mardi, janvier 18, 2022
AccueilActualitésIran électionÉlection en Iran de 2021: le boycott électoral émergent en Iran reflète...

Élection en Iran de 2021: le boycott électoral émergent en Iran reflète la croissance du soutien à l’OMPI

Bandar Anzali – Activités des unités de résistance et des partisans de l’OMPI, appelant au boycott de l’élection fictive du régime – 10 avril 2021
La principale voix iranienne pour un avenir démocratique, l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), encourage depuis longtemps le peuple iranien à éviter de participer aux élections du régime actuel, étant entendu que le processus est une imposture.
Le système théocratique du pouvoir du pays exhibe ostensiblement l’élection d’un président et des membres du parlement, mais il investit également un pouvoir considérable dans des institutions non élus qui ont la haute main comme celui du guide suprême du régime et le Conseil des gardiens. Ce dernier est spécifiquement chargé de contrôler tous les candidats politiques et toute nouvelle législation selon des critères qui incluent la loyauté envers le guide suprême lui-même. Par conséquent, seuls les candidats ayant une loyauté absolue envers le guide suprême sont autorisés à occuper des fonctions élevées.

Comme l’OMPI l’indique clairement à chaque cycle électoral, la faction «réformiste» du système politique iranien actuel est mal nommée. Dans toutes les questions les plus importantes, ses membres sont d’accord avec leurs collègues «conservateurs». Les élections ne sont donc guère plus qu’un système de partage du pouvoir entre deux groupes d’intérêt d’élite. La victoire d’une faction ou d’une autre ne s’est jamais traduite par une réduction significative des crises sociales ou économiques auxquelles le peuple iranien est confronté. En effet, ces problèmes n’ont cessé de s’intensifier pendant plus de quatre décennies depuis la création du régime iranien.
Cette tendance est certainement restée reconnaissable au cours des huit dernières années, lorsque le gouvernement iranien était théoriquement dirigé par le soi-disant président Hassan Rohani. Lors de son premier mandat électoral en 2013, certains des homologues occidentaux de Rohani ont acueilli sa victoire électorale surprise.

À l’intérieur de l’Iran, cependant, l’enthousiasme pour Rohani était beaucoup plus discret. Quelques mois après son entrée en fonction, sur presque toutes les questions, lui et ses conseillers ont publiquement insisté sur le fait que le président n’avait aucune influence sur les décisions ou la conduite d’un pouvoir judiciaire «indépendant», indépendamment de sa volonté bien établie de supprimer la dissidence et de faire respecter la peur de l’autorité théocratique.

Les déclarations de l’administration sur des sujets reflétaient une abdication claire et délibérée de la responsabilité, et elles ont été répétées à maintes reprises dans le contexte d’autres questions qui avaient fait l’objet de discussions et de protestations généralisées au sein de la communauté militante iranienne. En conséquence, la haine des gens envers Rohani ne veut pas dire qu’elle a apporté son soutien à son plus proche challenger, un juge ultra-dur nommé Ebrahim Raïssi, dont la renommée est son rôle majeur dans le massacre de 1988 des prisonniers politiques, qui a principalement pris pour cible l’OMPI et plus de 30 000 prisonniers politiques.

Au lieu de cela, l’élection présidentielle de 2017 a vu une forte augmentation du nombre d’Iraniens boycottant le simulacre, démontrant ainsi qu’ils ne voyaient aucune voie à suivre pour l’Iran sous la direction de l’une ou l’autre faction politique. Ces deux factions ont fait tout ce qu’elles pouvaient pour dissimuler la trajectoire ascendante de la campagne de boycott lancé par l’OMPI. Les médias d’État au cours de ce cycle électoral ont diffusé des images de longues files d’attente dans les bureaux de vote, mais des journalistes citoyens ont fourni la preuve que ces images représentaient souvent des membres de la milice civile du régime, les Bassidj, qui se déplaçaient d’un endroit à l’autre, complétant les chiffres et obligeant les spectateurs à participer à un processus qui, pour beaucoup d’entre eux, ne valait guère.

Le but de cette propagande était, bien entendu, de présenter l’image de la reconnaissance populaire de la légitimité du régime. Mais la même propagande a également servi à dissimuler à quel point le peuple iranien, de plus en plus indigné par son propre gouvernement, gravitait naturellement vers l’alternative viable la plus proche: l’OMPI et la coalition à laquelle elle participe, le Conseil national de la résistance iranienne.

Alors que le boycott électoral de 2017 faisait allusion à l’adoption populaire de l’OMPI, ce phénomène a été rendu indéniable au tout début de 2018, lorsque des manifestations ont éclaté dans plus de 100 villes, toutes comportant des slogans anti-gouvernementaux et des appels à un changement de régime qui avaient été popularisé par les «Unités de résistance» du l’OMPI. Le rôle des Moudjahidine du peuple dans la planification et le soutien aux manifestations a été reconnu même par le guide suprême du régime, Ali Khamenei, qui a prononcé un discours au plus fort du soulèvement dans lequel il a déclaré que l’OMPI avait «prévu pendant des mois» de capitaliser sur le mécontentement du public face à la mauvaise gestion des affaires économiques et sociales de l’ensemble du gouvernement.

Le soulèvement de 2018 a finalement été maîtrisé après la mort de dizaines de manifestants pacifiques. Mais cela a également conduit à ce que la présidente élue du CNRI, Mme Maryam Radjavi, a appelé une «année pleine de soulèvements». Ceci, à son tour, a préparé le terrain pour un autre soulèvement encore plus important en novembre 2019. Dans ce cas, près de 200 localités sont devenues les hôtes des mêmes slogans anti-gouvernementaux, et le régime, dans sa panique, a ordonné aux autorités d’ouvrir le feu sur les foules de manifestants, tuant 1 500 personnes en quelques jours.

On pourrait soutenir que ces meurtres étaient le dernier clou dans le cercueil du récit de l’existence d’une faction politique réformiste qui est matériellement différente de son «alternative» conservateur. Se déroulant sous la surveillance de Rohani, la répression de novembre 2019 a été la pire incidence de répression depuis des décennies, et aucune figure réformiste majeure n’a pris des mesures pour l’arrêter ou même pour la critiquer après coup.

Le soulèvement national de novembre 2019 en Iran

Il n’aurait donc pas dû être surprenant que, lorsque les élections législatives ont eu lieu trois mois plus tard, elles aient reçu le taux de participation le plus bas de l’histoire du régime. Téhéran a tenté d’expliquer cela comme une réaction à la pandémie de coronavirus, mais le régime avait délibérément évité de reconnaître les infections locales afin d’encourager le plus haut niveau de participation possible. Les gens ignoraient l’existence de la pandémie et l’absence de participation était la manifestation d’un fort mécontentement du peuple d’un pouvoir devenu isolé.

Ali Khamenei blames MEK for November 2019 protests, orders crackdown on demonstrations

L’échec de ce plan suggère que les mollahs auront du mal à partir de maintenant à créer une image de leur propre légitimité à partir du mince vernis de la « démocratie » iranienne. Dans le même temps, rien n’indique que le soutien public à l’OMPI fera autre chose que de continuer à tendre à la hausse, réaffirmant le soutien à sa plate-forme qui a été mis en avant en janvier 2018 et novembre 2019.

Les élections présidentielles simulées du mois prochain pourraient être le dernier terrain d’essai de cette tendance. Les unités de résistance du MEK opèrent actuellement dans les villes du pays dans le but de promouvoir un boycott électoral. Les graffitis, les affiches et les pancartes dans chacune de ces localités ont tendance à encadrer cette activité spécifiquement comme «voter pour un changement de régime». Et c’est un message qui n’est pas passé inaperçu par les responsables iraniens et les médias d’État iraniens.

MEK Resistance Units activities in April 2021 focusing on Iran's presidential election

Beaucoup d’entre eux ont averti que la faible participation électorale pourrait être le signe d’une aggravation des troubles sociaux et de l’amplification des soulèvements. Dans des discours récents, Mme Radjavi, la présidente élue de la Résistance a souligné que les signes de ces troubles sont déjà visibles sous la forme de manifestations de porteurs de carburant, de retraités en difficulté, d’investisseurs escroqués et d’autres. Dans chacun de ces cas, les participants aux manifestations ont été entendus pour approuver clairement le boycott électoral avec des slogans tels que «nous n’avons vu aucune justice; nous ne voterons pas ».
De cette manière, ils démontrent l’unité d’objectifs entre toutes leurs causes – une unité qui, de toute évidence, est facilitée en grande partie par l’OMPI.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe