dimanche, mai 16, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeStruan Stevenson: l'UE doit soutenir la lutte du peuple iranien pour la...

Struan Stevenson: l’UE doit soutenir la lutte du peuple iranien pour la liberté

Dans une conférence en ligne, mardi, le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) a dévoilé de nouveaux détails sur un site nucléaire du régime iranien et a développé les dernières révélations de l’Agence internationale de l’énergie atomique concernant les activités nucléaires antérieures non déclarées de l’Iran. Struan Stevenson, ancien membre du Parlement européen, a également assisté à cet événement et a exhorté les pays de l’UE à faire pression sur le régime pour arrêter ses activités nucléaires et son terrorisme d’État.

Le texte de l’intervention de M. Stevenson :
Nous savons que l’UE essaie désespérément d’encourager le président Biden à lever les sanctions contre le régime en Iran et à rejoindre cet accord nucléaire JCPOA profondément vicié. Mais, vous savez, en tant que principal tenant de la politique de complaisance vis-à-vis du régime criminel à Téhéran, l’UE semble inconsciente.

Peu importe la gravité des crimes. Joseph Borrell, le haut représentant pour les affaires étrangères et la sécurité, un haut diplomate comme lui n’a pas émis un seul mot de critique sur le diplomate iranien emprisonné le mois dernier pour avoir tenté de tuer des centaines de personnes en Europe avec une bombe. Au contraire. Borrell a organisé un forum des affaires UE-Iran de trois jours qui se tient actuellement au moment où nous nous parlons aujourd’hui. Désormais, malheureusement pour l’UE, il semble que l’accommodement des mollahs soit à l’ordre du jour, en émettant des menaces d’un retour immédiat à un programme accéléré d’enrichissement d’uranium, qui est déjà une violation directe de l’accord nucléaire initial. Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, a déclaré que son pays ne reviendrait au JCPOA que si les États-Unis lèvent inconditionnellement et efficacement toutes les sanctions imposées, réimposées ou réétiquetées par Trump. Au lieu de menacer l’Occident, Javad Zarif et les autres dirigeants du régime théocratique devraient être inculpés pour leur implication claire dans les activités du diplomate, Assadollah Assadi, dans une mission terroriste en Europe.

J’espère donc sincèrement que l’administration Biden ne suivra pas l’exemple de Joseph Borrell en matière de complaisance éhontée. Agir ainsi ne serait pas seulement une grave erreur, ce serait aussi une défaite humiliante pour l’Amérique et un coup de propagande pour le régime théocratique. En janvier, les inspecteurs nucléaires de l’ONU ont annoncé que les mollahs avaient commencé à accélérer l’enrichissement de l’uranium et visaient à produire de l’uranium faiblement enrichi jusqu’à 20% de pureté, ce qui est à un pas de la catégorie des armes nucléaires. Et le régime s’est à plusieurs reprises vanté de sa violation du JCPOA.

Malgré des preuves claires que les mollahs continuent secrètement de construire un dispositif nucléaire et des missiles balistiques capables de transporter une ogive nucléaire, l’UE reste ridiculement déterminée à rétablir l’accord nucléaire. Les mesures visant à lever les sanctions s’inscrivent dans le contexte, que nous venons d’entendre d’Ali Safavi, de nouvelles informations publiées par l’AIEA indiquant les particules d’uranium découvertes, au moins dans deux sites d’où ils étaient tous les deux auparavant. Eh bien, vous savez, les inspecteurs nucléaires ont réussi à effectuer des contrôles instantanés sur ces deux sites, et ils demandent maintenant une explication à Téhéran pour la présence d’uranium.

Les mollahs ont longtemps insisté sur le fait que leur programme d’enrichissement d’uranium n’était jamais destiné qu’à des fins pacifiques de production d’énergie. Mais le ministre iranien du renseignement a révélé leurs véritables intentions, déclarant récemment à la presse que la pression occidentale pourrait pousser Téhéran à riposter. Il a dit comme un chat acculé, l’Iran pourrait chercher des armes nucléaires. La vérité était donc révélée. La communauté internationale ne doit pas céder face à la stratégie de chantage des mollahs et à leur tactique d’extorsion et de prise d’otages, comme l’a dit l’ambassadeur Joseph, qui remonte aux années 1980 lorsque le régime a pris d’assaut l’ambassade américaine à Téhéran et a pris de nombreux otages.

Les mollahs ont continué d’utiliser la prise d’otages et le terrorisme pour intimider l’Occident et atteindre leurs objectifs. Les citoyens iraniens ayant la double nationalité sont régulièrement arrêtés sur de fausses accusations d’espionnage ou de tentative de renversement du régime. Les États-Unis, l’UE et l’ONU doivent tenir le régime iranien responsable de ses actes d’agression. Toute concession à la dictature théocratique sera considérée comme un acte de faiblesse par l’Occident et sera exploitée sans pitié par les mollahs. Il ne doit y avoir aucune levée des sanctions tant que l’activité nucléaire clandestine, l’implication dans les guerres étrangères et l’oppression intérieure n’ont pas pris fin.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe