lundi, octobre 25, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsCoup d'œil sur les médias officiels iraniens ce mardi : Une société...

Coup d’œil sur les médias officiels iraniens ce mardi : Une société résistante et un régime désespéré

Mardi, les médias officiels iraniens ont reflété l’état explosif de la société iranienne et l’impasse dans laquelle se trouve le régime pour faire face aux crises qui s’aggravent, comme l’épidémie de la Covid-19. Ils ont également souligné l’impasse dans laquelle se trouve le régime dans ses relations avec l’Occident.

« Il est impératif de prêter attention à la question de l’arrêt du cycle de la violence. En d’autres termes, parler de la nécessité d’arrêter le cycle de la violence n’est plus un conseil social. C’est urgent. C’est un impératif. C’est un concept qui, s’il n’est pas abordé rapidement, éliminerait tout espoir [de préserver] le système », écrit le quotidien officiel Ebtekar dans un article intitulé « La nécessité de mettre fin au cycle de la violence« .

« L’incapacité du gouvernement à résoudre des questions telles que l’inflation et d’autres problèmes économiques, ainsi que l’épidémie de la Covid-19 a laissé la classe moyenne généralement insatisfaite et se plaignant du statu quo« , a écrit le quotidien officiel Mostaghel.

« Avec la double pression économique, le pouvoir d’achat de la classe moyenne a diminué, et cette classe s’est rapprochée de la classe inférieure. Cette intégration et cette transformation peuvent conduire à la désobéissance civile sur le long terme« , ajoute Mostaghel.

Truth about coronavirus vaccination in Iran

Le quotidien officiel Jahan-e Sanat a également mis en garde contre l’ignorance des responsables face aux problèmes de la population. Jahan-e Sanat reconnaît que les responsables ne font que des promesses creuses et « à ce jour, beaucoup de ces promesses n’ont pas été mises en œuvre et, par conséquent, les problèmes économiques, sociaux et culturels du pays sont devenus plus complexes chaque année. »

« Aujourd’hui, l’ampleur de ces problèmes a atteint un tel niveau que même si toutes les sanctions économiques et bancaires américaines contre l’Iran ne sont pas levées demain, cette action n’aura que peu d’effet pour résoudre les racines des problèmes économiques du pays et sauver le peuple du tsunami de la pauvreté. Un tsunami qui a écrasé les Iraniens », ajoute Jahan-e Sanat.

L’épidémie de Covid-19 en Iran

Mardi, les principaux sujets abordés par les médias officiels iraniens étaient l’épidémie de la Covid-19 et son taux de mortalité croissant. Le nombre de morts atteint rapidement 400 000, avec plus de 2 000 décès par jour, comme le rapporte l’opposition iranienne. La principale raison de cette crise est l’inaction délibérée du régime et la décision criminelle du Guide Suprême du régime, Ali Khamenei, d’interdire les vaccins crédibles.

« Depuis 20 mois, les officiels n’ont fait que conseiller aux Iraniens de porter des masques et de maintenir une distanciation sociale. En attendant, le gouvernement ne devrait-il pas faire autre chose que des recommandations ? La population se soigne comme elle peut, mais le gouvernement a-t-il aidé la population ? », a écrit l’agence de presse officiel Sharq.

« Même sur des questions telles que la vaccination, nous ne sommes pas en bonne position par rapport à près de 100 pays qui ont commencé la vaccination », a indiqué Sharq sur la question de la vaccination en Iran.

Khamenei bans import of Covid-19 vaccines

« La vaccination contre la Covid-19 n’est pas acceptée. Parallèlement, le nombre de décès et le taux d’infection augmentent chaque jour. La seule solution est la vaccination générale. S’il n’y a pas de vaccination, il sera plus difficile de contrôler le virus, car nous ne pouvons pas contrôler la situation avec la distanciation sociale et les protocoles sanitaires. Les Iraniens sont frustrés », écrit le quotidien officiel Setare Sobh.

Alors que la haine des gens envers Khamenei augmente pour son ordre criminel d’interdire les vaccins, certains médias tentent de le blanchir. « De nombreux experts se sont prononcés contre ces vaccins, et nous pourrions importer ces vaccins de sources autres que les États-Unis et le Royaume-Uni. Ensuite, le dirigeant du pays soulève une question politique et dit, nous n’aimons pas obtenir des vaccins de n’importe quel pays, ce qui est vrai et la politique de notre pays. Mais nous avons mal compris les paroles du Guide Suprême, et cette erreur a maintenant été corrigée. Nous avons les licences nécessaires pour importer des vaccins de toute source valide, conformément à nos politiques », a écrit le quotidien officiel Farhikhtegan.

Au fur et à mesure que la crise de la Covid-19 s’aggrave, la haine populaire envers le régime s’intensifie, et les médias officiels ont reflété mardi la crainte du régime face aux protestations populaires.

« Avec les mauvaises recommandations, nous avons causé plus de désagréments aux personnes sous pression. Cependant, le manque de ressources pour contrôler cette maladie a conduit à un sérieux fossé entre le peuple et le [régime], et ce fossé est inquiétant », a écrit à ce sujet le quotidien Sharq.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe