mercredi, octobre 27, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieLe réseau de contrebande organisé du régime iranien

Le réseau de contrebande organisé du régime iranien

Photo : Les Gardiens de la révolution (CGRI) et d’autres institutions du régime contrôlent tout le réseau organisé de contrebande

Alors que le régime iranien tue des porteurs démunis sous prétexte de contrebande, les Gardiens de la révolution (CGRI) et d’autres institutions du régime contrôlent tout le réseau organisé de contrebande.

Selon le rapport 2020 de la commission d’enquête parlementaire du régime, plus d’un tiers des marchandises importées sont introduites en contrebande dans le pays par des institutions affiliées au régime.

«Au cours de ses enquêtes, le Bureau d’enquête a obtenu 31 méthodes de contrebande qui, malgré les déclarations des responsables, y compris ceux de l’Organisation des douanes, plus de 95% de ces affaires sont menées sous la forme de procédures officielles émanant de sources officielles». a écrit l’agence de presse officielle IRNA, le 16 mai 2020.

«Selon le rapport,« environ 95% des marchandises de contrebande entrent sur le marché intérieur. Le volume de la contrebande peut représenter plus de 35% des importations. »

Le 29 avril 2021, le chef du pouvoir judiciaire du régime, Ebrahim Raisi, a également reconnu la contrebande systématique et officielle: «Les passeurs de produits de base sont plus organisés aujourd’hui que jamais.»

Le rapport 2020 de la commission d’enquête parlementaire souligne la faible réaction de 12 entités face à la contrebande organisée. Ces entités comprennent la Chambre de commerce, l’Organisation des douanes, le Ministère de l’économie, le Secrétariat des zones économiques libres et spéciales, la Chambre des syndicats, le Ministère des affaires étrangères, l’Organisation pour la collecte et la vente des biens immobiliers, la Chambre de coopération, le Ministère de l’intérieur, l’Organisation de la radio et de la télévision, les Forces de sécurité de l’État et le Ministère de la santé.

How the Islamic Revolutionary Guards Corps IRGC plunders Iran’s economy

La question est de savoir pourquoi ces institutions agissent «faiblement» dans la lutte contre la contrebande? La réalité est que le CGRI domine le réseau de contrebande en Iran en raison de sa domination sur l’ensemble de l’économie. Le CGRI contrôle 114 ports et 25 aéroports et les utilise pour la contrebande de marchandises vers l’Iran ou pour d’autres activités illicites.

Selon un rapport publié par la Résistance iranienne en 2017, «des institutions liées à l’État, y compris les Gardiens de la révolution (CGRI), ont pris le contrôle des ports iraniens et se mêlent des affaires douanières, transformant littéralement ces centres économiques en transits utilisés pour la contrebande de biens. Le CGRI, en prenant le contrôle des routes économiques les plus importantes du pays et en établissant un empire financier majeur, a une mainmise sur une grande partie des importations / exportations iraniennes. »

En plus des ports et des aéroports, le CGRI compte des milliers de sociétés écrans facilitant la vente de ces marchandises de contrebande.

Cette contrebande organisée a gravement endommagé l’économie du pays. Chaque milliard de dollars de marchandises importées détruit plus de 100 000 emplois. Dans le même temps, de nombreux centres de production sont menacés de faillite et de fermeture. Ces conséquences économiques dévastatrices ont augmenté en raison de la pandémie de Covid-19.

Alors que le CGRI contrôle ce vaste réseau de contrebande, ses forces tirent et tuent des porteurs de carburant appauvris dans le sud-est de l’Iran ou des porteurs dans le nord-ouest de l’Iran qui transportent de petites charges de marchandises pour joindre les deux bouts et nourrir leurs familles.

Le CGRI tue ces porteurs alors que ses bénéfices atteignent 30 milliards de dollars par an grâce à la contrebande. La dirigeante de l’opposition iranienne, Maryam Radjavi, a déclaré : «le régime clérical pille les richesses du peuple iranien ou les gaspille dans la guerre et la répression. Les enfants des dirigeants du régime mènent une vie somptueuse en Europe et aux États-Unis, tandis que les enfants iraniens démunis doivent travailler comme porteurs.»

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe