Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Condition épouvantable des infirmières sous le régime des mollahs

Condition épouvantable des infirmières sous le régime des mollahs

Par Mansoureh Galestan

L'Iran fait face à une pénurie d'infirmières, tandis que de nombreuses infirmières au chômage quittent le pays.

Les hôpitaux iraniens font face à une grave pénurie d'infirmières, causant la mort de certaines d'entre elles sous la charge de travail ingérable. Il y a 20 000 infirmières au chômage dans le pays, selon le Secrétaire général de l'Organisation des infirmières iraniennes.

Sharifi Moqadam a déclaré à l'agence de presse officielle Fars que l'Iran faisait partie des « pays arriérés » en ce qui concerne le nombre d'infirmières travaillant dans les hôpitaux iraniens, soulignant que le « nombre d'infirmières en exercice est même inférieur à celui de l'Irak ».

Cela signifie qu'il y a beaucoup plus de pression sur les infirmières en Iran que dans d'autres pays du monde. Un exemple évident est qu'en Iran, il y a une infirmière par lit d'hôpital, alors qu'en Europe, il y aurait 10 infirmières.

Cette situation a de lourdes conséquences pour les infirmières : Saied Alian, une infirmière de 24 ans, est décédée en janvier des suites d'une surcharge de travail excessive. L'agence de presse officielle ILNA a rapporté que 20 autres infirmières étaient mortes en l'espace de trois ans en raison de pressions intenses au travail.

Au printemps dernier, le vice-ministre des Soins infirmiers du ministère de la Santé a déclaré au site Web officiel Eghtesad Online que l'Iran manquait de 120 000 à 150 000 infirmières, selon les normes internationales. La situation est aggravée par la surcharge de travail de certaines personnes et le chômage qui poussent certaines infirmières à quitter le pays. Au printemps 2018, la vice-ministre Maryam Hazrati a déclaré qu'il y avait 30 000 infirmières iraniennes au chômage et que 130 avaient émigré en Australie en seulement un mois.

(Bien sûr, il n'y a pas que les infirmières. Les statistiques officielles indiquent que 150 000 à 180 000 Iraniens instruits émigrent d'Iran chaque année, ce qui représente 400 à 500 spécialistes et élites par jour.)

Non seulement les infirmières sont surmenées, mais elles sont sous-payées. L'agence de presse officielle ISNA a rapporté que l'hôpital Khomeini à Karaj n'a pas payé ses employés depuis près d'un an en raison de problèmes financiers majeurs causés par une mauvaise gestion. L'hôpital de 250 lits, qui est l'un des hôpitaux d'angiographie les mieux équipés d'Iran, a une dette de 100 milliards de tomans et les rapports indiquent que l'équipement n'est plus utilisé.

Beaucoup d'infirmières et d'autres membres du personnel hospitalier de l'hôpital Khomeini à Karaj et de nombreux autres hôpitaux ont organisé des dizaines de rassemblements au cours de l'année écoulée pour protester contre leurs salaires bas ou non payés. Les membres de la diaspora iranienne ou ceux qui soutiennent les infirmières iraniennes peuvent faire connaître les manifestations en ligne ou participer à l'une des manifestations anti régime massives qui auront lieu en Europe et aux États-Unis au cours des deux prochains mois. La prochaine aura lieu à Bruxelles le 15 juin.

Contactez-nous

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés