mardi, novembre 30, 2021
AccueilActualitésIran électionÉlection iranienne 2021 : Le régime craint un boycott généralisé

Élection iranienne 2021 : Le régime craint un boycott généralisé

Ces derniers mois, les médias officiels iraniens ont reconnu qu’un faible taux de participation à la prochaine parodie d’élection présidentielle remettrait en cause la légitimité du régime.

Mohammad-Taqi Mesbah-Yazdi, l’un des principaux mollahs du régime, avait déclaré : « La démocratie ne compte que pour les pays occidentaux. Pour nous, elle n’est qu’un outil. Les votes du peuple n’apportent pas de légitimité pour nous. Dans un gouvernement islamique, le vote du peuple n’a aucune validité religieuse et légale. Ni pour choisir le type de système politique, ni pour ratifier la constitution, ni pour l’élection présidentielle, ni pour l’élection de l’assemblée des experts, ni pour le choix du Guide Suprême. »

« Si la faible participation au simulacre d’élections [législatives] de 2020, sans précédent au cours des 42 dernières années, se répète lors de l’élection présidentielle de 2021, et que les gens élisent le chef du 13e gouvernement avec de faibles votes, la légitimité du système sera sérieusement affectée », écrit le quotidien officiel Etemad le 20 octobre 2021. Etemad souligne que tous les « courants politiques, organisations et institutions du régime doivent chercher une solution pour éviter une faible participation« . Ainsi, peu importe qui, de quelle faction, remporte l’élection, le plus important est le taux de participation. »

Selon le journal officiel Setar-e Sobh du 11 mai, « seuls 16 % des électeurs ont participé aux élections législatives [de 2020] à Téhéran. Dans d’autres provinces, ce chiffre a été plus faible ». Parallèlement, beaucoup de ceux qui ont participé voteraient par peur de ne pas recevoir leurs filiales. Des rumeurs circulent selon lesquelles si les Iraniens refusent de participer à l’élection, ils ne recevront pas le vaccin contre le Covid-19.

Mohammad Sadr, membre du Conseil d’expédient du régime, considère qu’une faible participation est une menace pour le régime. « Si la participation est faible, cela est considérée comme des mesures anti-sécurité. L’opposition, à l’intérieur et à l’extérieur du pays, annonce que nous ne devons pas participer aux élections afin de saper la légitimité du système« , a déclaré Sadr, selon le quotidien officiel Etemad dans un article paru le 20 mai.

Le quotidien officiel Resalat, dans sa parution du 20 mai, souligne également : « La situation actuelle vise la sécurité du système et alimente les appels au changement de régime. »

La crainte du régime d’un boycott généralisé de l’élection présidentielle est le résultat de la campagne de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) et de ses unités de Résistance appelant au boycott du simulacre d’élection.

Pendant deux mois, ils ont organisé des activités à grande échelle dans tout l’Iran et ont fait passer le mot à tous les milieux, si bien qu’aujourd’hui, de nombreux Iraniens déclarent ouvertement qu’ils ne voteront pas et que leur vote est un changement de régime. Récemment, une vidéo sur les médias sociaux montre une mère qui a perdu son garçon de 19 ans et qui demande aux gens ce que le vote a changé au cours des 42 dernières années?

« Je ne pardonne pas le sang injustement versé de mon Mehrdad. Mon vote est le renversement de ce régime. Chers Iraniens, si vous votez, vous mettez votre doigt dans le sang de vos compatriotes qui ont été assassinés innocemment lors du sanglant soulèvement de novembre [2019], comme Mehrdad et bien d’autres« , a déclaré l’une des mères qui a perdu son fils lors du soulèvement de novembre 2019.

« Ceux qui se rendent aux urnes sont complices de ceux qui nous ont fait cela. Nous ne pardonnerons jamais. Pas seulement ceux qui ont ordonné, enregistré et exécuté l’ordre d’assassiner nos enfants, mais nous ne pardonnerons pas à ceux qui votent et participent aux élections. Leur péché, et celui de ceux qui se taisent face à l’oppression, n’est pas moindre que celui de ceux qui ont tué et trahi nos enfants« , a déclaré une autre mère.

Tel est le sentiment de la société iranienne et, comme les unités de Résistance de l’OMPI l’ont annoncé au cours de leurs deux mois d’activité, le peuple iranien boycottera les élections fictives du régime. Leur vote est un changement de régime et l’établissement d’un Iran démocratique.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe