dimanche, avril 11, 2021
Accueil Actualités Actualités: Iran & Monde Iran - Entretien de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères

Iran – Entretien de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères

Déclarations officielles de politique étrangère

Q – L’Iran est un acteur majeur de ce conflit syrien. Il y a eu un accord avec les 5+1. Hassan Rohani est venu à Davos, il a eu un discours d’ouverture très fort. Il veut commercer avec l’ensemble des différents pays et il a dit que cet accord était le prélude à un accord global. Que pensez-vous de cette ouverture ? Pensez-vous qu’au sein du régime iranien on penche plutôt vers l’ouverture ?

R – J’ai négocié sur l’accord sur le nucléaire avec les Iraniens. Cet accord propose le nucléaire civil à volonté mais pas le nucléaire militaire.

Il y a des forces diverses. Le discours du président Rohani, de même que celui du ministre des affaires étrangères, est ouvert. Maintenant, la question est de savoir quels seront les actes. Nous avons signé un accord intérimaire ; il indique que durant cette période : il n’y aura pas de montée du nucléaire en Iran ; de notre côté, nous suspendons quelques sanctions.
Maintenant, il faut parler de l’accord définitif et c’est plus compliqué. En effet, il faut que les Iraniens répondent vraiment à la question de savoir s’ils acceptent de renoncer à la perspective de l’arme nucléaire.
Comme vous l’avez dit, les négociations se déroulent en format 5+1, c’est-à-dire les cinq membres permanents du Conseil de sécurité plus l’Allemagne d’un côté et l’Iran de l’autre. Les 5+1 ont indiqué qu’ils ne voulaient pas de dissémination nucléaire ; l’Iran doit donc renoncer à toutes perspectives d’arme nucléaire. Pour le moment, ce n’est pas très clair du côté iranien.

Q – Lorsqu’ils parlent d’une utilisation à des fins civiles, qu’en dites-vous ?

R – À des fins civiles, c’est parfait mais dans le prologue de l’accord, la France a fait ajouter une phrase tirée d’un propos de M. Rohani : «Under no circumstances will Iran ever seek or develop any nuclear weapons».
C’est l’objectif, et il faut en tirer toutes les conséquences, veut dire une transparence absolue. L’AIEA doit pouvoir surveiller et savoir à chaque instant ce qui est fait.
Il faut par ailleurs tirer toutes les conséquences du renoncement à l’arme nucléaire dans le futur. Cela veut dire aussi qu’il faut être également certains de ce qui s’est produit auparavant pour connaître la généalogie et bien comprendre ce que l’on contrôle.
La France espère que les choses iront dans ce sens mais la négociation est encore devant nous.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe