jeudi, septembre 24, 2020
Accueil Actualités Actualités: Iran & Monde Le Guide Suprême des mollahs exclut les pourparlers avec les États-Unis à...

Le Guide Suprême des mollahs exclut les pourparlers avec les États-Unis à tous les niveaux

Le Guide Suprême des mollahs exclut les pourparlers avec les États-Unis à tous les niveaux

Par Mohammad Sadat Khansari 

Le Guide Suprême des mollahs a annoncé mardi qu’il n’y aurait « aucun pourparlers avec les États-Unis à quelque niveau que ce soit ». Des propos apparemment destinées à mettre fin à toute spéculation sur une éventuelle rencontre entre Hassan Rohani et Donald Trump aux Nations unies dans le courant du mois.

La télévision officielle iranienne a cité Ali Khamenei qui a déclaré que c’est la position de l’ensemble des dirigeants du régime et que « tous les responsables de la République islamique sont unanimes sur la question. »

« Il n’y aura pas de pourparlers avec les États-Unis, à quelque niveau que ce soit », a-t-il déclaré.

Khamenei a déclaré que les États-Unis voulaient prouver que leur « politique de pression maximale » contre Téhéran serait un succès. « En retour, nous devons prouver que cette politique ne vaut pas un sou pour la nation iranienne », a déclaré Khamenei. « C’est pour cela que tous les responsables iraniens, du président au ministre des Affaires étrangères sans oublier tous les autres, ont annoncé que nous ne négocions pas (avec les États-Unis), ni bilatéralement ni multilatéralement. »

Il a été question d’une possible rencontre entre Trump et Rohani lors de la prochaine Assemblée générale de l’ONU ce mois-ci à New York.

Mais les tensions dans le golfe Persique se sont intensifiées à la suite d’une attaque menée le week-end dernier par Téhéran contre les principaux sites pétroliers de l’Arabie saoudite.

Le président Trump a déclaré qu’il « préférerait ne pas » rencontrer Rohani à la session de l’ONU.

Lundi, il a déclaré qu’il « semblait » que Téhéran était derrière l’attaque explosive contre les installations pétrolières saoudiennes. Le gouvernement saoudien a qualifié cette attaque d’« acte d’agression et de sabotage sans précédent ».

Des responsables américains ont publié des images satellitaires des dégâts au cœur de l’usine de traitement d’Abqaiq et d’un important champ pétrolifère du royaume, et deux responsables américains ont déclaré que les agresseurs avaient utilisé plusieurs missiles de croisière et un drone, selon l’Associated Press.

Le Secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, se rendait à Djeddah, en Arabie saoudite, pour discuter des réponses possibles à ce que les responsables américains considèrent comme une attaque provenant de Téhéran.

Dans un éditorial du 18 septembre 2019, l’agence de presse Fars, affiliée aux Gardiens de la révolution (pasdaran), a tacitement affirmé que l’objectif du régime en attaquant l’Arabie saoudite était de faire perdre le président Trump lors des élections présidentielles américaines en 2020.

« L’attaque contre les installations pétrolières de l’Arabie saoudite, mettant de côté ceux qui l’ont perpétrée, est une transformation de la guerre régulière en cyberguerre, ou une combinaison des deux. C’est peut-être un point de départ pour des attaques ultérieures contre d’autres infrastructures saoudiennes, notamment les centrales électriques et hydrauliques. Certes, Trump, qui a créé des tensions en quittant l’accord nucléaire et en imposant des sanctions majeures à l’Iran, est responsable de ces attaques, et l’Iran qui a fait tomber Jimmy Carter fera tomber Trump lors des prochaines élections », a écrit Fars.

 

Lire aussi : Maryam Radjavi: S’attaquer aux installations pétrolières d’un pays voisin est un acte de guerre de grande ampleur par le régime iranien

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe