mercredi, septembre 22, 2021
AccueilActualitésActualités: EconomieMédias Officiels : Les crises économiques de l’Iran et ses ennemis

Médias Officiels : Les crises économiques de l’Iran et ses ennemis

Au lendemain du simulacre d’élection présidentielle du 18 juin, les médias officiels ont reconnu l’aggravation des crises économiques en Iran.

« Dans la situation actuelle, la plupart des classes sociales vivent dans des conditions économiques médiocres« , a écrit le média officiel Setar-e Sobh le samedi 19 juin 2021.

« Les preuves, les observations objectives et les statistiques disponibles indiquent que les conditions de vie des Iraniens dans la société se sont détériorées au fil du temps. Selon les statistiques, environ 30 % de la population du pays, soit environ 25 millions d’Iraniens, vivent désormais en dessous du seuil de pauvreté« , ajoute l’article de Setar-e Sobh.

La crise économique de l’Iran est due aux 40 années de corruption et de pillage de la richesse nationale par les mollahs.

How the mullahs destroyed Iran's economy

Le nouveau président du régime, Ebrahim Raïssi, n’est ni disposé ni capable de gérer les crises économiques de l’Iran. Raïssi fait partie du même système qui a ruiné l’économie. La crise économique de l’Iran a atteint des seuils paroxysmiques au cours des huit dernières années.

« La vente inappropriée de titres de créance, la compensation du déficit budgétaire à partir d’actifs gagés, le transfert hâtif des industries d’infrastructure du pays à des personnes connues et inconnues et, surtout, la réduction de la participation publique et le pillage des richesses nationales par [les autorités] ont détruit la confiance du public. Cela a également causé les plus grands dommages au système, et ses effets durent depuis des années« , écrivait samedi le quotidien officiel Resalat.

En d’autres termes, le régime est à l’origine des crises économiques de l’Iran. Par conséquent, ses responsables ne seraient pas en mesure de résoudre ces crises.

Dans un article publié samedi, intitulé « L’économie iranienne et ses ennemis« , le quotidien officiel Aftab-e Yazd a reconnu comment la corruption institutionnalisée du régime a détruit l’économie iranienne.

« En Iran, un modèle d’économie politique a toujours été approuvé et développé dans lequel certains politiciens ont bénéficié de nombreux avantages. Cette procédure a donné à ces responsables un pouvoir énorme, et ils abusent de leurs responsabilités« , peut-on lire dans l’article.

« Ces responsables, pour maintenir leur pouvoir et leur avantage politique, ont besoin de rejeter la mauvaise situation et le sous-développement du peuple sur des ennemis internes et externes. Ils imputent aux ennemis leur inefficacité, leur totalitarisme et leur monopole dans tous les domaines, en particulier dans celui du pain, du logement et de l’emploi », ajoute l’article d’Aftab-e Yazd.

Il convient de souligner que l’économie iranienne est dominée par les Gardiens de la révolution (pasdaran), et que les responsables des deux factions du régime profitent du pillage de la richesse nationale de l’Iran. Ainsi, le régime et ses défenseurs tentent de rendre les sanctions internationales responsables de toutes les crises économiques de l’Iran.

« Personne n’ose rendre facile le cycle de prospérité du marché et du capital. Parce que les mafias financières et économiques ne permettent à personne d’utiliser la science de l’économie pour exploiter le potentiel étonnant et puissant de l’Iran« , écrit Aftab-e Yazd à ce sujet.

Outre sa corruption institutionalisée, le régime a dilapidé la richesse nationale de l’Iran dans le financement du terrorisme. Mais les mollahs et leurs défenseurs ont rejeté la faute sur les sanctions.

How the Islamic Revolutionary Guards Corps IRGC plunders Iran’s economy

« Les individus et les groupes ont toujours essayé de simplifier et de résumer les complexités de la mafia financière et de se concentrer uniquement sur des questions spécifiques pour les exposer au public. Pourtant, l’histoire de ce qui arrive à l’économie et à la vie des gens n’a pas été aussi simple« , peut-on lire à cet effet dans l’article d’Aftab- Yazd.

« La saisie et le contrôle des ressources nécessitent toujours une inflammation et une tension dans la politique intérieure et extérieure, et reflètent sans aucun doute la situation économique défavorable et l’instabilité ainsi que le calme dans les relations internationales, et les politiques sociales, culturelles et politiques naissent de cette stratégie », ajoute Aftab-e Yazd.

En d’autres termes, les politiques malveillantes du régime, telles que l’exportation du terrorisme, la construction d’armes nucléaires et la corruption, détruisent l’économie iranienne. Puisque le terrorisme et la corruption sont institutionnalisés dans le régime, comme l’a reconnu Aftab-e Yazd, il est impossible de chercher à obtenir une réforme économique du régime, car toute réforme conduit à la fracture de l’ensemble de la théocratie au pouvoir.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe