dimanche, juin 20, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieLes médias officiel mettent en garde les responsables contre l'effondrement de la...

Les médias officiel mettent en garde les responsables contre l’effondrement de la société dans le contexte de la crise économique en Iran

Dans plusieurs articles publiés ces derniers jours, le journal économique Eghtesad-e Pouya a élaboré sur la crise économique en Iran et l’incurie des autorités. Eghtesad-e Pouya met également en garde les responsables contre un effondrement social.

« Il y a actuellement 15 millions de personnes marginalisées, et en raison de la répartition injuste, cela a conduit à une migration incontrôlée vers les zones métropolitaines« , a écrit Eghtesad-e Pouya, citant dimanche Vahid Shaghaghi Shahri, directeur de l’école d’économie Kharazmi.

Selon Shaghagi, en raison de la migration massive vers les métropoles, la crise du logement s’est intensifiée. Mais quelle en est la raison ?

En raison des mauvaises politiques du régime et de la corruption, de nombreuses personnes perdent leur emploi. L’augmentation du taux de chômage, en particulier dans les provinces, oblige le Iraniens à venir chercher un emploi dans les métropoles. Ils sont obligés de vivre dans la marginalisation à cause de la montée en flèche des prix des maisons, couplée au manque de maisons.

« Au cours des dix dernières années, il n’y a pas eu de plan de logement clair et cohérent. Les statistiques qui sont annoncées indiquent qu’un million de maisons devraient être construites chaque année, mais dans les années 2010, une moyenne de 350 000 maisons ont été construites et offertes« , a déclaré Shaghagi à cet égard.

Hausse du taux d’inflation et conditions de vie difficiles pour la population

Outre la crise du logement, les Iraniens sont aux prises avec la pauvreté en raison de la hausse du taux d’inflation, des faibles revenus et de la montée en flèche des prix.

« La société iranienne connaît un taux d’inflation de 45 % et une inflation ponctuelle qui dépasse les 200 %. » Eghtesad-e Pouya a écrit dans un autre article dimanche, citant Hamid Asefi, un sociologue politique.

« Les retraités et les classes populaires comprennent parfaitement cette inflation. Certaines statistiques ont fixé à 12 millions de Tomans le seuil de pauvreté, tandis que certains experts le considèrent à 8 millions de Tomans. Néanmoins, l’augmentation des salaires des travailleurs avec tous les avantages créés sera de 4 millions de Tomans », a déclaré Assefi. Ainsi, selon Assefi, « Cela signifie que les salaires des travailleurs ne couvriront leurs dépenses que pendant une semaine », tandis que le régime empêche les travailleurs et les employés « de s’opposer à cette situation. »

Assefi a reconnu que « les moyens de subsistance du peuple s’amenuisent chaque jour. » Pourquoi ?

« L’Iran est gouverné par la vente de brut, principalement du pétrole brut. Les revenus pétroliers du pays ont généré des détournements de fonds. Par conséquent, cela montre que les gouvernements cherchent à distribuer les détournements de fonds et les rentes. En conséquence, les moyens de subsistance du peuple vont se détériorer chaque jour et chaque année », a déclaré M. Assefi à cet égard.

Les Iraniens sont confrontés à ces difficultés économiques, et le régime refuse de les aider. Au contraire, à l’approche de la parodie d’élection présidentielle de 2021, de plus en plus de candidats font des promesses creuses pour attirer les électeurs vers les urnes, alors que de plus en plus de personnes rejoignent la campagne de boycott des élections de 2021.

« En ce moment, les gens ne réagissent plus aux événements politiques et n’entrent pas dans ces jeux électoraux. Car lorsqu’ils ont des difficultés à joindre les deux bouts, pourquoi devraient-ils penser aux élections ?« , écrit Eghtesad-e Pouya.

Les factions politiques empêchent les problèmes financiers de la population d’être mis en lumière, et c’est un jeu politique lancé par les médias », ajoute Eghtesad-e Pouya.

Dans un autre article du 28 avril, Eghtesad-e Pouya cite les propos de Mostafa Eghlima, un sociologue : « Plus de 50 % de la population est en dessous du seuil de pauvreté, mais la pauvreté relative du pays est encore plus élevée. Dans une métropole comme Téhéran, le salaire devrait être supérieur à 10 millions de Tomans pour que vous puissiez avoir une vie modeste.

Lorsque le salaire est de 2,5 millions de tomans, cela signifie que la population vit dans la pauvreté. »

« 80% de la population est en dessous du seuil de pauvreté. Actuellement, notre pays est devenu bipolaire, et ces deux pôles conduiront à un effondrement social », a rapporté Eghtesad-e Pouya, citant un autre sociologue du régime, Ahmad Bokharaie, qui met en garde les responsables contre un autre soulèvement, le qualifiant d' »effondrement social. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe