jeudi, février 4, 2021
Accueil Actualités Irak: une campagne pour remplacer Nouri al-Maliki

Irak: une campagne pour remplacer Nouri al-Maliki

Associated Press – BAGDAD – Alors que le pays est dans la tourmente, les rivaux du Premier ministre chiite d’Irak mènent une campagne pour l’évincer, avec un peu de pêche à la ligne pour le soutien de bailleurs de fonds occidentaux et de poids lourds régionaux.

Jeudi, leur effort a reçu un énorme coup de pouce du président Barack Obama. Le leader américain s’est retenu d’appeler à la démission de Nouri al-Maliki, en disant que «ce n’est pas notre travail de choisir les dirigeants de l’Irak”. Mais ses mots ont été soigneusement formulées pour l’insinuer. “Seuls les dirigeants qui peuvent régir avec un programme inclusif pourront rassembler véritablement le peuple irakien et l’aider à traverser cette crise”, a déclaré Obama à la Maison Blanche.

“Nous avons dit publiquement que si le Premier ministre, ou tout autre dirigeant, aspire à diriger le pays, il doit avoir une approche dans laquelle les sunnites, les chiites et les kurdes auront le sentiment d’avoir la possibilité de faire avancer leur intérêt dans le processus politique “, a-t-il déclaré.

Cette approche n’a pas fait partie des priorités d’al-Maliki, dont la crédibilité a subi un sérieux revers lorsque des militants sunnites ont lancé une offensive éclair la semaine dernière, engloutissant une grande partie du nord de l’Irak, ainsi que la deuxième ville du pays, Mossoul (…)

Depuis le retrait des forces américaines à la fin de 2011, la violence a vu une nouvelle flambée, alimenté en partie par al-Maliki lui-même. La décision du leader irakien l’an dernier d’écraser les manifestations des sunnites qui se plaignaient de discrimination de son gouvernement à majorité chiite, a déclenché une nouvelle vague de violence par des militants qui ont repris la ville de Falloujah dans la province à majorité sunnite d’Anbar et des parties de Ramadi. L’armée et les forces de police irakiennes n’ont pas été capables de prendre ces zones depuis des mois.

Dans le même temps, de nombreux Irakiens se plaignent de la corruption du gouvernement, l’échec à reconstruire l’économie et des liens trop étroits avec l’Iran chiite.

Des politiciens chiites, familiers avec les efforts secrets pour éliminer al-Maliki, ont évoqué deux noms  comme substituts possibles: l’ancien vice-président Adel Abdul-Mahdi, un économiste formé en France, qui est aussi un chiite, et Iyad Allaoui, un chiite laïque qui a servi comme premier ministre d’Irak après l’éviction de Saddam.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe