samedi, juin 6, 2020
Accueil Actualités Actualités: Economie Les conséquences de la chute sans précédent des ventes de pétrole en...

Les conséquences de la chute sans précédent des ventes de pétrole en Iran

Un terminal pétrolier du régime iranien dans le golfe Persique

Mohammad Baqer Nobakht, chef de l’Organisation des programmes et des budgets du régime iranien, a déclaré en décembre 2019: «Pour 2020, l’exportation quotidienne d’un million de barils de pétrole au taux de 50 dollars par jour (BPD) est prévue.»

Le 14 mai, Reuters a rapporté que « le pétrole iranien s’exportait en moyenne 70 000 barils par jour en avril, contre 287 000 BPD en mars, selon Kepler qui suit les flux ».

Lors de la réunion du groupe de travail sur le coronavirus le 15 mai 2020, le président du régime iranien Hassan Rohani a confirmé le rapport de Reuters indiquant que les exportations de pétrole iranien étaient tombées à 70 000 barils par jour en avril.

Rohani a déclaré: “Si nous comptons uniquement sur l’exportation de pétrole, nous aurons des problèmes.”

Cela signifie que le régime a renoncé aux revenus pétroliers. Le régime avait basé en partie le budget de 2020 sur l’exportation d’un million de barils de pétrole par jour à 50 dollars le baril. Le régime espérait un total de 18 milliards de dollars de recettes pétrolières. Mais étant donné la baisse soudaine des prix du pétrole pendant la pandémie de coronavirus, il n’y a aucune chance que le régime puisse amasser ces revenus, même s’il atteint le volume d’exportations souhaité. Dans le meilleur des cas, le régime n’obtiendra que 250 millions de dollars en un an, un soixante-dixième de ce qu’il avait prévu.

Maintenant la question est, comment le régime veut-il combler cette lacune et continuer sa vie économique?

Rohani a souligné: «Dans le pays, nous devons produire des biens, les exporter… et nous devons tous respecter le slogan pour l’augmentation de la production proposé par le guide suprême pour cette année.»

“Les sanctions économiques américaines et la réduction à zéro des exportations de pétrole iranien vers la Turquie sont parmi les principales causes de la récession”, a rapporté le quotidien officiel Etemad le 17 mai 2020.

Alarme pour réduire les exportations de pétrole

Agence de presse publique IRNA, 18 janvier 2019: «Les entreprises publiques chinoises ont cessé d’acheter du pétrole à l’Iran.»

Le quotidien d’État Vatan-e-Amrooz, 17 mai 2020: «La Fondation pour la défense des démocraties (FDD) a récemment écrit dans un rapport: l’interdiction du transport de gaz est la prochaine sanction contre l’Iran.»

Que signifie la baisse des ventes de pétrole du régime iranien?

Hassan Nasrallah, chef du groupe terroriste libanais du Hezbollah, avait déclaré : «Frères, nous n’avons pas honte de dire que le budget, les dépenses, la nourriture et les armes du Hezbollah proviennent de la République islamique d’Iran. Tant que l’Iran a de l’argent, cela signifie que nous avons de l’argent. Voulez-vous plus de transparence ? »

Le quotidien d’État de Vatan-e-Emrooz, 17 mai 2020: “Compte tenu de la concentration des sanctions sur les exportations de gaz de l’Iran, le retrait permanent de l’Iran du marché du gaz de la région est très probable.”

Il s’agit d’un ensemble de faits qui reflètent la situation économique désastreuse du régime iranien. D’une part, le régime fait face à une crise mortelle et à une impasse dans la réalisation du budget minimum du pays. D’un autre côté, dans cette situation économique désastreuse, la politique d’exportation du terrorisme du régime se trouve dans une impasse stratégique. Il ne sait pas comment soutenir et répondre aux besoins des groupes terroristes par procuration du régime dans d’autres pays.

En d’autres termes, dans le contexte de la crise du coronavirus, qui a exercé une pression supplémentaire sur les économies de tous les pays, il y a eu un impact plus graves en Iran en raison de l’inefficacité et de la corruption généralisée du régime .

Compte tenu de la colère du public iranien contre ce régime, avec de grands soulèvements en 2017 et 2019 et du début de 2020, un avenir sombre attend ce régime, avec sa corruption institutionnalisée, son Etat tortionnaire et son terrorisme. La perspective n’est pas seulement la chute des ventes de pétrole mais aussi l’effondrement de la dictature religieuse au pouvoir en Iran.