jeudi, octobre 1, 2020
Accueil Actualités Actualités: Economie L’isolement international croissant du régime iranien

L’isolement international croissant du régime iranien

L’isolement international du régime iranien s’accroît en raison de ses activités néfastes. Téhéran a essuyé plusieurs échecs ces dernières semaines qui mettent en évidence l’isolement croissant du régime des mollahs et leurs pasdaran.

Le Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique a appelé vendredi le régime iranien à cesser de refuser à l’agence l’accès à deux anciens sites nucléaires et à coopérer pleinement avec les inspecteurs. À cet égard, Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), s’est félicitée de la résolution et a souligné: «Les politiques et les actions du régime des mollahs, cinq ans après l’accord nucléaire avec le Les pays du P5 + 1, ne laissent aucun doute sur le fait que ce régime n’a jamais abandonné le projet d’acquérir une bombe atomique et continue la tromperie et la dissimulation. Le régime utilise toutes les concessions que l’accord nucléaire lui a accordées pour poursuivre le terrorisme, la guerre étrangère et la répression intérieure. »

Cette résolution accroît la pression sur le régime et confirme les intentions du régime d’obtenir une bombe nucléaire et la nécessité pour la communauté internationale d’agir.

Un autre coup dur porté au régime iranien a été la résolution 374 du Congrès américain, qui bénéficie du soutien bipartite d’une majorité de membres de la Chambre des représentants des États-Unis de 41 États et 12 commissions. Cette résolution appelle à une action immédiate pour contrer les menaces du régime iranien et « reconnaît les droits du peuple iranien et sa lutte pour établir une république démocratique, laïque et non nucléaire en Iran ».

Un troisième développement est la décision du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies de proroger le mandat de Javaid Rehman, Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en Iran.

En outre, le Département d’État américain a consacré une grande partie de son rapport annuel sur le terrorisme de 2019, au terrorisme du régime iranien. Le Département d’État a une fois de plus qualifié le régime iranien de « parrain du terrorisme d’État » et a souligné les activités malveillantes du régime et le financement de groupes terroristes mandataires. Le 22 mai, le Département d’État, dans une fiche d’information, a fait référence au complot déjoué par le régime contre le rassemblement annuel du CNRI « Iran libre» en juin 2018 à Villepinte (paris nord), qui a abouti à l’arrestation du «diplomate» Assadollah Assadi.

En outre, les États-Unis ont présenté un projet de résolution au Conseil de sécurité des Nations Unies pour ratifier la prolongation illimitée de l’embargo sur les armes du régime iranien, qui doit expirer en octobre. La Chine et la Russie sont susceptibles d’opposer leur veto à la résolution, mais les États-Unis ont déclaré qu’ils poursuivraient un deuxième plan en cas de veto. Selon certaines informations, le plan B des États-Unis devrait activer le mécanisme de déclenchement automatique intégré dans la résolution 2231 du Conseil de sécurité. Ainsi, les six résolutions précédentes du Conseil de sécurité relatives au programme d’armes nucléaires illégales du régime iranien seraient réédictées, et l’extension de l’embargo sur les armes du régime ne serait qu’une partie de cela. Un projet de résolution des trois principales puissances européennes visant à prolonger l’embargo sur les armes jusqu’en 2023, bien qu’il ait été conçu pour empêcher une prolongation sans restriction de l’embargo sur les armes et en faveur du régime, a suscité une réaction de la part du régime. Cette résolution met la pression sur la machine belliciste du régime qui a menacé de quitter le TNP.

Davoud Hermidas-Bavan, l’un des experts du régime, a déclaré au site Web d’actualités Aftab: “La fin de la relation avec l’AIEA ouvre la voie à des sanctions plus larges à l’Iran qui devra faire face à des décisions plus dures de la part de la communauté internationale. À mon avis, quitter le TNP est une grosse erreur et conduira le [régime] à des résultats indésirables. »

Freydoon Majlesi, un autre expert du régime, a qualifié la décision de quitter le TNP de « décision dangereuse, ou de« être ou ne pas être ».

En outre, le Trésor américain, dans sa dernière action contre le régime jeudi, a sanctionné quatre sociétés sidérurgiques, d’aluminium et de fer opérant dans le secteur des métaux du régime iranien, dont une filiale de la société d’acier Mobarakeh, le plus grand fabricant d’acier en Iran. Le Trésor américain a également sanctionné un agent de vente basé en Allemagne et trois agents des Émirats arabes unis (EAU) pour appartenance ou lien avec la société d’acier Mobarakeh.

Le régime iranien utilise de vastes ressources nationales pour poursuivre ses politiques bellicistes. Pendant ce temps, le peuple iranien est aux prises avec la pandémie de COVID-19, qui a jusqu’à présent coûté la vie à plus de 62 100 personnes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe