mercredi, décembre 8, 2021
AccueilActualitésIran électionIran : le bilan d'Ebrahim Raïssi

Iran : le bilan d’Ebrahim Raïssi

L’élection présidentielle des mollahs a pris fin le 18 juin en Iran. Le guide suprême du régime, Ali Khamenei, a pu imposer son candidat préféré, Ebrahim Raïssi, malgré le boycott national de la farce électorale.

Suite à la sélection de Raïssi, qui a une sombre histoire de violations des Droits Humains, il y a eu de nombreuses spéculations quant à savoir si Khamenei a réussi à prolonger la vie de son régime en consolidant le pouvoir et en amenant Raïssi ; ou a-t-il échoué ?

La réponse courte à la question est que Khamenei a échoué. Raïssi a joué un rôle clé dans le massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988. Il a toujours été l’un des plus hauts responsables judiciaires du régime, profondément impliqué dans les violations systématiques des droits humains par le régime. Ayant servi en tant que chef du pouvoir judiciaire du régime au cours des deux dernières années, Raïssi est responsable de l’exécution de près de 700 personnes, dont 22 prisonniers politiques, comme le champion de lutte iranien et manifestant détenu, Navid Afkari. Les États-Unis ont sanctionné Raïssi en 2019 pour son rôle dans les violations des droits humains. Il est également responsable de l’arrestation illégale et de la torture de milliers de manifestants en 2019.

Sa sélection en tant que président du régime a suscité une indignation internationale. « Le fait qu’Ebrahim Raïssi ait accédé à la présidence au lieu de faire l’objet d’une enquête pour crimes contre l’Humanité, de meurtre et torture, est un sombre rappel que l’impunité règne en maître en Iran », a déclaré Amnesty International à cet égard le 19 juin.

En d’autres termes, le régime sera encore plus isolé dans la communauté internationale en ayant un meurtrier de masse comme président. Khamenei est conscient du sombre bilan et de l’impopularité de Raïssi. Pourtant, il a décidé d’organiser l’élection en sa faveur, Pourquoi?

Les grandes manifestations iraniennes de novembre 2019 ont secoué la fondation du régime. La population a appelé à un changement de régime, qui a abattu plus de 1 500 manifestants et a momentanément réprimé les manifestations, mais il a accru la haine de la population.

« La blessure des incidents de novembre est toujours ouverte sur le corps du peuple iranien. Pourtant, aucun détail ni information n’est publié sur les jours sanglants de novembre 2019, et personne n’assume les décisions prises à l’époque. Par conséquent, le nombre de décès en novembre 2019 est encore inconnu. Les sources étrangères ont publié des chiffres différents, et le gouvernement les a niés mais a refusé de déclarer le nombre exact », a écrit le quotidien Hamdeli dans un article du 14 juin 2021.

La haine du public envers le régime a augmenté depuis que le régime n’a pas répondu aux préoccupations économiques de la population et a aggravé ces crises par la corruption et le gaspillage des richesses nationales pour financer le terrorisme et le bellissime.

Pour contrôler la société iranienne agitée, le régime a lancé une politique inhumaine de Covid-19 depuis le début de l’épidémie en Iran. Khamenei et d’autres responsables du régime ont tenté d’utiliser le virus mortel pour opprimer les gens et éviter les manifestations publiques en minimisant la crise, en refusant d’importer des vaccins sûres et en forçant les gens à reprendre le travail. En conséquence, plus de 313 000 personnes sont jusqu’à présent décédées du coronavirus.

Mais les protestations de personnes de tous horizons ont repris après une brève pause, la population scandait : «‌ notre ennemi est ici, ils mentent en affirmant que ce sont les États-Unis ».

En outre, de plus en plus de personnes, en particulier des jeunes, ont rejoint la Résistance iranienne organisée et les unités de résistance de l’OMPI.

« Cet ennemi opportuniste recrute des jeunes à grande échelle. Si le [gouvernement] avait prêté attention à ces jeunes frustrés, si le cycle économique était basé sur les capacités nationales, nous n’aurions pas été témoins de groupes de deux à trois personnes de jeunes opérant sous le commandement de l’OMPI. Malheureusement, les efforts des agences de sécurité 24 heures sur 24 et même le grand nombre d’arrestations n’ont pas pu arrêter la propagation des activités de l’OMPI. C’est le problème le plus dangereux », a averti l’agence Student News Network (SNN), géré par l’État le 12 juin.

Le boycott national des fausses élections du régime, les manifestations en cours en Iran et l’appel à tenir Raïssi responsable de ses crimes contre l’Humanité indiquent que Khamenei a échoué dans sa quête de consolidation de son régime. Lors de l’élection simulée, le peuple iranien a montré au monde entier qu’il voulait un changement de régime. Ceux qui encouragent le dialogue avec le régime devraient repenser leur stratégie, car s’asseoir sur la même table qu’un meurtrier de masse ne serait pas simplement vain ; ce serait une honte. Le régime est beaucoup plus faible après la présidence de Raïssi et ses jours sont comptés.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe