dimanche, juin 26, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieLes protestations en cours en Iran et la chirurgie économique de Raïssi

Les protestations en cours en Iran et la chirurgie économique de Raïssi

Les protestations en cours en Iran et la chirurgie économique de Raïssi
Le président du régime iranien, Ebrahim Raïssi, entouré de ses partisans à Kermanshah

Les protestations dans différentes villes iraniennes sont entrées dans leur sixième jour lundi. Avec leurs slogans contre le régime, ces manifestations sont le plus grand signe d’une société instable. Mais quelles sont les origines de ces protestations ?

L’Iran a connu diverses manifestations et au moins huit soulèvements de grande ampleur. Principalement, lorsque le soulèvement de novembre 2019, qui a fait plus de 1 500 victimes, a eu lieu, le régime et le peuple savaient que la situation ne serait plus jamais la même.

Considérer les protestations actuelles comme le résultat de la crise économique iranienne serait faire preuve d’une étroitesse d’esprit, mais éviter ces éléments ne permet pas d’apprécier pleinement que le pays traverse une transition socio-économique critique.

La nouvelle série de protestations a débuté en Iran à la suite de l’augmentation rapide des prix des biens de consommation, notamment du pain et des pâtes. Si les prix ont connu une tendance à la hausse ces dernières années, ils sont montés en flèche peu après la suppression du taux de change préférentiel par le gouvernement d’Ebrahim Raïssi.

Le taux préférentiel était le taux de change officiel du pays de 42 000 rials pour un dollar depuis 2018, à utiliser soi-disant pour importer des matériaux essentiels comme le blé et les médicaments. Mais les initiés du régime qui ont reçu cette monnaie ont importé des biens à un prix inférieur tout en les vendant trois fois plus cher sur le marché. Les prix n’ont pas diminué de manière significative, et comme le régime n’avait pas assez de devises, il a commencé à imprimer des billets de banque.

L’impression de billets sans soutien a créé des liquidités bien plus importantes que le faible taux de production de 3 % de l’Iran. Le gouvernement de Raïssi a supprimé le taux de change officiel après avoir fait grand cas de la « lutte contre la corruption ».

Comme le taux de liquidité de l’Iran était supérieur à son taux de production et d’emploi, l’inflation est devenue galopante, entraînant une hausse constante des prix.

Comme les responsables du régime savaient que la suppression du taux de change officiel pourrait certainement faire augmenter les prix, ils ont fait de nombreuses volte-face pour mettre en œuvre leur soi-disant « opération économique ».

Alors que de nombreux économistes iraniens ont prévenu que la suppression du taux préférentiel provoquerait un « choc monétaire » et ferait bondir les prix, Raïssi a affirmé le 8 avril que son gouvernement « ne créerait pas de choc monétaire en supprimant le taux préférentiel. »

Mais la montée en flèche des prix parle d’elle-même. Depuis la suppression du taux préférentiel, le prix du blé a augmenté de 100 % par rapport à il y a trois ans. Le prix de la farine est passé de 25000 rials à près de 170000 rials, et le coût des médicaments a été multiplié par dix.

« Les subventions cachées et ouvertes à l’économie iranienne devraient être éliminées en fonction de la croissance de la production, des investissements et des revenus. La production est tellement dépendante du monde extérieur que le prix du thon double lorsque le taux de change du dollar augmente », écrivait le 10 mai le quotidien officiel Mostaghel.

Alors pourquoi Raïssi a-t-il fait cela ?

Selon le quotidien officiel Eghtesad-e Ayandeh du 14 mai, le gouvernement de Raïssi gagnerait environ 8 milliards de dollars en supprimant le taux préférentiel et en fixant un taux de change beaucoup plus élevé. La théocratie iranienne au pouvoir a besoin de chaque centime pour alimenter sa machine belliciste et terroriste et l’utiliser comme levier dans ses négociations avec les puissances mondiales.

En outre, le gouvernement de Raïssi gagnerait des milliards de dollars à mesure que les prix des biens de consommation continueraient d’augmenter. « Raïssi supprime le taux préférentiel simplement parce que son gouvernement veut profiter de la différence de prix de 50 000 milliards de rials [près de 17 dollars] sur les biens de consommation. La prétention de dépenser de l’argent pour les gens est une blague amère », a reconnu le quotidien Mostaghel le 10 mai.

Selon le quotidien officiel Jahan-e Sanat, le 14 mai, en quatre jours, le gouvernement de Raïssi « a pris 3 000 trillions de tomans dans la poche des gens » et a provoqué une hausse des prix sans précédent.

L’augmentation soudaine des prix a été suivie de récentes protestations. Le gouvernement de Raïssi a promis de donner 4 000 000 rials de subventions aux Iraniens pendant deux mois pour calmer la société. Mais comme les prix des biens de consommation continuent d’augmenter, cette somme d’argent n’aiderait pas les Iraniens à gagner leur vie.
En outre, même si le régime donnait 4 millions de rials aux Iraniens en termes de subventions, l’inflation continuerait à augmenter, laissant les Iraniens sans rien pour acquérir leurs besoins de base.

Raïssi refuse de dire que s’il n’a pas assez de devises, comment son gouvernement pourrait-il se permettre de payer les subventions autrement qu’en continuant à imprimer des billets de banque, ce qui augmenterait l’inflation ?

« Selon les dernières statistiques monétaires de la Banque centrale, le volume des liquidités avec une croissance de 39 % à la fin de l’année dernière a atteint 4,8 mille milliards de rials. En d’autres termes, au cours de l’année dernière, 1,3 mille milliards de liquidités ont été créés. La base monétaire a également augmenté de 31,4 % l’année dernière », a reconnu le 10 mai le quotidien officiel Jahan-e Sanat.

« Cette augmentation des prix est si importante que les subventions ne pourront pas les couvrir. Les gens n’ont pas utilisé cet argent, mais ils voient de nouveaux prix, ce qui les oblige à acheter des poulets, des œufs, de l’huile et des produits laitiers à des prix plus élevés », a reconnu le 12 mai le quotidien officiel Jahan-e Sanat.
Hossain Raghfar, l’un des économistes du régime, a qualifié ce plan de « nouvel épisode de pillage de l’économie iranienne que le gouvernement mène pour compenser le déficit budgétaire. »

Pourtant, le gouvernement de Raïssi n’a jusqu’à présent pas réussi à tromper le public. Le 15 mai, l’agence de presse officielle IMNA a cité Hojat Abdolmaleki, ministre du Travail de Raïssi, « il y a eu un million et cinquante mille cas de protestations » en seulement quatre jours depuis qu’ils ont annoncé le soi-disant « plan de modification des subventions. »

La « chirurgie économique » de Raïssi « tuerait l’économie iranienne malade », selon le député Moinoldin Saadi, cité par la chaîne officielle ILNA le 14 mai.

Raïssi est, en effet, dépourvu de toute solution à la calamité financière de l’Iran. La seule tâche du « juge suspendu » est de contrôler la société iranienne par la répression et de continuer à spolier la richesse nationale dans le terrorisme pour préserver le régime moribond. Sa récente « chirurgie économique » et sa répression croissante en témoignent.
Mais les protestations en cours laissent planer une question : Ces manœuvres pourraient-elles sauver Raïssi et la théocratie au pouvoir ?

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe