jeudi, juillet 29, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieLes médias d'État reconnaissent le véritable problème de l'économie iranienne

Les médias d’État reconnaissent le véritable problème de l’économie iranienne

Les faits reconnus par les médias d’État iraniens soulignent que l’économie et le peuple iraniens souffrent du régime, de sa corruption et de ses mauvaises politiques.

Ces derniers jours, les médias d’État iraniens ont reconnu certains aspects de la crise économique iranienne. Ces médias, qui sont affiliés aux factions du régime, révèlent parfois des faits étonnants sur la corruption du régime au milieu de leurs querelles de factions. Ces faits soulignent que l’économie et le peuple iraniens souffrent du régime, de sa corruption et de mauvaises politiques.

« Les économistes estiment que le pays est actuellement confronté à de nombreux défis tels que l’inflation structurelle, la faible croissance économique, la pandémie de coronavirus et l’absence de vaccination rapide, les négociations et sanctions nucléaires, la fenêtre démographique et le problème de l’emploi, la sécurité sociale et les fonds de pension, l’amélioration de l’environnement des affaires, la crise des ressources en eau, les sorties de capitaux du pays et la privatisation », a écrit l’agence de presse officielle Tabnak le 23 mai.

L’une des crises économiques de l’Iran, qui affecte la vie quotidienne des Iraniens, est la hausse du taux d’inflation.

« L’inflation est le problème socio-économique le plus important en Iran, qui a fait stagner des tonnes d’argent, équivalant à 350 milliards de dollars de capital dans le secteur du logement. Le capital stagnant représente environ 650 milliards de dollars d’or et de pièces de monnaie et environ 20 milliards de dollars de devises étrangères », a écrit jeudi le quotidien d’État Sharq.

« En conséquence, environ un milliard de dollars de capital stagnant reste inutilisé et stagnant en raison de l’inflation et n’entre pas dans le domaine de la production« , ajoute l’article de Sharq.

Selon l’article de Sharq, « le taux d’inflation de l’Iran en mars 2021 par rapport à mars 2020 est d’environ 48,7%, ce qui est un chiffre très élevé par rapport à certains des pays voisins de l’Iran« .

« Le problème actuel de la société iranienne, en particulier à la veille des élections, est le gagne-pain du peuple. Les gens sont confrontés à des défis dans la vie quotidienne et il y a une crise de l’emploi. D’un autre côté, les salaires ne sont pas seulement renforcés mais aussi affaiblis.Le pouvoir d’achat des gens a chuté de façon spectaculaire », a écrit jeudi le quotidien Arman.

L’article d’Arman demande alors : « La question est : comment l’économie du pays a-t-elle atteint un tel état ?

« Le problème est structurel. Le problème est que l’économie n’a pas encore été un vrai problème pour [le régime]. Cependant, les effets de l’économie ont été un problème pour nous. Ces problèmes incluent les mauvaises conditions de vie des gens, l’itinérance, les taux de chômage à deux chiffres, le chômage des diplômés universitaires, le chômage des filles instruites », écrit l’article d’Arman.

Comme le reconnaît le quotidien Arman, le régime craint que les conséquences de la crise économique et les réactions des populations.

Qu’est-ce qui nuit à l’économie iranienne?

Alors que de nombreux apologistes du régime tentent de blâmer les sanctions pour toutes les crises économiques de l’Iran, les médias d’État et les économistes du régime reconnaissent que l’économie iranienne souffre de la corruption institutionnalisée du régime.

« Notre économie est basée sur le détournement de fonds et la spéculation », a déclaré mercredi Hossain Raghfar, l’un des économistes du régime, selon l’agence de presse officielle IRNA.

Tout en faisant référence aux récentes pannes de courant en Iran et à la rareté et aux prix élevés de la viande, Raghfar a reconnu à quel point la corruption du régime nuit à l’économie iranienne.

« L’un des problèmes aujourd’hui dans le cas des pannes de courant est la question des codes de devise. La Chine, l’Inde, la Turquie et la Pologne [exploitent des bitcoins] en Iran à cause de l’électricité bon marché. Ou la rareté de la viande. D’une part, le bétail est introduit en contrebande vers les pays du sud du golfe Persique, et d’autre part, la viande est importée », ajoute Raghfar.

Le régime a présenté des plans officiels pour piller les Iraniens. L’un de ces soi-disant plans est « l’autonomisation et la durabilité de l’organisation de la sécurité sociale ».

Jeudi, l’agence de presse semi-officielle ILNA a rapporté: « Le plan d’autonomisation et de durabilité de l’Organisation de la sécurité sociale a été annoncé avec la signature de 34 membres du 11e parlement« .

Selon l’ILNA, «D’une part, ce plan change fondamentalement la base de calcul des pensions et fait passer les années de calcul de deux à 20 ans. D’autre part, le régime réduit les bénéfices des pensions dures et préjudiciables. Le plan, qui a été rédigé en secret et se dirige lentement vers l’approbation finale, est un plan des autorités pour réduire les droits des travailleurs.

L’ILNA reconnaît que ce plan est « l’attaque la plus importante du régime contre les salaires et le pouvoir d’achat des travailleurs. À propos des salaires, parce que les coûts du secteur privé sont élevés et les revenus bas, les travailleurs n’ont pas droit à des salaires plus élevés.

Le soi-disant secteur privé est un autre nom des Gardiens de la révolution (CGRI) du régime qui dominent l’économie iranienne.

Ce plan légalise également l’abus des enfants travailleurs en Iran. « Ils forcent les enfants à travailler sous prétexte de renforcer l’économie. Dans le cadre de ce plan, le gouvernement pourrait définir des emplois publics, c’est-à-dire des emplois simples pour lesquels, par exemple, 30 % du salaire minimum seraient versés à des jeunes de moins d’un certain âge », a écrit l’ILNA.

Selon l’ILNA, sur la base de ce plan, « les personnes, par exemple, de 14 ou 15 ans, devraient recevoir 30% du salaire de 3 millions de Tomans, soit un million de Tomans. Pendant ce temps, le seuil de pauvreté en Iran est supérieur à dix millions de tomans.

«Dans le cadre de ce plan, les travailleurs âgés de 15 à 70 ans doivent travailler à des salaires, bien en deçà du salaire minimum actuel, recevoir une pension d’un tiers du seuil de pauvreté et laisser les autorités piller leurs économies historiques dans l’Organisation de la sécurité sociale, » a reconnu l’ILNA.

« En termes simples, parce que les conditions d’emploi et les fonds d’assurance sont tous deux critiques, les responsables disent : « Sacrifions la classe ouvrière pour pomper du sang dans les veines de l’oligarchie », a conclu l’ILNA. Ces propos dans une agences du pouvoir sont dans une théocratie révélatrice à la fois de l’ampleur de la crise et des conflits profonds entre factions internes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe