lundi, mars 1, 2021
Accueil Actualités Actualités: Economie L'indice de pauvreté augmente rapidement en Iran

L’indice de pauvreté augmente rapidement en Iran

La corruption du régime iranien et les mauvaises politiques économiques ont augmenté le taux d’inflation et le coût de la vie.

La mauvaise gestion économique du régime et la corruption institutionnalisée ont dévasté l’économie iranienne, poussant davantage d’Iraniens dans la pauvreté et la misère.

Selon un nouveau rapport du Centre de recherche parlementaire, au cours des dix dernières années, une croissance économique négative et une inflation positive ont entraîné une baisse de la valeur de la devise nationale et une forte baisse du pouvoir d’achat de la population.

Ces facteurs indiquent ce que le quotidien Mardom Salari a décrit samedi comme «décevant et signe des conditions économiques et de vie critiques de la population».

«L’indice des prix des denrées alimentaires au cours des huit premiers mois de 2019 a augmenté d’environ 22,5%. Alors qu’au cours de la même période en 2020, l’indice des prix des denrées alimentaires a augmenté de 47%. L’augmentation de l’indice alimentaire et du permis de prix en 2020 a entraîné une augmentation du seuil de pauvreté et du taux de pauvreté dans la société. Les données montrent également que la quantité de calories consommées par chaque Iranien est en baisse constante depuis 2011 », a écrit Mardom Salari, sur la base du rapport du Centre de recherche parlementaire.

Pourtant, les statistiques des fonctionnaires du régime sont loin de la réalité. L’agence de presse semi-officielle ISNA a rapporté le 6 janvier que dans la province du Khorasan du Nord, «seulement 4 pour cent des habitants ne reçoivent pas de dons de l’État», ce qui ne représente pas plus de 45 000 tomans ou 1,82 dollar de valeur sur le marché libre. Les gens ne peuvent acheter que quelques morceaux de pain avec ce document en espèces.

Alors que le peuple iranien continue de lutter contre la pauvreté, les médias d’État identifient la corruption et le pillage des mollahs comme la véritable raison de cette crise

En raison de l’extrême pauvreté, de nombreux enfants en Iran sont contraints de travailler

Le président du régime, Hassan Rohani, a reconnu le 6 janvier que son gouvernement avait «alloué un programme mensuel de soutien aux moyens de subsistance à 60 millions d’Iraniens». Selon les lois du régime, seules les personnes pauvres à faible revenu peuvent bénéficier de ce que l’on appelle un programme d’aide. En d’autres termes, Rohani a confirmé que près de 60 millions d’Iraniens vivaient dans la pauvreté.

Pendant ce temps, l’Iran est riche en ressources naturelles et possède l’une des plus grandes ressources gazières du monde. L’Iran est un pays avec 68 types de minéraux non pétroliers, 37 milliards de tonnes de réserves découvertes et 57 milliards de tonnes de réserves potentielles parmi les 15 réserves minérales du monde, mais 75% de sa population dépend de l’aide de l’Etat, inférieur à deux dollars par mois.

Pourtant, les médias d’État rapportent que l’indice de pauvreté et le taux d’inflation de l’Iran augmentent depuis 2011.

«En 2018, avant que l’impact de la pandémie n’affecte l’économie mondiale, le taux d’inflation de 41,2% ainsi que le taux de chômage de 10,7% en Iran ont porté l’indice de misère à environ 52%. Au premier semestre 2020, l’inflation moyenne de 28% en six mois et le taux de chômage en moyenne de 9,25% ont abouti à un indice de misère de 37,25%», écrivait le quotidien officiel Sharq en septembre 2020.

Alors que le régime et les apologistes des mollahs tentent de blâmer les sanctions internationales pour la crise économique iranienne, certains médias d’État ont identifié la «vague de mauvaise gestion» du régime comme la véritable raison de l’échec économique de l’Iran.

«Les autorités n’ont pas répondu à cette question de savoir quel sera le sort de notre économie. L’économie iranienne est loin d’être conforme aux normes mondiales et la suppression des informations et des données statistiques par la Banque centrale a rendu impossible la prédiction de l’économie et le passage facile de la période de transition économique », a écrit Jahan-e Sanat le 9 janvier.

“La structure actuelle de l’économie iranienne ne ressemble pas au néolibéralisme et au capitalisme. Les ressources publiques sont allouées par le biais de détournements de loyers, et les gagnants de ce type d’allocation de ressources sont les riches”, a écrit le samedi, Donya-e Eghtesad.

Le régime décrit la crise économique de l’Iran et le mécontentement continu de la population comme une «guerre économique», afin de blâmer le monde extérieur.

Mais comme les Iraniens considèrent le régime comme la seule source de ses maux, le résultat de la soi-disant guerre économique est davantage de protestations de tous les secteurs de la société et un autre soulèvement populaire.

« La baisse de la production peut s’accompagner d’une réduction de la main-d’œuvre des producteurs. Ce fait, associé à la hausse de l’inflation et à la baisse du pouvoir d’achat de la population, peut certainement entraîner des manifestations. L’un des principaux objectifs des guerres économiques est d’atteindre ce stade, qui est de former des révoltes généralisées contre le [régime] et d’accroître la méfiance des gens », a écrit mercredi Jahan-e Sanat.

«Les politiques et programmes économiques du gouvernement et du parlement visent à répandre les détournements de fonds et ignorer la justice sociale, et aboutira finalement à une pauvreté généralisée », a écrit mercredi le quotidien Kar-o-Kargar.

En d’autres termes, les crises économiques de l’Iran sont dues à la mauvaise gestion du régime et au pillage systématique des richesses nationales. Le 10 janvier, les Gardiens de la révolution (CGRI) ont dévoilé une autre base de missiles, montrant que le régime a des ressources économiques, mais au lieu d’aider la population, il les gaspille dans ses activités illicites.

La crise économique iranienne et toutes les autres crises ne seront pas résolues tant que le régime restera au pouvoir. Le seul souci des mollahs est de préserver leur régime. Pour eux, la vie, la santé et le bien-être des gens ne comptent pas.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe