mercredi, septembre 22, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieLes médias officiels iraniens mettent en garde contre "le triangle des crises"...

Les médias officiels iraniens mettent en garde contre « le triangle des crises » et ses conséquences

La population iranienne est simultanément aux prises avec trois crises majeures : l’épidémie de la Covid-19, une vaste panne d’électricité et des pénuries d’eau. Pourtant, ces crises, ainsi que d’autres crises économiques et sociales, accroissent la résignation de la société.

Ces derniers jours, les médias officiels iraniens ont mis en garde les responsables contre les conséquences de ces crises.

« Les pannes d’électricité sont liées à bien d’autres choses. Les travailleurs de divers secteurs sont en grève pour obtenir de meilleurs salaires et avantages, mais leurs voix ne sont pas entendues, ou encore la crise de l’eau dans les zones défavorisées du Sistan-Baloutchistan, parallèlement à la montée du Coronavirus. Dans ce contexte, certains responsables tentent même de nier les rapports et les images des privations et des pénuries d’eau dans ces zones défavorisées, en disant que tout est la propagande de l’opposition« , a écrit mardi le quotidien officiel Arman-e Meli.

« Les responsables poursuivent leurs affirmations bidon devant la caméra. Mais lorsque la nation les interroge non seulement sur leurs lacunes, mais aussi sur leur mauvaise gestion, [ces responsables] se renvoient la balle. Le président du Majlis (Parlement des mollahs) s’inquiète des coupures de courant, et le ministre de la Santé ne fait que se plaindre« , a ajouté Arman-e Meli.

Dans cette conjoncture catastrophique de coupures de courant, d’absence de vaccination et de négligence de la population et des grèves de travailleurs, certains responsables ne se préoccupent que du plan de « sauvegarde du cyberespace » et de la restriction de l’accès à Internet. Ils se sont réunis pour priver les Iraniens de leur seul droit, en prétendant qu’ils ratifieraient ce plan à tout prix », a écrit Arman-e Meili.

En faisant mention au récent boycott majeur du simulacre d’élection présidentielle du régime, Arman-e Meli a écrit : « Ce à quoi les Iraniens sont confrontés aujourd’hui, c’est la pire des perspectives et des oreilles qui ne veulent pas entendre. Espérons qu’ils réagiront avant qu’il ne soit trop tard et que l’inondation n’emporte les [responsables]. »

U.S. sanctions are not impeding Iran's coronavirus response

Dans un article publié le 6 juillet, le quotidien officiel Mardom-Salarie a qualifié la situation actuelle de « triangle des crises« .

« Il n’y a pas le temps de blâmer qui que ce soit. Les Iraniens sont habitués à la mauvaise gestion. Ils ont été témoins de différentes crises. Après un an et demi, la cinquième vague de Covid-19 arrive. Alors que de nombreux pays voisins ont commencé des vaccinations massives, nous n’entendons que des promesses creuses en Iran« , reconnaît Mardom-Salarie.

« Le processus de vaccination avance de façon très désespérée. La pénurie d’eau est un autre problème qui prend chaque jour de l’ampleur. La production d’électricité est insuffisante. En outre, le pays doit faire face à du minage légal et illégal de crypto-monnaies qui consomment une grande partie de l’électricité du pays. Ce triangle de crises a rendu la vie difficile« , a reconnu Mardom Salarie.

Iran regime’s vaccination scam - December 2020

« Dans les grandes villes et la capitale, les coupures de courant entraînent des perturbations de tout le système de vie. Non seulement les climatiseurs s’éteignent, mais les pannes dans certains appartements provoquent des coupures d’eau, des pannes de courant dans les ascenseurs, déconnectent les téléphones, les téléphones portables et l’accès à Internet, perturbant les systèmes financiers », ajoute Mardom Salarie.

« Dans des régions comme le Khouzistan, où il y a une crise de l’eau depuis des années, les Iraniens ne trouvent plus ces jours-ci la même eau pleine de sel, et vivent dans les pires conditions. » La crise de la Covid-19 au Sistan-Baloutchistan s’est accompagnée d’une pénurie d’eau et d’électricité et a créé des conditions dangereuses dans cette province« , a reconnu Mardom Salarie.

Iran's potable water crisis in Khuzestan southern Iran

« Le gouvernement a créé des crises dans le pays. Les structures sociales entrent successivement dans une crise. Un jour, les oignons deviennent une crise et une question nationale dans le pays ; le jour suivant, le poulet, le jour suivant les œufs, le jour suivant les tomates, le jour suivant les concombres. Puis ce sont les problèmes d’électricité, d’eau, d’Internet et d’autres problèmes similaires », écrivait mardi le quotidien officiel Javan.

Le quotidien officiel Vatan-e Emrooz a averti mardi que « la colère et les pannes d’électricité, les mauvaises gestions suspectes des derniers jours du gouvernement d’Hassan Rohani ont excédé les Iraniens. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe