Dernière mise à jour 11:56:33 AM
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian
  • English
  • French
  • Deutch
  • Italian
  • Arab
  • Spanish
  • Albanian

Le régime iranien cède sous la pression. La fermeté est la seule réponse

Le régime iranien cède sous la pression. La fermeté est la seule réponse

Par Mohammad Sadat Khansari

Selon Claude Moniquet du Centre européen de renseignement et de sécurité (ESISC) basé à Bruxelles, l’Occident ne cesse de répéter, encore et encore, les mêmes erreurs dans le traitement de la terreur étatique iranienne fondée sur des illusions.

«Un pas en arrière est nécessaire pour bien comprendre ce qui est en jeu. En mars 2018, des iraniens avaient déjà été arrêtés en Albanie pour avoir planifié une attaque contre un complexe appartenant au principal groupe d’opposition démocratique iranien, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI). Si le plan n'avait pas été découvert, il est impossible de dire combien des 3 000 résidents auraient été tués. D'autres complots terroristes iraniens ont été découverts en 2018, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Danemark », a écrit M. Moniquet dans le journal Issues & Insights du 5 septembre 2019.

«Il n’y a donc pas lieu de s’étonner quand un autre complot terroriste a été interrompu en France le 30 juin 2018, à la suite d’une importante opération de renseignement coordonnée entre plusieurs pays - Israël, la Belgique, la France et l’Allemagne. Un couple iranien qui vivait depuis longtemps en Belgique en tant que réfugié a été arrêté à Bruxelles. Dans le coffre de leur voiture, il y avait une bombe. Tout était en parfait état de fonctionnement et prêt à être utilisé. il suffisait que le détonateur soit connecté à la charge utile.

"Il a été très rapidement établi que les deux Iraniens étaient une cellule dormante du Vevak (ministère du Renseignement et de la Sécurité), l'agence iranienne tentaculaire qui coordonnait les activités de renseignement extérieur, la subversion, la répression intérieure et le soutien au terrorisme."

«Pendant plusieurs années, les futurs kamikazes avaient prétendu être des partisans de l’opposition et c’était maintenant le moment pour eux d’agir. Ils avaient été activés pour frapper à Paris, lors de la réunion annuelle de la résistance iranienne liée à l'OMPI. Des dizaines de milliers de personnes et des centaines de dignitaires du monde entier ont assisté à la manifestation annuelle.

Le complot iranien du «diplomate terroriste» contre l'OMPI

Dans le cadre de cette enquête, un diplomate iranien, Assadollah Assadi, a été arrêté après s'être affranchi de son immunité diplomatique en se rendant en Allemagne. Après plus de trois mois de conflit, il a été remis à la Belgique où il est actuellement détenu, a écrit M. Moniquet. Assadi, un haut responsable du Vevak, avait un statut diplomatique à l'ambassade d'Iran à Vienne où il dirigeait les activités du Vevak en Europe.

«C’était un véritable désastre pour Téhéran: c’était la première fois qu’un diplomate iranien était arrêté et inculpé dans une affaire terroriste en Europe. S'il passe en jugement, le mode de fonctionnement du Vevak sera pleinement exposé, de même que le fait que l'Iran utilise des installations diplomatiques pour mener à bien le terrorisme en Europe. Cela déclenchera sûrement un séisme diplomatique dont le régime iranien pourrait ne jamais se remettre », a ajouté M. Moniquet.

"Alors, naturellement, Téhéran fait de son mieux pour empêcher que cela ne se produise."

Le célèbre journal français Le Monde du 31 juillet 2019 a déclaré qu'en juin, lors d'un "Conseil de la défense" au cours duquel des membres importants du personnel de sécurité se réunissaient chaque semaine avec le chef de l'Etat, la DGSE, a ordonné "de calmer leurs inquiétudes" sur ce qu'ils appellent "le terrorisme d'État de Téhéran".

M. Moniquet a ajouté: «Le président Macron a déclaré que, dans la lutte contre le terrorisme, la France est en totale unité avec les États-Unis. Mais il est de plus en plus clair que Washington veut obliger Téhéran à rendre compte de toutes ses activités perverses, en particulier du terrorisme. Paris peut-il en dire autant de lui-même?

"Cela devrait. L’expérience de quarante ans du drame des ayatollahs mène à une conclusion: Téhéran cède sous la pression. La fermeté est la seule réponse. Il n'y a pas d'autre option », a résumé M. Moniquet.

Claude Moniquet a passé 20 ans à la DGSE en tant qu'agent de terrain et a travaillé, en 1987-1989, après la crise des otages au Liban et les attentats de Paris. En 2002, il a créé le Centre européen de renseignement et de sécurité stratégiques (ESISC - www.esisc.org), un groupe de réflexion basé à Bruxelles. Il est l'auteur d'une vingtaines d'ouvrages sur le renseignement, le terrorisme, la sécurité internationale et le Moyen-Orient. En 2011, il a publié «L'Iran, un Etat terroriste?

© 2018 Copyright CNRI - Conseil National de la Résistance Iranienne - Tous droits réservés