vendredi, mai 20, 2022
AccueilActualitésActualités: EconomieRapport exclusif sur le budget 2022-2023 du régime iranien

Rapport exclusif sur le budget 2022-2023 du régime iranien

Rapport exclusif sur le budget 2022-2023 du régime iranien

Le président du régime iranien Ebrahim Raïssi a présenté le projet de budget de son gouvernement pour la prochaine année persane de 1401. Raïssi affirme que ce budget entraînerait une croissance économique de 8 %. De nombreux experts du régime reconnaissent que ce budget augmente la pauvreté.

Selon les médias d’État iraniens, rapportés par Reuters, le budget du solde nominal est de 15 052 milliards de rials, soit 50,2 milliards de dollars au taux de change du marché libre (1 $ = 300 000 rials au taux du marché libre). Le projet de loi sur le budget du régime iranien pour 1401 comprend une croissance sans précédent du budget militaire. Pourtant, les griefs économiques de la population ne sont pas abordés dans ce projet de loi. Pendant ce temps, « Selon les données du ministère des Coopératives, du Travail et de la Protection sociale en 2019, environ 26 millions d’Iraniens vivaient en dessous du seuil de pauvreté, qui devrait passer à 30 millions en 2021. En d’autres termes, 4 millions de personnes sont tombées sous le seuil de pauvreté absolue en un an. (quotidien d’État Setar-e Sobh, 12 décembre 2021).

Aperçu du système budgétaire iranien
Le budget de l’État se compose de deux parties. La première partie s’appelle le budget général du gouvernement, qui comprend les dépenses du gouvernement, les ministères, les salaires et les budgets de développement.

La deuxième partie traite des sociétés dites non gouvernementales et des fondements du régime, y compris les gardiens de la révolution (CGRI), les militaires et leurs affiliés. Le siège de Khatam al-Anbiya et les fondations sous le contrôle du régime du Guide suprême reçoivent également un budget qui est le double du budget général du gouvernement. Ces fondations et entreprises contrôlent des milliards de dollars, et cet argent n’est utilisé par le régime que pour l’oppression nationale ou l’exportation du terrorisme. Ces fondations sont exonérées d’impôts et ne contrôlent aucune autorité sur leurs revenus et dépenses.

«Ces entreprises qui reçoivent 20 000 milliards de rials de budget, ce qui est plus que le budget général du pays, sont sur leur propre chemin et font ce qu’elles veulent. Ils ne se soucient pas des lois que nous adoptons ici », a reconnu Mohammad Bagher Ghalibaf, le président du parlement du régime, le 14 décembre.

Rapport exclusif sur le budget 2022-2023 du régime iranien
À qui profiterait le budget 2022-2023 ?
La part du lion du budget iranien 2022-2023 va à l’appareil militaire du régime, comme les gardiens de la révolution (CGRI), l’armée et les milices Basij, Institutions sous le contrôle du guide suprême Ali Khamenei. Ces institutions comprennent la télévision d’État du régime.

Le budget 2022-2023 allouera au moins 5 milliards de dollars de pétrole brut pour renforcer les « capacités de défense et de recherche stratégique » du régime, contre 4 milliards de dollars l’année précédente.

Selon le quotidien d’État Vatan-e Emrooz du 13 décembre, « dans le projet de loi de finances, le pétrole brut sera transféré aux forces armées en tant que source de revenus (du budget général du gouvernement) dans le projet de loi de finances de l’année prochaine, 4,5 milliards de des euros seront alloués pour renforcer la défense à travers le transfert de pétrole brut. »

Selon Vatan-e Emrooz, « la part des forces disciplinaires de la République islamique [de 5 milliards de dollars] est de 205, le ministère de la Défense de 629 et l’armée de 679 millions d’euros ».

« L’allocation de 140 millions d’euros pour renforcer l’armée de l’air, 208 millions d’euros pour l’armée de l’air de la République islamique,35 millions d’euros pour l’armée de la République islamique d’Iran,36 millions d’euros pour l’armée de l’air et 147 millions d’euros Les euros pour la marine de la République islamique d’Iran sont notables dans le projet de loi budgétaire », ajoute Vatan-e Emrooz. « Enfin, l’état-major des armées avec 256 millions d’euros et la base de Khatam avec 4,6 millions d’euros peuvent être financés par le transfert de pétrole brut. »

Selon Vatan-e Ermooz, les pasdaran recevront « 959 millions d’euros ». En plus de donner du pétrole brut à ses forces militaires, le régime leur allouera également un budget séparé.

Selon Vatan-e Emrooz, « Outre le transfert de pétrole brut, le budget actuel des organisations militaires du pays pour l’année iranienne 1401 comprend :

Ministère de la Défense 950 000 milliards de rials
CGRI, 920 billions de rials, armée 330 billions de rials
État-major général des forces armées, 40 000 milliards de rials
NAJA, 430 000 milliards de rials
Siège du CGRI à Khatam 7 700 milliards de rials. »

Selon le quotidien public Hamdeli du 13 décembre, « Le montant du budget alloué à l’Organisation de radiodiffusion de la République islamique d’Iran (IRIB) est de 5 200 milliards de rials. Pendant ce temps, le budget de cette organisation en 1400 était égal à 3300 milliards de rials, ce qui montre une croissance de 56%. »

Cette croissance de 56 % est près de quatre fois supérieure à l’augmentation de 10 % de la base salariale de la population.

Une ligne est fixée pour la garnison socioculturelle de Baqiyatallah du CGRI dans le projet de loi de finances. En outre, il recevra un budget de 2 000 milliards de rials sous prétexte de soutenir des institutions culturelles et sociales telles que Owj et Seraj. Ce sont des affiliations lié avec les pasdarans et créer des films de propagande et des séries télévisées du régime, principalement pour diaboliser l’opposition iranienne. Le régime iranien a produit plus de 300 films, documentaires et courts métrages pour ternir l’image de son opposition, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK).

Le paragraphe C de la note sur le budget du projet de loi 1401 oblige le ministère des Routes et du Développement urbain à « fournir les terrains nécessaires à la construction des postes de contrôle, des postes de police, des bases de la résistance et des salles de sport et de culture gratuites Basij », et de les fournir à » le gestion des projets de logement Mehr, du logement national et des projets de régénération urbaine.

Qui d’autre profite de ce budget?
Près de 1 500 milliards de rials ont été alloués au Conseil des gardiens, tandis que le régime n’a pas d’élections dans les années à venir.

Le budget du centre de service du séminaire est passé de 4 000 milliards de rials en 1400 à 8 000 milliards de rials en 1401.

Le budget de l’institution présidentielle sous Hassan Rohani était de 5 000 milliards de rials. Dans le projet de loi de finances 1401, Raïssi l’a augmenté à 14 000 milliards de rials.

Le budget des séminaires et de leurs institutions affiliées est neuf fois supérieur au budget de l’université.

Rapport exclusif sur le budget 2022-2023 du régime iranienQu’obtiendront les Iraniens ?
Le peuple iranien et ses revendications sont quasiment exclus du projet de loi de finances. Selon l’agence de presse officielle ILNA, le 13 décembre, « la moindre attention n’a été accordée au bien-être de la famille dans le budget du pays ».

« Avec le salaire minimum fixé par le gouvernement dans le budget 1401, le pouvoir d’achat des Iraniens va diminuer, et l’année prochaine nous verrons un creusement de la différence sociale entre les déciles et une augmentation de la pauvreté relative et de la pauvreté absolue », ajoute l’ILNA.

Selon l’ILNA, « le gouvernement de Raïssi a complètement ignoré l’inflation en 1400, et aucune compensation n’a été trouvée pour cela. Tous ces problèmes montrent que nous assisterons à une augmentation de l’inflation en 1401 et que les dépenses créées dans le budget de l’année prochaine s’ajouteront aux frais de subsistance des gens. »

Les sources de revenus de Téhéran
Les principales sources de revenus du budget 2021 sont les exportations de pétrole, les recettes fiscales et la suppression du taux de change officiel du dollar de 42 000 rials. Selon de nombreux économistes iraniens, ces sources de revenus amèneraient finalement le régime à avoir les mains plus profondes dans les poches des gens.

Le plan budgétaire de Raïssi est basé sur 1,2 million de barils par jour d’exportations de pétrole à un prix de 60 dollars le baril.

Selon le journal officiel Tejarat News du 12 décembre, le gouvernement de Raïssi « prévoit que cette année il gagnera 3 810 000 milliards de rials grâce aux ventes de pétrole, et 3 510 000 milliards de rials de ces revenus proviendront des exportations de pétrole ».

Rapport exclusif sur le budget 2022-2023 du régime iranien

« Pendant ce temps, dans le budget de 1400, les revenus des ventes de pétrole devaient être de 3 410 milliards de rials. Le gouvernement avait prédit qu’il gagnerait 1530 billions de rials grâce aux exportations de pétrole [ce qui n’a pas été réalisé] », a écrit Tejarat News. « Mais ces revenus ont augmenté de 106 % cette année. Pendant ce temps, le gouvernement n’a pas pu vendre plus de 700 000 barils de pétrole par jour l’année dernière en raison des sanctions. Mais le gouvernement [de Raïssi] a pour objectif de vendre 1,2 BPD.

Il convient de noter que le marché du pétrole a connu une baisse significative et qu’il a fluctué en raison de la pandémie de Covid-19.

Les recettes fiscales
Le gouvernement de Raïssi a l’intention de gagner des recettes fiscales, 62 % de plus que le budget actuel. Selon l’agence de presse officielle IRNA, les nouvelles « recettes fiscales sont estimées » à environ 5 270 milliards de rials. Ces revenus indiquent une croissance significative par rapport au budget de l’année en cours. Les recettes fiscales du budget 1400 ont été estimées à environ 3 250 milliards de rials.

« Par conséquent, les recettes fiscales du gouvernement l’année prochaine augmenteront d’environ 2 020 milliards de rials par rapport à cette année, ce qui indique une croissance de près de 62% », ajoute IRNA.

Selon le projet de budget, les Iraniens avec un revenu de 50 millions de rials devraient également payer des impôts. Dans son nouveau plan budgétaire, le régime a promis d’augmenter la base salariale de 10 %. Cette augmentation est sans importance par rapport à la hausse du taux d’inflation du pays. Selon les médias officiels iraniens, le taux d’inflation officiel est d’environ 50 %. Pourtant, en augmentant les salaires des gens, de nombreux Iraniens recevraient environ 50 millions de rials et devraient donc payer des impôts.

« L’imposition d’impôts sur le revenu de plus de 50 millions de rials est incluse dans le budget de l’année prochaine, tandis qu’en octobre, il a été annoncé que le seuil de pauvreté d’une famille de quatre personnes avait atteint 100 millions de rials et que plus de la moitié des Iraniens vivent dans la pauvreté absolue », a écrit l’État. -exécuter Mardom Salary à cet égard le 13 décembre.


Suppression du taux de change officiel, une autre source de revenus
Selon le nouveau projet de loi budgétaire du régime, le taux de change officiel du dollar de 42 000 rials sera supprimé. Cette décision entraînerait des dommages irréparables pour l’économie iranienne déjà en déclin. Raïssi a fait tout un plat sur les impacts négatifs du taux de change officiel et a maintenant fixé le taux de change de 230 000 rials pour un dollar. Le taux de change du dollar sur le marché libre iranien est d’environ 300 000 rials. L’écart de 70 000 rials entre ces deux taux de change « entraînerait de nouveaux détournements de fonds », selon le journal officiel Eghtesad News.

Dans une étude approfondie publiée en novembre 2021, la Résistance iranienne a mis en lumière les conséquences économiques de la suppression du taux de change officiel.

Sur la base de cette étude, « Au cours de la dernière année de l’administration de [Hassan] Rouhani, le régime avait l’intention d’éliminer le taux de change officiel de 42 000 rials pour 1 $. Ce faisant, l’administration de Rouhani a estimé qu’elle pourrait gagner au moins 600 milliards de rials. Maintenant, si Raïssi suspend ou supprime le taux de change officiel, son gouvernement gagnerait environ 2 milliards de dollars, avec le taux de change actuel au taux du marché libre de 280 000 rials pour 1 $.

« Cela ne résoudrait pas les problèmes de Téhéran, car il a besoin d’une somme d’argent considérable pour poursuivre ses activités malveillantes. Ces dernières années, le régime n’a pas été en mesure de payer intégralement ses groupes terroristes par procuration au Moyen-Orient. Selon un rapport du département d’État américain de 2020, le régime iranien verse 700 millions de dollars par an au seul Hezbollah libanais », ajoute l’étude.

Selon Hossain Raghfar, un économiste du régime, Raïssi a en effet l’intention de générer des revenus en vendant des dollars au taux de change du marché libre. Raghfar considère cette action comme « la principale source de revenus du gouvernement » en 1401.

« Le gouvernement entend fournir des sources de revenus et compenser son déficit budgétaire en vendant des devises. Les conséquences de cette approche pour le budget de l’année prochaine seront destructrices et inflationnistes, et le déficit budgétaire augmentera », a-t-il déclaré.

« Les problèmes économiques du pays ont été imputées à tort aux sanctions, selon le journal officiel Setar-e Sobh le 14 décembre. « Si le parlement confirme ce budget, nous connaîtrons l’inflation la plus sans précédent du pays et de profonds troubles sociaux ».


Conclusion
En juin 2021, Khamenei a retiré Raïssi des urnes pour resserrer les rangs dans son régime moribond. Raïssi est un criminel connu et les membres de son cabinet sont pour la plupart des hauts commandants des pasdarans et des auteurs de violations des droits de l’homme.

Allouer un budget astronomique à des entités terroristes comme les pasdarans signifie que le régime n’arrêtera pas ses activités malveillantes.

Le plan de Raïssi d’imposer des impôts aux Iraniens pauvres souligne que faire des concessions au régime ne profitera pas à la population. Raïssi a refusé de s’attaquer aux graves crises environnementales, économiques et sociales de l’Iran qui ont de graves répercussions sur la vie des gens. Les puissances mondiales devraient en effet augmenter la pression sur le régime au lieu d’une politique complaisance.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe