samedi, novembre 27, 2021
AccueilActualitésActualités: Iran ProtestationsCrise du COVID-19 en Iran : Les efforts désespérés des mollahs pour...

Crise du COVID-19 en Iran : Les efforts désespérés des mollahs pour éviter un soulèvement

Le nombre de victimes de la Covid-19 en Iran augmente rapidement. Même les faux chiffres inventés par le régime indiquent la profondeur de la crise. « Tous les bureaux, les banques et les entreprises seront fermés de lundi à samedi prochain », a déclaré le porte-parole de la Force opérationnelle iranienne de lutte contre la Covid-19.

Le nouveau président du régime, Ebrahim Raïssi, a annoncé samedi que l’importation de 30 millions de doses de vaccin avait été approuvée. « Mais les experts estiment que pour contrôler la situation actuelle indésirable de la Covid-19, nous devrions nous procurer 60 millions de doses de vaccin », a ajouté Raïssi.

Mais que s’est-il passé ces derniers jours pour que les autorités du régime, qui ont mis en œuvre une politique cruelle de gestion de la Covid-19 dirigée par leur Guide Suprême Ali Khamenei, parlent rapidement de la sécurité de la population ?

Khamenei a interdit l’importation de vaccins crédibles contre la Covid-19 en janvier 2021. En mars 2020, il a déclaré : « Nous ne devrions pas faire de ce Coronavirus un problème aussi important. » Les autorités du régime ont suivi l’exemple de Khamenei en minimisant la crise et en se prononçant contre la vaccination.

The tragedy of Iran coronavirus outbreak is not too big: Ali Khamenei, the regime's supreme leader

Qu’est-ce qui a poussé Khamenei à apparaître soudainement à la télévision le 11 août et à qualifier le Covid-19 de « virus sauvage » et à dire qu’il devait être la « priorité » du régime ? N’est-ce pas Khamenei qui avait qualifié ce virus mortel de test et de bénédiction ?

Après les grandes manifestations de novembre 2019, qui ont ébranlé les fondements du régime, Khamenei attendait désespérément un sauveur pour protéger son régime des soulèvements populaires. Ce sauveur était l’épidémie de Coronavirus, que le régime a transformé en une crise humanitaire majeure par la tromperie et l’inaction.

Avec la propagation de la nouvelle variante Covid-19 Delta et son tsunami de décès, la situation échappe à Khamenei. C’est cette situation que Raïssi a qualifiée samedi de « situation indésirable », et Khamenei a mis en garde contre la « recrudescence » du virus. En effet, Khamenei et Raïssi ne sont pas préoccupés par les effets mortels du virus sur la société iranienne, et le Covid-19 est toujours leur allié.

Ils ont peur de la réaction de la population. Des vidéos circulant sur les médias sociaux montrent une jeune femme en deuil de son mari, disant : « Khamenei, brûle en enfer. Tu m’as pris ce que j’avais de plus cher. Je me vengerai. » La colère du peuple iranien augmente parallèlement au taux de mortalité et d’infection.

Lorsque les manifestations ont éclaté dans la province du Khouzistan et se sont rapidement étendues à une douzaine de villes, les gens scandant « à bas le dictateur », Khamenei et les responsables de son régime ont compris qu’ils ne pouvaient plus se servir de l’épidémie de la Covid-19 pour réprimer la société. Raïssi a pu constater la colère des Iraniens lorsqu’il s’est rendu dans une pharmacie et qu’une personne lui a crié : « Pourquoi les adolescents des États-Unis se font-ils vacciner alors qu’il n’y a pas de vaccin en Iran ?

L’épidémie de Covid-19 s’ajoute à d’autres crises économiques et sociales et pourrait déclencher des protestations et conduire à l’explosion de la société iranienne rétive. Cette issue inévitable a menacé les autorités du régime.

En d’autres termes, Khamenei sème le vent, et il récoltera la tempête.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe