mercredi, septembre 22, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieLe régime iranien face à la crise économique après l’élection

Le régime iranien face à la crise économique après l’élection

L’élection présidentielle des mollahs a pris fin le 19 juin. Le tristement célèbre Ebrahim Raïssi a été nommé nouveau président de la dictature iranienne. Comme d’autres responsables du régime, il a parlé de réforme économique. Mais les faits et les chiffres présentés par les médias d’État contredisent les prétentions de Raïssi.

En raison de la corruption institutionnalisée du régime et du gaspillage des richesses du pays dans le terrorisme et la répression, la crise économique de l’Iran s’est aggravée. De plus, la pandémie de Covid-19 a aggravé la situation en raison du manque de soutien gouvernemental aux industries.

« Des rapports publiés sur les conditions de vie de la population montrent que plus de 60 à 70 % de la population n’a pas les moyens d’acheter de la viande et de la volaille. Selon les propriétaires de nombreuses boucheries, la plupart des gens n’achètent que des os et des déchets de viande », a écrit le quotidien Eghtesad-e Pouya le 27 juin 2021.

« Le taux de chômage élevé, en particulier chez les jeunes, a conduit à des niveaux de paiement déficients dans le droit du travail, et en fait, le niveau de vie des travailleurs est égal à celui des pays les plus pauvres d’Afrique », a reconnu Eghtesad-e Pouya.

Selon le quotidien économique, les bas salaires ont amené « les chefs de famille qui ont perdu leur emploi ou n’ont pas d’emploi, à accepter des emplois avec des salaires encore plus bas que le salaire minimum adopté en vertu de la loi sur le travail ».

« Environ 1,4 million de travailleurs ont été directement touchés par la crise de Covid-19. Dans le secteur agricole, les revenus des agriculteurs ont baissé en moyenne de près de huit pour cent et les exportations agricoles d’au moins 10 pour cent », ajoute Eghtesad-e Pouya.

En conséquence, selon l’article publié jeudi, « Au total, un peu plus de 50 % du PIB de l’Iran se trouve dans le secteur des services, et les pertes dans ce secteur sont généralement négligeables. Par conséquent, il n’y aura pas d’indemnisation dans les prochains mois. »

En outre, « selon le Centre de recherche parlementaire, entre 2,8 millions et 6,4 millions de personnes en Iran ont perdu leur emploi en raison de l’arrêt complet ou de la restriction des activités des unités de production et de service en raison de la crise de Covid 19 ».

Par ailleurs, le quotidien Jahan-e Sanat a écrit dimanche : «De la seconde moitié de l’année dernière jusqu’à la fin de ce printemps, le taux d’inflation n’a cessé d’augmenter. Par conséquent, le pouvoir d’achat de la population a diminué. Selon le Centre des statistiques, le dernier taux d’inflation de juin a atteint 43%. Ainsi, compte tenu de l’augmentation moyenne de 34 % des salaires, on peut dire que malgré cette augmentation, le pouvoir d’achat des salariés est bien inférieur au taux d’inflation. »

Le quotidien officiel Etemad a reconnu dimanche que « parler d’une augmentation mensuelle de l’inflation n’a aucun sens. La hausse du taux d’inflation par semaine ou même quotidiennement est plus perceptible. L’inflation, qui bat son record de 27 ans, signale des événements malheureux. »

« Cette situation est très douloureuse pour les personnes qui vivent dans un pays riche en divers types de ressources pétrolières et gazières, diverses mines de métaux et autres dons divins », a écrit dimanche Eghtesad-e Pouya.

Les protestations de la population ont augmenté au cours des derniers mois. La récente manifestation nationale des travailleurs iraniens du pétrole et de la pétrochimie, en plus des protestations quotidiennes d’autres segments de la société, indiquent le caractère explosive de la société iranienne.

Ces manifestations ont lieu après le boycott national et historique de l’élection truquée du régime, montrant que la population ne croit pas que le régime peut résoudre ses problèmes, étant lui-même la véritable source de toutes les crises.

L’agitation de la société a terrifié le régime et les médias d’État mettent en garde contre les conséquences de la crise économique.

Eghtesad-e Pouya a averti dimanche les responsables : « Les problèmes de vie et le manque de sécurité économique et sociale minimale poussent les gens à participer à des rassemblements pour faire valoir leurs revendications. Nous avons toujours vu dans l’histoire de cette terre et d’autres nations que la crise de la pauvreté et de la faim ne tolère pas les régimes. Par conséquent, les responsables et les décideurs de notre système sont censés apporter de vraies solutions en plus de dire aux gens de manger un repas par jour. Cela aidera les gens à survivre sous la pression de la pauvreté et de la faim et avoir plus de résilience. »

« L’inflation, bien qu’apparemment un problème économique, aura des conséquences sociales, culturelles et même politiques sur une plus longue période. L’Organisation de la sécurité sociale déclare que 30 millions de personnes vivent dans la pauvreté absolue, ce qui signifie que la crise a dépassé les graphiques, les nombres, l’arithmétique et les livres. Par conséquent, le [régime] doit prendre des décisions rapidement. Sinon, les dégâts causés par cette inflation se produiront dans de nombreuses régions et seront irréparables», a prévenu dimanche le quotidien Etemad.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe