mardi, novembre 30, 2021
AccueilActualitésIran électionÉlection en Iran de 2021: une lutte de pouvoir entre les meurtriers...

Élection en Iran de 2021: une lutte de pouvoir entre les meurtriers de masse

Il y a deux semaines, un groupe de militants iraniens s’est réuni au cimetière de Khavaran à Téhéran pour protester contre le manque de responsabilité persistant pour une tragédie qui a été décrit comme le «pire crime de la République islamique» et l’un des pires crimes contre l’humanité à avoir été commis dans le monde au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Pratiquement tous les participants à la manifestation ont été personnellement touchés par le massacre de prisonniers politiques en 1988, et beaucoup pensaient que leurs proches perdus avaient été secrètement enterrés dans le cimetière où ils étaient rassemblés.

Les manifestants du cimetière de Khavaran portaient des pancartes appelant Ebrahim Raïssi «l’homme de main de 1988», soulignant son rôle clé dans la commission de la mort à Téhéran, responsable de la plupart des exécutions.

Il a été largement rapporté qu’Ebrahim Raïssi est le candidat préféré du guide suprême du régime Ali Khamenei pour la farce électorale présidentielle. Raïssi a explicitement défendu l’héritage du massacre et la fatwa sous-jacente avec laquelle Khomeiny a appelé au meurtre systématique des membres de l’OMPI et d’autres opposants à la dictature théocratique.

Le cimetière de Khavaran est l’un des endroits parmi tant d’autres que l’on pense être le site d’une fosse commune secrète. L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI / MEK), dont les membres constituent l’écrasante majorité des victimes du massacre, a identifié de tels sites dans au moins 36 localités. Collectivement, ces sites contiendraient les corps de pas moins de 30 000 personnes qui ont été tuées par les autorités du régime sur une période de plusieurs mois. La manifestation de Khavaran a attiré l’attention sur le fait qu’un compte rendu complet de l’impact du massacre n’a pas encore été élaboré, alors que les perspectives d’un tel récit diminuent en raison d’une dissimulation coordonnée par les autorités du régime.

Le lieu de la manifestation est également le point focal présumé des efforts de camouflage les plus récents, dont le développement est prévu pour détruire la zone de la fosse commune et empêcher de futures manifestations. Les familles de certaines des victimes du massacre, y compris des participants à la manifestation de Khavaran, ont écrit une lettre au Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, deux semaines plus tôt, dans laquelle elles appelaient à une action internationale pour empêcher une telle profanation. La lettre notait également que l’ONU et ses principaux États membres n’étaient pas intervenus dans le passé et que, par conséquent, les autorités du régime «ont détruit ou endommagé les fosses communes des victimes de 1988 à Ahvaz, Tabriz, Machad et ailleurs».

Ce manque d’intervention troublant a une très longue histoire et comprend des récits de décideurs politiques occidentaux qui ont écarté les avertissements concernant le massacre alors qu’il était encore en cours. À l’époque, les gouvernements d’Europe et d’Amérique du Nord s’étaient largement prononcés sur des politiques visant à se rapprocher du régime iranien en tendant la main aux soi-disant réformistes au sein du système au pouvoir. Cela les a dissuadé de prendre des positions critiques qui auraient pu aliéner le système dans son ensemble.

Les conséquences de cette situation ont rarement été reconnues au cours des trois décennies qui ont suivi, mais sept experts des droits de l’homme des Nations Unies semblaient constituer une exception notable l’année dernière. En fait, leur lettre aux autorités iraniennes a été décrite comme un «tournant» et une «percée capitale» par Amnesty International après sa publication pour l’opinion internationale en décembre. La lettre a commencé par exhorter le régime iranien à publier ses propres informations sur le massacre de 1988 et à cesser de harceler les survivants et les familles des victimes. Mais il a finalement mis l’accent sur l’idée que la communauté internationale devrait assumer la responsabilité de la question si Téhéran refusait de le faire.

La lettre impliquait également que c’était une affaire que les Nations Unies et d’autres organes compétents auraient dû s’en charger en 2018. Elle a noté que l’Assemblée générale avait adopté une résolution en décembre 1988 qui reconnaissait la récente recrudescence des exécutions à motivation politique. «Cependant», expliquait la lettre, «la situation n’a pas été renvoyée au Conseil de sécurité, l’Assemblée générale des Nations Unies n’a pas donné suite à la résolution et la Commission des droits de l’homme des Nations Unies n’a pris aucune mesure. L’incapacité de ces organes à agir a eu un impact dévastateur sur les survivants et leurs familles ainsi que sur la situation générale des droits de l’homme en Iran et a encouragé l’Iran à continuer de dissimuler le sort des victimes et à maintenir une stratégie de détournement et de déni qui continue à ce jour. »

L’OMPI, ses partisans et d’autres défenseurs des victimes du massacre travaillent sans relâche depuis pour contrer cette stratégie. L’éloge d’Amnesty International à la lettre des experts de l’ONU témoigne du fait que de telles déclarations ont été inexcusablement rares depuis plus de 30 ans, mais la lettre elle-même est un signe d’espoir que l’activisme persistant de groupes d’ONG commence à porter ses fruits.

Il reste encore un long chemin à parcourir avant d’obtenir un sens de la justice pour les victimes du massacre de 1988. Pendant ce temps, la fenêtre d’opportunité se rétrécit pour un compte rendu complet de ces meurtres et des enterrements qui ont suivi. La manifestation à Khavaran ajoute au sentiment d’urgence derrière les appels lancés par les soutiens internationaux aux familles des victimes. Plus de 150 d’entre eux, dont 45 anciens fonctionnaires de l’ONU, ont signé ce mois-ci une déclaration appelant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies et la Haute-commissaire Michelle Bachelet à «mettre fin à la culture de l’impunité qui existe en Iran en créant une commission d’enquête concernant les exécutions extrajudiciaires de masse et les disparitions forcées de 1988. »

À l’heure actuelle, cette impunité s’exprime en partie à travers la profanation ouverte par le régime des tombes des victimes et le harcèlement souvent violent de ceux qui utiliseraient des sites comme le cimetière de Khavaran comme lieux de mémoriaux et de manifestations exigeant la justice. Elle s’exprime également à travers la promotion systématique de fonctionnaires dont les premiers exploits impliquaient une participation directe ou une complicité ouverte dans le massacre de 1988.

Ces dernières années, les principaux auteurs du massacre ont été récompensés par des nominations à des postes tels que celui de ministre de la Justice et de chef du pouvoir judiciaire. Avec l’élection fictive de la présidentielle du mois prochain, l’actuel occupant de ce dernier poste pourrait être davantage récompensé en étant élevé à ce qui est sans doute le deuxième poste le plus élevé du régime, en dehors de la direction suprême.

Reconnaissant le rôle de Raïssi dans les meurtres, les participants à la manifestation de Khavaran l’ont visé directement, scandant des slogans qui l’identifiaient comme «l’homme de main de 1988» et brandissant des pancartes exigeant des poursuites et des responsabilités pour lui et les autres auteurs. Ce type d’activisme montre que le bilan de brutalité de Raïssi est de notoriété publique au sein de la communauté iranienne. Maintenant, suite à l’échec antérieur à tenir ces personnalités responsables de leurs crimes, les gouvernements occidentaux et les défenseurs des droits de l’homme devraient prendre des mesures pour s’assurer que les informations concernant ce crime soient partagées dans le monde entier et que le régime soit tenu responsable de ce massacre.

En outre, dans toute relation avec le régime iranien, la communauté internationale doit se rendre compte qu’elle a affaire à un régime brutal qui a commis des crimes contre l’humanité, et que la fausse élection présidentielle en Iran n’est qu’une lutte de pouvoir entre les assassins de masse.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe