mercredi, septembre 22, 2021
AccueilActualitésIran électionElection présidentielle de 2021 en Iran : Les médias officiels lancent des...

Election présidentielle de 2021 en Iran : Les médias officiels lancent des avertissements sur le boycott national

Le simulacre d’élection présidentielle en Iran a pris fin le vendredi 19 juin. Le peuple iranien a boycotté cette mascarade électorale, montrant ainsi son désir de changement de régime. Le taux de participation était si faible que, malgré la présentation de statistiques fantaisistes, même les médias officiels l’ont reconnu.

Les médias officiels ont également souligné que le boycott national de la mascarade électorale du régime montre la résignation de la société. Selon les rapports compilés par l’opposition iranienne, moins de 10 % des électeurs éligibles ont participé à la parodie d’élection. Beaucoup de ces personnes, comme les soldats et les employés du gouvernement, ont été forcées de voter.

« L’un des points intéressants de cette élection est la non-participation d’environ 30 millions de personnes et environ quatre millions de votes non valides. Ainsi, les records de non-participation à cette élection et de votes non valides ont été battus. En d’autres termes, environ 58 % des électeurs n’ont pas participé aux élections, ce qui représente le taux de participation le plus faible de toutes les élections organisées depuis la révolution« , a écrit le quotidien officiel Hamdeli le 22 juin 2021.

Comme prévu, le Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, a choisi son candidat préféré, Ebrahim Raïssi. Khamenei a choisi Raïssi pour consolider son régime. Plus tôt, en février 2020, Khamenei avait empêché les candidats de la faction rivale de se présenter aux élections législatives, dans le cadre de son plan visant à consolider le pouvoir de son régime pour faire face à la société iranienne rétive.

« Le niveau d’insatisfaction de la population est élevé et le capital social est en déclin. Ne laissez pas la consolidation du pouvoir conduire à l’élimination du peuple. [Le peuple] montrerait une fois de plus son pouvoir, et cette fois, il pourrait le faire de manière plus dévastatrice« , a averti le quotidien officiel Mardom Salari-e, lundi 22 juin 2021.

« Il est certain que les problèmes économiques ont accru la distance entre le peuple et le système. La création de diverses limites sociales et d’une rigueur inutile, notamment en ce qui concerne les jeunes, la corruption et les détournements de fonds généralisés, et les tensions avec d’autres pays mettent à mal la patience des Iraniens. Parfois, les Iraniens deviennent violents« , écrit le quotidien Etemad, reconnaissant certaines raisons de l’aversion du peuple envers le régime.

Etemad souligne également que le peuple ne tolère plus les mesures répressives du régime.

« L’avion de ligne [ukrainien] est abattu, mais aucun responsable ne vient à la télévision présenter ses excuses au peuple et démissionner. Les [soulèvements] de 2018 et 2019 se produisent avec beaucoup de violence. Tout le monde accepte que l’augmentation du prix du carburant était une erreur, mais [les responsables] accusent les jeunes d’être descendus dans la rue et d’avoir scandé des slogans, qu’ils soient sous l’influence des ennemis ou non. Presque tous les proches des autorités vivent à l’étranger, principalement aux Etats-Unis, et pourtant on les entend toujours hurler des slogans comme ‘à bas l’Amérique‘ », ajoute le quotidien Etemad.

Les Iraniens ont boycotté le simulacre d’élection du régime alors que Khamenei et d’autres mollahs ont qualifié la participation à l’élection de « devoir religieux » et ont supplié les Iraniens d’y participer.

« Il semble que nous soyons confrontés au phénomène de la non-participation aux élections ». Lors du troisième débat, Raïssi a soutenu que le pouvoir à l’étranger vient du pouvoir intérieur. La non-participation de 58 % d’Iraniens aux élections législatives et présidentielles est-elle un signe de pouvoir ? » a écrit lundi le quotidien officiel Hamdeli.

« Le système au pouvoir devrait analyser pourquoi, en dépit de l’appel du Guide Suprême et des mollahs de haut rang selon lequel la participation aux élections est un devoir religieux, environ 58 % des électeurs n’ont pas participé ou ont voté de manière non valide« . Hamdeli ajoute.

« Nous devrions voir la réalité. Nous devrions admettre que les Iraniens ont boycotté les urnes, et nous devrions comprendre son message« , a ajouté l’article de Hamdeli.

« La frustration de Iraniens vis-à-vis des urnes peut avoir des conséquences désastreuses. Le gouvernement doit comprendre les conséquences de cette frustration« , avertit Hamdeli.

« Ignorer les dizaines de millions d’Iraniens qui n’ont pas voté ou ont émis des votes invalides est une erreur stratégique majeure qui, si elle est maintenue, pourrait avoir des conséquences irréparables et même mettre en péril la survie du régime. Le [régime] devrait soit entendre le message de cette protestation silencieuse, soit attendre les conséquences du boycott des urnes par le peuple« , précise l’article de Hamdeli, qui met en garde le régime.

Avant le simulacre d’élection présidentielle du régime, le principal groupe d’opposition iranien, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), a lancé une campagne nationale appelant au boycott des élections. Les unités de Résistance de l’OMPI ont mené des centaines d’activités à travers l’Iran, popularisant la campagne de boycott des élections et les appels au changement de régime. Le rôle de l’OMPI dans la mobilisation de la société a terrifié le régime et ses responsables.

« Les autorités devraient entendre ceux qui n’ont pas participé à l’élection. C’est une alarme qui doit être entendue. Lorsque les responsables et les institutions [du régime] deviennent inefficaces, le groupe [d’opposition] et les médias à l’étranger, soutenus par l’ennemi, deviennent efficaces« , écrivait à ce sujet le quotidien Hamdeli le 22 juin.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe