Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

La nouvelle année universitaire a commencé en Iran avec un répression accrue des enseignants

La nouvelle année universitaire a commencé en Iran avec un répression accrue des enseignants

Par Hamideh Taati 

La nouvelle année scolaire a commencé en Iran, mais les principaux piliers de l'éducation, les enseignants, vivent dans des conditions difficiles. Leurs revendications les plus élémentaires n’ont pas trouvé de réponse et nombre d'entre eux sont en prison pour avoir protesté contre les injustices.

Le mépris du régime iranien à l’égard des demandes des enseignants les laisse dans le désarroi. L'augmentation sans précédent du coût de la vie a mis beaucoup de pression sur eux et ils ne sont pas en mesure de payer leurs frais de subsistance avec un salaire égal au tiers du seuil de pauvreté. Ils sont donc obligés d'avoir plusieurs emplois à la fois.

LES ENSEIGNANTS EN PRISONS

Les enseignants, très respectés par la population, risquent l’emprisonnement, l’humiliation et la privation.

La tragédie de la flagellation des enseignants est une histoire douloureuse qui pèse sur la conscience nationale des iraniens. Alors que l'année scolaire a commencé, nombre d'enseignants sont toujours en prison.

De nombreux enseignants ont été condamnés au fouet pour avoir protesté contre leurs désavantages éducatifs, leurs conditions de vie précaires et le non-paiement d’arriérés, mais ils continuent de résister à l’oppression du régime iranien.

Mohammad Habibi, membre du conseil d'administration de l'Association des enseignants de la province de Téhéran, a été condamné à 10 ans et 6 mois d'emprisonnement et à 74 coups de fouet pour "rassemblement et collusion en vue de commettre un crime contre la sécurité nationale", "propagande contre l’Etat "et" troublant l'ordre public ". Il a également été interdit de quitter le pays et est toujours en prison.

Mahmoud Beheshti Langroudi, porte-parole du Syndicat des enseignants, est emprisonné à la prison d'Evine depuis le 7 septembre 2016. Il a été convoqué et placé en détention à plusieurs reprises et il purge actuellement une peine de cinq ans.

Ismail Abdi, secrétaire de l'Association des enseignants d'Iran (Téhéran), a été arrêté le 10 novembre 2016 par les forces de sécurité du régime et transféré dans le quartier 8 de la prison d'Evine pour y purger sa peine inique.

Un enseignant des « écoles exceptionnelles » à Bushehr a été condamné à trois ans d'emprisonnement et à 74 coups de fouet le 26 février 2016 par un tribunal régime sans accès à un avocat. La liste est longue.

Confronté à diverses crises, le régime iranien a perdu la capacité de réagir aux problèmes sociaux et ne répond plus aux demandes des enseignants. Par conséquent, il a augmenté la répression dans la crainte d'un soulèvement social éventuel. Cependant, l'oppression conduira à plus de radicalisme dans les mouvements sociaux et renforcera le lien entre le peuple iranien et sa résistance organisée. Les manifestations quotidiennes et d'autres faits le confirment.

Les enseignants sont des modèles et des guides pour les élèves. Le mouvement étudiant iranien a joué un rôle crucial dans le renversement du régime du chah. Il peut jouer un rôle important dans le renversement du fascisme religieux au pouvoir en Iran.

 

Contactez-nous

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés