jeudi, août 5, 2021
AccueilActualitésIran électionFraude et décompte artificiel dans le simulacre d'élection présidentielle

Fraude et décompte artificiel dans le simulacre d’élection présidentielle

Farce électorale en Iran – N° 7

1- Dans le but d’augmenter le taux de participation aux élections fictives, le régime iranien a informé à l’avance le personnel militaire, les employés des ministères de la santé, de l’agriculture, des affaires étrangères et de l’éducation, ainsi que le personnel des banques publiques et privées, que leurs papiers d’identité devaient porter le tampon « a voté ».

2- Les soldats des casernes d’Ispahan ont reçu l’ordre de se présenter samedi avec leurs papiers d’identité pour voir qui a voté. Les soldats qui n’avaient pas leur certificat de naissance avant le vote ont été renvoyés chez eux une semaine avant l’élection afin d’apporter leurs papiers pour le scrutin.

3- Tout le personnel de la prison de Gohardacht est en alerte depuis 6 heures du matin. Les personnes en congé ont été priées de retourner au travail et on leur a dit de voter à l’intérieur de la prison.

4- Les prisonniers de droit commun des prisons de Makou, Khoy, Bazargan et Salmas ont été informés qu’ils bénéficieront d’une permission de trois jours s’ils votent.

5- À Tabriz, Ahwaz, Shahriar, Mahshahr, Kermanchah, Bandar Abbas, Salman-Shahr, Nasim-Shahr, Aliabad-e-Katoul, Chabahar, Khorramchahr, Safadacht près de Téhéran, Bumehen et le canton de Madani, on a promis aux gens 50 à 200 mille tomans (monnaie iranienne) s’ils votent.

6- À Dargaz, on a promis à ceux qui votent 20 000 tomans de crédit téléphonique.

7- À Astara, un grand nombre de personnes ont reçu des SMS leur demandant d’aller voter sans avoir besoin d’une carte d’identité nationale.

8- À Karadj, dans le canton de Manzariyeh, et à Shahriar, ils ont bloqué les rues pour forcer la circulation vers les bureaux de vote, et dans les bureaux de vote, la police a créé des barrières pour retarder l’entrée et créer artificiellement des foules dans les bureaux.

9- À Houtak (Kerman), ils ont fait venir les électeurs en bus au bureau de vote de l’école de Kasra.

10- Le régime a fermé certains bureaux de vote à Téhéran et dans d’autres villes, notamment dans les zones centrales de la ville, afin de créer des foules plus importantes dans d’autres bureaux de vote pour les filmer, notamment pour les journalistes étrangers.

11- Les forces répressives empêchent de filmer et de photographier dans les bureaux de vote afin de cacher l’ampleur du boycott de l’élection fictive. Dans de nombreux cas, les téléphones portables des personnes sont confisqués, et les vidéos et les photos des bureaux de vote sont effacées.

 

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne

Le 18 juin 2021

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe