passant par les Bourses de Londres, de l’Extrême-Orient et des pays arabess.

Mais il y a une exception : la tendance croissante du marché boursier du régime iranien. Depuis mars, avec le pic COVID-19, le marché boursier du régime a connu une croissance positive.

Le régime iranien a fait beaucoup de battage médiatique sur le marché boursier, affirmant que la situation est meilleure que partout ailleurs dans le monde. Le président iranien Hassan Rohani a également déclaré grossièrement que le reste du monde semblait incapable de gérer le marché boursier.

«Mettez une boule de coton dans votre oreille. N’écoutez pas leurs propos. Notre bourse est bonne; ils sont tous en colère et disent que la bourse est en ébullition partout dans le monde. Pourquoi la bourse iranienne se développe-t-elle? Le marché boursier iranien est bon grâce aux efforts de toutes les entreprises et activités économiques. Heureusement, en offrant de grandes actions de sociétés, nous espérons que Shasta (The Social Security Investment Company) annoncera bientôt ses actions en bourse, et les banques annonceront également leurs actions en bourse prochainement. Notre marché boursier est en plein essor », a-t-il affirmé.

Le pic des ventes de titres au cours des derniers mois a été enregistré depuis début mars. La vente de 70 trillions de rials1 d’actions de sociétés d’investissement dans la sécurité sociale, ou Shasta, à deux millions de personnes sous la forme de huit milliards d’actions, qui ont atteint 3600 actions pour chaque code boursier ou chaque acheteur. Ces actions représentent dix pour cent du capital de Shasta.

Shasta est une grande société holding avec des participations moyennes qui possède 187 grandes sociétés et 44 000 employés.

Shasta appartient aux retraités et aux assurés de la Sécurité sociale. Pendant ce temps, les membres du conseil d’administration et les PDG sont nommés par le ministre des Coopératives, du Travail et des Affaires sociales, ou en d’autres termes, par le gouvernement.

IRISL Group, RighTel Communications, Oil Industry Investment Company, Tamin Petroleum & Petrochemical Investment Co.Tamin Pharmaceutical Investment Company (PJS), Taemin Cement, Sadr Taemin Investment Company, Taemin General Industrial Holding Co. Energy Holding of Social Security Investment Company, et Sabatamin investissements sont les neuf principaux titres de Shasta.

Le gouvernement Rohani doit à Shasta plus de 2,5 quadrillions de rials. Shasta appartient aux millions de travailleurs et de salariés qui paient des primes et n’nt rien à voir avec le gouvernement. Cependant, le régime iranien a toujours empiété sur ce fonds.

«Nous voulons emmener Shasta de la chambre noire à la salle de verre», a déclaré Mohammad Shariatmadari, ministre des coopératives, du travail et de la protection sociale du régime. Pourtant, il n’explique pas combien de dégâts ont été infligés à biens de gens dans cette obscurité, et combien de capitaux ont été pillés.

Mais pourquoi le régime iranien a-t-il lancé une telle propagande concernant la bourse?

Les estimations indiquent une réduction de 400 billions de rials des recettes publiques provenant des impôts. Si nous ajoutions ce montant au déficit budgétaire du gouvernement l’année dernière, nous atteindrons près de 800 milliards de rials. Le seul moyen pour le gouvernement de compenser ce déficit budgétaire est de lever des capitaux sur le marché boursier. (Journal Resalat – 28 avril 2020)

En conséquence, maintenant que le régime iranien a un déficit budgétaire, il veut frauder le peuple de ses petits actifs par la propagande et la brouhaha, et remettre les actifs de la population aux gangs mafieux du pouvoir et de la richesse.

«Les actions de ces sept sociétés sont dangereuses. Sept projets pétrochimiques qui n’ont pas du tout été construits et qui sont négociés en bourse et ont une croissance remarquable. Mamasani Petrochemical, Darab, Fasa, Jahrom, Dehdasht, Kazerun et Petrochemical », a déclaré Shokouhi, membre du conseil scientifique de l’Université de l’industrie pétrolière.

L’une de ces sociétés est Dehdasht Petrochemical, qui a connu une croissance de 4% en seulement 12 ans après son lancement. C’est juste un terrain vide avec des murs de briques. La société est en bourse et ses actions sont passées de 1 000 à 7 230 rials. C’est une multiplication par sept. Que s’est-il passé lorsque les stocks de cette terre stérile pour avoir tellement augmenté?

Pétrochimie du Golestan

Cette entreprise pétrochimique n’existe que sur papier. Ses actions se négocient cependant à 2 800 rials. Pendant ce temps, 280 milliards de rials de l’argent des habitants du Golestan ont jusqu’à présent été investis dans ce projet papier.

Darab Petrochemical

Darab Petrochemical a une situation similaire. L’entreprise n’a connu aucune croissance significative après dix ans malgré l’investissement de 100 milliards de rials. Pourquoi ont-ils décidé de lancer ce projet dans une zone déserte? Il y a des rumeurs sur le transfert de ce projet à Asaluyeh dans le sud de l’Iran. À l’heure actuelle, chaque part de «Darab» sur le marché des capitaux vaut 2 360 rials.

Les actions de certaines sociétés en faillite ont quadruplé.

Outre Shasta, le gouvernement Rohani prévoit de répertorier certaines entreprises publiques, notamment IMIDRO, ou Iranian Mines & Mining Industries Development & Renovation ou IMIDRO, Mobarakeh Steel et Sarcheshmeh Copper.

Mehdi Karbasian, ancien président du directoire d’IMIDRO, a clairement indiqué que la compensation du déficit budgétaire est la raison pour laquelle les entreprises se tournent vers le marché boursier, mais pour des raisons telles que la «transparence» ou la «privatisation» pour justifier le recours à la bourse.

Examinons la situation économique du régime iranien:

Selon le Fonds monétaire international (FMI), la croissance économique de l’Iran a été de -9,5% pour 2019. Selon le FMI, en raison de la pandémie de coronavirus, «l’économie mondiale devrait se contracter fortement de –3% en 2020», et cela affectera également l’économie iranienne.

La croissance économique de l’Iran en 2018 était de -4,8%, selon le rapport.

Le FMI a prévu l’inflation en Iran à 37,5% pour 2019, mais l’évaluation de la Banque mondiale est plus pessimiste, prévoyant un taux d’inflation de 38,3% en Iran.

Le FMI affirme que l’inflation en Iran est la plus élevée du monde après le Venezuela et le Soudan.

Le FMI a également estimé le chômage en Iran à 14,5% pour 2018, 16,8% pour 2019 et 17,4% pour 2020.

Alors, comment le marché boursier peut-il croître avec une économie aussi défaillante?

“Le marché boursier pourrait plonger à la mi-juin”, a déclaré Mojtaba Tavangar, un membre nouvellement sélectionné du Majlis (parlement) du régime iranien. Il a rappelé l’histoire des institutions financières et de crédit et ce qui est arrivé au peuple.

“L’ascension de 2,5 fois la valeur de la Bourse de Téhéran par rapport aux bourses mondiales”, a écrit le 30 avril l’expert économique iranien Ehsan Soltani sur Twitter.

En effet, malgré les sanctions, l’instabilité macroéconomique, la croissance économique négative, les taux de formation de capital négatifs, la stagflation, etc., quel miracle s’est produit dans l’économie iranienne que la Bourse de Téhéran ait augmenté de 250% par rapport au reste du monde?

«Depuis le début de 2016, le marché boursier a augmenté de 240%, ce qui signifie une dévaluation supplémentaire de 240% du rial (monnaie iranienne), tandis que 45% de la croissance réelle du début à la fin de 2019 peut s’expliquer par l’investissement et la productivité accrue de sociétés cotées », a déclaré l’économiste Pouya Nazeran. «Il est difficile de décrire une croissance réelle de 240% compte tenu de la conjoncture économique des dernières années, des prix du pétrole en chute libre et de la dévaluation des produits pétrochimiques dans le monde.»

Les marchés des pièces d’or, des devises et du logement en sont un autre exemple. Par exemple, en 2018, en créant de l’enthousiasme sur le marché, le prix du dollar américain a été porté à 200000 rials et le prix de la pièce d’or a été porté à 60 millions de rials. Après avoir lentement baissé le prix du dollar, le régime a exécuté deux agents de bas niveau actifs sur le marché des pièces pour mettre un terme à la situation.

D’un autre côté, en mettant aux enchères des sociétés d’État et en les vendant à un prix avantageux, le gouvernement de Rohani transfère la propriété publique à des gangs mafieux de pouvoir et de richesse. Comme ce qui s’est passé avec la Haft Tappeh Sugar Company, la vente d’une entreprise de 230 millions de dollars à un jeune membre des Gardiens de la Révolution (IRGC) pour seulement 2 millions de dollars en versements.

Les experts économiques du régime iranien voient la situation boursière comme une bulle, car elle n’est pas due à une augmentation naturelle de la production mais à l’offre de propriété de biens publics. Cette bulle éclatera sous peu, révélant son caractère creux.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe