mercredi, octobre 20, 2021
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : L'UE trahit les principes des Droits de l'Homme par sa...

Iran : L’UE trahit les principes des Droits de l’Homme par sa présence à l’investiture du président iranien

Le régime iranien a investi son nouveau président jeudi, lors d’une cérémonie à laquelle ont assisté quelques personnalités internationales, dont le directeur politique adjoint du Service européen d’action extérieure, Enrique Mora.

La présence d’un fonctionnaire européen à l’investiture a été rapidement critiquée par les responsables politiques occidentaux, les groupes internationaux de défense des Droits de l’Homme et les militants iraniens, qui connaissent parfaitement les antécédents de Raïssi en matière de violations des droits humains, depuis les années 1980 jusqu’à ses deux dernières années à la tête du pouvoir judiciaire iranien.

Amnesty International a souligné la présence de Mora pour demander si la communauté internationale était prête à faire preuve d’un « engagement à lutter contre l’impunité systématique en Iran pour les exécutions extrajudiciaires et autres homicides illégaux, les disparitions forcées et la torture ». Le 19 juin, un jour après le simulacre d’élection qui a porté Raïssi au pouvoir, Amnesty a déploré qu’il ait été élevé au deuxième poste politique le plus élevé d’Iran au lieu de faire l’objet d’une enquête et d’un procès pour son rôle dans ces mêmes crimes.

En 1988, vers la fin de la guerre Iran-Irak, Raïssi occupait le poste de procureur général adjoint à Téhéran. Lorsque l’occasion s’est présentée, il a volontiers endossé le rôle de bourreau de masse en contribuant au fonctionnement d’une « commission de la mort » chargée d’appliquer une récente fatwa du Guide Suprême de l’époque, Ruhollah Khomeini. La fatwa déclarait que tous les membres du groupe d’opposition de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) étaient coupables d’ «inimitié contre Dieu» et ordonnait que toute personne ayant encore des sympathies pour l’OMPI soit exécutée en toute hâte. missions similaires disséminées dans tout le pays, pouvaient invoquer n’importe quel prétexte pour justifier leur conclusion selon laquelle les prisonniers politiques « s’accrochaient à leurs croyances » et devaient être exécutés.

Dans au moins un cas documenté, un membre de la commission de la mort a contraint un prisonnier à déclarer qu’il combattrait l’Irak, mais a ensuite insisté pour qu’il accepte également de marcher sur des champs de mines au service du régime théocratique. Lorsque le prisonnier a simplement contesté cet ordre, le juge a immédiatement prononcé la peine capitale.

Raisi, Butcher of 1988 Massacre in Iran

Les survivants du massacre rapportent que Raïssi a prononcé les peines capitales avec désinvolture, mécaniquement, et qu’il a agi comme si la commission était pressée par le temps et dérangée par les efforts de l’accusé pour sauver sa propre vie. En conséquence, bon nombre des « procès » menés par cette commission n’ont duré que deux minutes avant qu’il ne soit déterminé que le prisonnier n’était pas suffisamment loyal au système en place.

On estime qu’à travers l’Iran, plus de 30 000 Iraniens ont été exécutés par les commissions de la mort. Certains détails clés de ces exécutions ont été révélés au peuple iranien et à la communauté internationale en 2016 avec la mise en ligne d’un enregistrement audio réalisé au moment du massacre par Hossein Ali Montazeri, ancien héritier de Khomeiny, pour s’opposer aux actions des commissions de la mort.

Mais d’autres détails restent à révéler, et beaucoup ne le seront jamais étant donné que Téhéran s’est efforcé à plusieurs reprises de détruire et de construire des bâtiments sur les sites des charniers secrets où de nombreuses victimes ont été enterrées.

VIDEO: The untold story of the 1988 Massacre in Iran

Amnesty International et d’autres organisations de défense des Droits de l’Homme ont averti qu’à mesure que le temps passe, les perspectives d’une enquête approfondie sur le massacre s’amenuisent.

Ces déclarations soulignent le fait que la communauté internationale n’a pas réussi à s’attaquer à ce crime contre l’Humanité alors qu’il était encore en cours, et qu’elle a aggravé cet échec au fil des ans en ignorant les nouveaux appels à l’action et en légitimant certains des principaux auteurs des massacres. Ce dernier phénomène n’a jamais été aussi évident qu’avec la présence d’un fonctionnaire de l’UE à l’ignominieuse cérémonie de prestation de serment de Raïssi.

Lors d’une table ronde organisée par le Conseil national de la Résistance iranienne jeudi, l’avocat britannique et expert en Droits de l’Homme Geoffrey Robertson a fait remarquer qu’en envoyant une délégation à Téhéran, l’UE a démontré que ses politiques réelles en matière de droits humains sont encore loin de ses « aspirations en matière de droits de l’Homme ».

En octobre 2020, l’instance a présenté son nouveau « régime mondial de sanctions en matière de droits de l’Homme » et le responsable de la politique étrangère, Josep Borrell, a évoqué publiquement la nécessité d’une action plus forte dans ce domaine que de simples résolutions législatives des États membres.

Depuis lors, cependant, il n’a pas appliqué ce sentiment aux relations de l’UE avec la République islamique, alors même que cette dernière a continué à récompenser ses responsables pour leur implication passée dans des violations des droits Humains.

Pourtant, de nombreux législateurs et experts en politique étrangère ont exhorté M. Borrell et tous les États membres de l’UE, ainsi que les États-Unis et le Royaume-Uni, à intensifier leur pression sur l’Iran concernant son bilan en matière de droits de l’Homme à la suite de la nomination de M. Raïssi à la présidence.

Faisant référence aux outils de sanctions dont disposent désormais plus de 30 nations, M. Robertson a déclaré qu’il n’y a « aucun individu dont le nom devrait être plus haut sur la liste Magnitsky de chaque pays que Raïssi ».

L’hôte de la table ronde de jeudi, le Conseil national de la Résistance iranienne, a averti à plusieurs reprises qu’à moins que Raïssi ne soit soumis à une pression sérieuse de la part de la communauté internationale, son administration ne manquera pas de superviser une nouvelle escalade de la répression de la dissidence en Iran.

Dans les semaines qui ont précédé son investiture, les autorités iraniennes ont tué au moins une douzaine de manifestants pacifiques, et probablement beaucoup plus. Mais cela fait pâle figure en comparaison des incidents plus choquants de ces dernières années, ainsi que des premiers jours de la République islamique.

En novembre 2019, alors que M. Raïssi occupait le poste de chef du pouvoir judiciaire, environ 1 500 personnes ont été tuées dans les jours qui ont suivi le début du soulèvement national de ce mois. Au moins 12 000 personnes ont été arrêtées et systématiquement torturées pendant des mois par la suite, suscitant de sérieuses inquiétudes quant à une répétition du massacre de 1988.

Bien que rien n’ait encore approché un bilan aussi dramatique, le silence de la communauté internationale sur ce massacre historique et les mesures de répression qui ont suivi ne peut qu’avoir pour effet de rendre plus probable que Raïssi et Téhéran testent leur impunité par des crimes contre l’humanité encore plus graves.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe