lundi, août 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsAnniversaire des manifestations de 2019 : les médias mettent en garde contre...

Anniversaire des manifestations de 2019 : les médias mettent en garde contre un autre soulèvement en Iran

Anniversaire des manifestations de 2019 : les médias mettent en garde contre un autre soulèvement en Iran

Le 15 novembre marque l’anniversaire des grandes manifestations anti-régime de 2019 en Iran. Après deux ans, le régime est toujours visiblement hanté par une société agitée et l’amère cauchemar de ces manifestations qui ont failli emporté la dictature.

Mardi, une cyberattaque massive a perturbé la vente d’essence. Un panneau de signalisation numérique à Ispahan disait « Khamenei, où est notre carburant ? » faisant référence au Guide suprême des mollahs, Ali Khamenei.

Les manifestations de novembre 2019 ont éclaté à la suite d’une hausse soudaine des prix du carburant. Ces manifestations se sont rapidement transformées en un soulèvement national, avec des manifestants qui scandaient des slogans contre l’ensemble du régime. Khamenei a ordonné à ses gardiens de la révolution (CGRI) de « faire tout ce qu’il faut pour y mettre fin », comme l’a rapporté Reuters plus tard.

Les forces du CGRI ont tué plus de 1 500 manifestants en quelques jours. Alors que le régime a tenté de minimiser ou de couvrir ce crime, la société iranienne agitée n’a pas oublié ce qui s’est passé pendant ces horribles journées de novembre 2019.

Ces derniers jours, les membres de la famille des martyrs ont publié le certificat de décès de leurs proches indiquant qu’ils avaient été abattus. La mère de Pejman Gholipour, un garçon de 18 ans qui a reçu six balles, a publié son certificat de décès, qui montre qu’il a été tué « par les agents du régime qui avaient déclaré la guerre ».

Les manifestations nationales de novembre 2019 en Iran

Les principales manifestations en Iran ont commencé en raison des pressions économiques croissantes sur la population. Après trois ans, les crises économiques et sociales du pays se sont en effet aggravées. La société iranienne est à présent au bord de l’explosion.

Le site Web officiel de Jamaran ( mai 2020) faisait référence à « une protestation intrinsèque, naturelle et civique qui découle de la colère, des critiques et de la frustration des jeunes et des adolescents de ce pays. La protestation a ses racines dans les développements économiques, sociaux, politiques et psychologiques des deux dernières décennies. »

Jamaran a souligné que si « Les jours de protestation de novembre étaient limités et ont passé rapidement, mais la société et les intellectuels sont restés choqués et sidérés. Pendant toutes les années qui ont suivi la révolution, il n’y a eu aucune protestation de cette ampleur, si rapide, si violente et avec un niveau d’âge si basse ».

Le 14 mars 2020, « Centre de recherche Ara-Asra Research », un groupe de réflexion, a publié une analyse intitulée : « L’Iran est-il au bord d’une rébellion nationale ? ». Il a mis en évidence que la société est sur le point d’un autre soulèvement à l’échelle nationale et a souligné le rôle de la Résistance organisée de l’Iran :

« La tendance au cours de l’année écoulée montre que de lourds investissements ont été réalisés dans un contexte de tensions entre la population et le gouvernement. Les piètres performances du gouvernement et des institutions exécutives, législatives et judiciaires ont fourni à l’ennemi [la Résistance organisée] le carburant nécessaire au bellicisme. »

Pour opprimer la société iranienne agitée, Khamenei et son régime avaient besoin d’un sauveur. Ainsi, ils ont embrassé le virus mortel Covid-19, Khamenei l’appelant un « test » et une « bénédiction ». En raison de la politique inhumaine du régime contre le Covid-19, notamment un faible taux de vaccination et une dissimulation systématique des dimensions réelles de la crise, près d’un demi-million d’Iraniens ont perdu la vie à cause de l’épidémie.

La stratégie de Khamenei consistant à utiliser le Covid-19 pour contrôler la société iranienne a échoué lorsque les gens sont descendus dans la rue pour reprendre leurs manifestations après près d’un an. Le boycott national de l’élection présidentielle du régime en juin 2021 a une fois de plus montré que le peuple iranien ne veut pas de ce régime.

Les responsables mettent en garde

Au milieu de l’aggravation des crises économiques et sociales de l’Iran, les médias d’État et les responsables mettent en garde contre la répétition de « l’amère expérience » des manifestations de novembre.

Lorsque la cyberattaque de mardi contre les stations-service s’est produite et que des personnes en colère étaient sur le point de réagir aux rumeurs d’une nouvelle augmentation des prix du carburant, les responsables du régime se sont précipités sur les lieux et ont nié toute intention d’augmenter les prix du carburant. Le ministre de l’Intérieur du régime, Ahmad Vahidi, a été le premier à démentir toute tentative d’augmentation du prix du carburant.

« C’est à nouveau novembre et une autre [crise] de carburant. Encore une fois [nous avons été témoins] de longues files d’attente dans les stations-service et de la possibilité de nouvelles amères. Les responsables avaient peur d’autre chose. Ils avaient peur d’un autre novembre 2019 qui s’est produit après la hausse du prix du carburant, qui leur a fait payer un lourd tribut », a écrit le 28 octobre le quotidien d’État Farhikhtegan.

« Les gens voient que, contrairement à d’autres pays, ils ne peuvent pas mener une vie digne et prospère, trouver un emploi, ne peuvent pas fournir une nourriture et des soins adéquats à leurs familles en raison de la différence entre le taux d’inflation élevé et les faibles revenus, ce qui a poussé de nombreuses personnes sous le seuil de pauvreté », a écrit le quotidien d’État Sharq le 25 octobre. Sharq a averti les responsables du régime qu’ils devaient s’attendre à des « manifestations majeures comme en janvier 2018 et novembre 2019.

« Lorsque les conditions sont mûres pour le chaos, tout incident mineur pourrait provoquer les plus grandes crises de tous les temps », a averti le quotidien Arman le 25 octobre.

« Le gouvernement n’a pas encore été en mesure d’accroître la confiance sociale et de reconquérir la société. Le gouvernement au pouvoir fait face à une population frustrée qui est très préoccupante. Raïssi est confronté à des divisions majeures entre le système et la population », a écrit le quotidien Arman le 28 octobre.

Comme l’écrivait le quotidien Arman le 25 octobre : « Dans une société où l’inflation est endémique et fait pression sur les gens, chaque incident, même minime, peut déclencher un incendie que nous ne pouvons pas éteindre. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe